Saint-Quentin, une ville de Picardie à visiter absolument et voici pourquoi

Publié le par hunza

A Saint-Quentin, la basilique et l'Hôtel de ville sont les seuls vestiges du Moyen Age qui restent après la fin de la première guerre mondiale. Comme tout est à reconstruire ou presque, la ville va devoir se réinventer et c'est ici que "l'Art déco" va produire quelques-unes de ses plus belles réalisations, à tel point, que, de nos jours, Saint-Quentin en a fait un atout et s’enorgueillit d’être la première ville "Art déco" de France pour attirer les touristes. 

 

Comment venir à Saint-Quentin :

  •  En train (compter environ 1h15 de temps de trajet depuis Paris Nord pour une distance de 152 km) : 

Pour les horaires de trains, cliquez ici

  •  En car :

Depuis la loi Macron de 2015 sur la libéralisation du voyage en autocar longue distance, un opérateur a ouvert une ligne de bus à bas coût qui dessert Saint-Quentin :

Pour plus d’informations sur BlaBlaBus, cliquez ici

 

Pour se déplacer, on peut aussi utiliser le covoiturage : https://www.blablacar.fr/

 

Avec le comparateur de trajets OMIO, vous avez la possibilité de trouver tous les horaires, les trajets les plus rapides et comparer les meilleurs prix parmi plusieurs centaines de compagnies de transport :

Pour utiliser Omio, cliquez ici

 

Cartes de la ville 

L'office de tourisme de Saint-Quentin se trouve au n°3 de la rue Emile Zola, près de la place de l'Hôtel de Ville, à 1,2 km à pied de la gare SNCF. N'hésitez pas à vous y rendre.

Pour consulter le plan de Saint-Quentin sur OpenStreetMap, cliquez ici

Pour afficher Saint-Quentin et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo :

Pour la consulter, cliquez ici

 

Les transports en commun :

Pour consulter les plans et horaires des bus, cliquez ici

 

Brève histoire de Saint-Quentin

 

Pour lire mon article de blog sur le passé de la ville, cliquez ici

 

Saint-Quentin, monument du siège de 1557

Place du 8 Octobre, monument commémorant le siège de 1557

 

Visite de Saint-Quentin
53 000 habitants environ en 2020
Ville d'art et d'histoire depuis le 16 septembre 2006

 

- La cathédrale :

Pour recevoir plus de pèlerins, il fut décidé d'élever une église beaucoup plus grande que celle existante.

- de 1195 : début du chantier de construction de la collégiale qui va durer 3 siècles.

- 1257 : fin de la construction du chœur

-  1495 : fin du chantier

La façade occidentale ne sera jamais réalisée faute de moyen financier et c'est pour cela que la base du clocher-porche est romane (fin du 12ème siècle) parce-qu'il s'agit d'un vestige de l’ancien édifice. Quant à la partie haute, elle est de style baroque car elle a été reconstruite après qu'un incendie survenu en 1689 l'ait détruite.

- 1876 : le pape lui accorde titre de basilique

- 1917 : la frappe d'un obus incendiaire provoque l'effondrement de la voûte 

- 1956 : la basilique est rendue au culte et la nouvelle charpente est en béton

 

Basilique de Saint-Quentin

 

Basilique de Saint-Quentin

 

Quelques chiffres : 123 m de long, 36 m de large et 34,50 m de hauteur sous voûte.

A l'extérieur, la tour-porche atteint 50 m de hauteur et le campanile 80 m.

Quand on pénètre à l'intérieur, on est tout de suite saisi par sa grande dimension. 

 

Basilique de Saint-Quentin

Au premier plan, le tracé du labyrinthe

 

A voir :

- à gauche de l'entrée sud, un Arbre de Jessé sculpté au début du 16ème du siècle.

 

Basilique de Saint-Quentin, arbre de Jessé

 

- sous le buffet d'orgue qui date du début 18ème siècle, un labyrinthe long de 260 m réalisé en 1495 (il n'y en a plus que 3 d'origine en France et les 2 autres sont à Bayeux et Chartres).
Il servait à remplacer le pèlerinage à Jérusalem. Son tracé tortueux symbolisait le parcours difficile de la vie. Les fidèles le parcouraient à genoux jusqu'au centre qui représente la délivrance (résurrection).

- dans la chapelle du Saint-Sépulcre, un groupe de la Crucifixion datant de 1897

- dans la chapelle Notre-Dame la Bonne, une statue de la Vierge (14ème siècle) vénérée depuis 1620

 

Basilique de Saint-Quentin, Notre-Dame de la Bonne

 

- dans la chapelle Saint-Eloi, une peinture sur bois du peintre Grégoire Guerard datant de 1532-33 et qui représente la déploration du Christ.

- dans la chapelle Sainte Madeleine et Sainte Marthe, des peintures murales du 15ème et 16ème siècle.

- le chœur du 13ème siècle avec un double transept (unique en France) et un double déambulatoire.

 

Basilique de Saint-Quentin, grand transept nord

Façade du grand transept nord avec une étoile à 5 branches (1954)

 

- les sculptures du 14ème siècle de la clôture du chœur représentant la vie de Saint-Quentin ont été détruites à la Révolution et restaurées à la fin du 19ème siècle. 

Basilique de Saint-Quentin, clôture du chœur

Basilique de Saint-Quentin, clôture du chœur

 - dans la chapelle du Saint Sacrement, les 3 vitraux datent du 13ème siècle : celui du centre illustre la vie de Saint-Etienne et les encadrants, la vie de la Vierge.

- 2 verrières montrant les martyrs de Sainte-Barbe (1533) et de Sainte-Catherine (1521).

 

Basilique de Saint-Quentin, verrières de Sainte-Barbe et Sainte-Catherine

 

- 2 verrières "Art déco" réalisées par Georges Bourgeot en 1932-33 dont l'une représente Sainte-Thérèse sous une pluie de roses et l'autre la sainte communion.

 

Basilique de Saint-Quentin, vitrail de Sainte-Thérèse

Vitrail de Sainte-Thérèse

 

Les accès à la crypte carolingienne où a été inhumé Saint-Quentin, à la chapelle Saint-Michel, à la tour (200 marches à monter) et à la charpente en béton se font dans le cadre de visites guidées (se renseigner auprès de l'office du tourisme). 

 

A savoir : Saint-Quentin est une étape sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle pour les pèlerins qui arrivent de Belgique et des Pays-Bas ou bien du nord de la France.

 

- L'Hôtel de Ville :

- 1509 : achèvement de la construction de l'Hôtel de Ville dont la façade se terminant par 3 pignons est de style gothique flamboyant. Sur celle-ci, on recense 173 sculptures dont quelques-unes sont surprenantes ....

Hôtel de Ville de Saint-Quentin

Hôtel de Ville de Saint-Quentin

Hôtel de Ville de Saint-Quentin, le vilain

Hôtel de Ville de Saint-Quentin, le vilain

Hôtel de Ville de Saint-Quentin, le couillu

Hôtel de Ville de Saint-Quentin, le couillu

Hôtel de Ville de Saint-Quentin, la femme qui se chatouille

Hôtel de Ville de Saint-Quentin, la femme qui se chatouille

 

- 1663 : construction d'un campanile (qui sera remplacé en 1762) avec l'installation d'un carillon à l'intérieur. Celui qui, de nos jours, sonne tous les quarts d'heure, date de 1924 et compte 37 cloches. 

 

A visiter absolument :

- la salle du conseil municipal : sa décoration est une pure merveille "Art déco" réalisée en 1925 par l'architecte Louis Guindez. Les parties basses des murs sont recouverts de 41 panneaux de bois en chêne de Hongrie et en palissandre, des petits luminaires en fer forgé sont posés sur les tables, un garde-corps superbement ouvragé délimite la galerie haute, etc .... 

Salle du conseil municipal de l'Hôtel de Ville de Saint-Quentin

Salle du conseil municipal de l'Hôtel de Ville de Saint-Quentin

 

- la salle des mariages avec sa cheminée monumentale et sa charpente d'époque en forme de carène de bateau inversé. 

Salle des mariages de l'Hôtel de Ville de Saint-Quentin

Salle des mariages de l'Hôtel de Ville de Saint-Quentin

Le rez de chaussée de l'Hôtel de Ville de Saint-Quentin

Le rez de chaussée de l'Hôtel de Ville de Saint-Quentin

 

- L'Art déco :

A savoir : des visites avec audioguide vous sont proposées par l'office du tourisme au prix de 2 € et ça vaut vraiment le coup. En effet, on vous remet un plan de ville avec les principales curiosités "Art déco" à voir, mais, c'est aussi le sésame pour aller admirer les salles de l'Hôtel de Ville que j'ai évoquées ci-dessus.

C'est seulement en ... 1961 que l'expression "Art déco" fait son apparition pour désigner ce style qui naît à la fin de la première guerre mondiale, dans la période des années folles, et qui s'oppose "au désordre de l'Art nouveau".

Il se caractérise surtout par une géométrisation, une symétrie et une simplification des formes, une utilisation de plusieurs types de matériau, une inspiration de la nature maîtrisée par l'homme, une influence du cubisme et de l'art des civilisations venant d'autres continents, etc ....

On recense près de 300 immeubles entièrement "Art déco" ce qui permet à la ville de Saint-Quentin de mettre en avant ce patrimoine exceptionnel depuis quelques années.

Voici quelques-uns de ces lieux les plus emblématiques qu'il faut voir : 

- le buffet de la gare (uniquement dans le cadre de visites guidées organisées par l'office du tourisme) 

- l'ancien casino inauguré en 1929 avec, au sommet de sa façade, les statues monumentales de "Jean qui rit et Jean qui pleure". (Pour aller le voir depuis la gare SNCF, il faut partir dans la direction opposée du centre-ville, prendre l'escalier à droite en sortant de la gare, franchir le pont qui passe au-dessus des voies ferrées et continuer tour droit la rue du général Leclerc au-delà du rond-point. Il est à 400 m à pied de la gare SNCF).

Saint-Quentin, l'ancien casino

Saint-Quentin, l'ancien casino

 

Revenir sur ses pas pour se diriger vers le centre-ville en suivant la rue d'Isle et se rendre à l'office du tourisme pour y demander le plan touristique du circuit "Art déco". 

- Au n°51 de la rue d'Isle, c'est le conservatoire de musique et théâtre (1929) facilement reconnaissable avec ses grands bow-windows et ses 3 pignons évoquant le style flamand. 

 

Conservatoire de musique et théâtre de Saint-Quentin

 

- l'immeuble au n°10 de la rue Croix Belle Porte avec la présence de bow-windows sur sa façade dont la verticalité est rythmée par des lignes bien droites.

 

Saint-Quentin, pharmacie rue Croix Belle Porte

 

- les n°7/9 de la rue Adrien Nordet

- voir dans la basilique les 2 verrières "Art déco" dont j'ai parlé plus haut.

- le hall d'entrée de la poste avec ses mosaïques et son lustre 

Lustre en ferronnerie "Art déco" de la poste de Saint-Quentin

Lustre en ferronnerie "Art déco" de la poste de Saint-Quentin

- le cinéma "Le Carillon" rue des Toiles dont la façade a été retravaillée en 1931

 

Saint-Quentin, cinéma Le Carillon

 

- les anciens grands magasins Seret (n°1 de la rue de l'Isle) : reconstruits en 1925, ils sont reconnaissables par le dôme vert qui les surmonte.

 

Saint-Quentin, ancien magasin Seret

 

- la maison au n°11 de la rue de la Sous-Préfecture date de 1925

 

Maison Art Déco à Saint-Quentin au n° 11 de rue de la Sous-Préfecture

 

- aux n°19-21 de la rue de la Sous-Préfecture, l'architecte Louis Guindez réalise en 1929 une maison avec son pignon à redents ou "pas de moineaux" typique de l'architecture flamande et une façade ornée de roses. 

 

Maison Art Déco à Saint-Quentin rue de la Sous-Préfecture

 

- le n°33 de la rue de la Sous-Préfecture 

- l'immeuble aux n°19-23 de la rue de la Sellerie présente une façade mélangeant l'utilisation de la brique, de la pierre et du béton sans oublier la présence de bow-windows.

 

Maison Art Déco à Saint-Quentin rue de la Sellerie

 

- les anciennes "Nouvelles galeries" dont les plans ont été réalisés en 1922 par Sylvère Laville et qui ont été inaugurées en 1927. On les repère grâce à la présence de 2 lanternons qui, à l'époque, étaient assimilés à des phares car ils étaient éclairés de l’intérieur pour diffuser des publicités commerciales. Si le bas du bâtiment est aujourd'hui occupé par Monoprix, le reste, qui est un des plus beaux palais du patrimoine "Art déco" français n'est malheureusement accessible au public que très occasionnellement.

 

Saint-Quentin, carrefour des Quatre Vents

 

Hors plan, vous pouvez aussi aller voir : 

- le n°26 de la rue de Baudreuil qui donne sur le parc de 11 hectares des "Champs Elysées" de Saint-Quentin aménagés à l'emplacement d'une partie des fortification démantelées au 19ème siècle. 

- le n°32 de la rue Voltaire avec sa façade décorée de roses 

Saint-Quentin, maison au n°32 rue Voltaire

Saint-Quentin, maison au n°32 rue Voltaire

 

A voir si vous avez du temps :

- le musée Antoine Lecuyer dans lequel sont exposées une centaine de pastels du portraitiste Maurice Quentin de la Tour.

Pour plus d'informations, cliquez ici

Saint-Quentin, musée Antoine Lecuyer

Saint-Quentin, musée Antoine Lecuyer

 

- le palais de Fervaques (16 rue Victor Basch)

Construit en lieu et place d'une abbaye désaffectée, c'est un monument qui symbolise l'architecture de la troisième république. La première pierre est posée le 7 avril 1897 et le bâtiment est achevé en 1902.

Saint-Quentin, palais de Fervaques

Saint-Quentin, palais de Fervaques

 

- les béguinages

Leur apparition remonte au 12ème siècle pour permettre aux femmes veuves ou célibataires de vivre en communauté et pieusement sans avoir à prononcer des vœux.

De nos jours, on compte une vingtaine de de béguinages à Saint-Quentin dont la moitié date du 19ème siècle. Restaurés pour la plupart, ils servent de lieu d'habitation à des personnages âgées de 60 ans et plus, aussi bien hommes que femmes, justifiant d'au moins 20 ans de domiciliation dans la ville.

N'hésitez pas à demander le guide "Focus" sur les béguinages lors de votre visite à l'office du tourisme.

Saint-Quentin, béguinage Sainte-Marguerite

Saint-Quentin, béguinage Sainte-Marguerite

 

- le village des métiers d'antan (1860 à 1960)

C'est un lieu d'exposition étonnant car il se trouve dans l'ancienne usine Motobécane de Saint-Quentin. Dans une partie des bâtiments, on peut donc voir les modèles de la marque qui y ont été fabriquées. Quant à l'autre partie, elle a été aménagée pour ressembler à un village authentique où sont regroupées une cinquantaine de magasins, dont la plupart des façades proviennent de ceux qui ont existé à Saint-Quentin. A l'intérieur de ces magasins sont présentés les métiers d'antan avec tous les outils qu'il fallait avoir pour l'exercer. Il faut aussi savoir que ce village est vivant car il est animé grâce à la présence de bénévoles en tenue d'époque. 

Pour plus d'informations, cliquez ici

- la nécropole nationale édifiée en 1923 dans laquelle repose les corps de 4 947 soldats dont la plupart sont des Français tués au cours de la 1ère guerre mondiale.

Située à environ 2,3 km à pied de l'office du tourisme, on peut s'y rendre en bus (ligne n°6) en descendant à l'arrêt "Archimède" qui est le plus proche.

- la nécropole allemande située au n°155 de la rue de la Chaussée Romaine où sont enterrés 8 229 soldats allemands tués durant la 1ère guerre mondiale. L'empereur allemand, Guillaume II, qui a payé de ses propres deniers une partie de la construction du monument aux morts, qui l'a inauguré le 18 octobre 1915. 

Située à environ 2 km à pied de l'office du tourisme, on peut s'y rendre en bus (ligne n°4) en descendant à l'arrêt "Proméo".

- Les marais d'Isle :

Avec une superficie de 50 hectares, c'est la plus grande réserve naturelle urbaine en Europe car elle situe sur la Somme, en plein cœur de la ville de Saint-Quentin. 

Si une grande partie de la réserve est interdite d'accès au public pour ne pas perturber la vie des oiseaux, le parc d'Isle est aménagé pour les loisirs (promenade, activités nautiques et baignade l'été, parc animalier gratuit, observatoire d'oiseaux, maison de l'environnement, etc ...).

A savoir : à la belle saison, il est possible de faire des promenades "découverte" du marais en bacôve (c'est une grosse barque) accompagné d'un guide. 

Pour ceux qui aiment marcher, une randonnée de 6 km en boucle vous permet de faire le tour du marais et de revenir en longeant le canal de Saint-Quentin ou inversement.

Quand on arrive en train à Saint-Quentin, on accède au marais en prenant à droite de la gare pour passer sous le pont routier et continuer tout droit jusqu'à longer le bord de l'étang d'Isle.

Pour plus d'informations sur le parc d'Isle et ses activités, cliquez ici

Basilique de Saint-Quentin vue depuis la base nautique du parc d'Isle

Basilique de Saint-Quentin vue depuis la base nautique du parc d'Isle

Saint-Quentin, l'étang d'Isle

Saint-Quentin, l'étang d'Isle

Canal de Saint-Quentin

Canal de Saint-Quentin

 

- Le chemin de fer touristique du Vermandois :

Pour les passionnées du chemin de fer d'autrefois, sachez qu'une association loi 1901 exploite un bout de ligne de Saint-Quentin à Origny Sainte-Benoite et y fait rouler du matériel ancien tractée par une vapeur ou une diesel certains jours de l'année.

Pour y accéder, c'est à 1,4 km à pied depuis la gare SNCF, ou bien, emprunter le bus de la ligne n°6 et descendre à l'arrêt "Dorgelès".

Pour plus d'informations, cliquez ici

 

Belle balade

 

Voir aussi mes autres articles sur les villes du nord de la France en cliquant sur les liens suivants :

Visiter Cambrai en une journée

Visiter Douai en une journée

Visiter Arras en une journée

Lille, les lieux incontournables à visiter

 

N'hésitez pas à poster un commentaireà faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebookAucune copie autorisée sur ce blog. 

Avertissement : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent nullement la responsabilité de l'auteur.

Cliquez sur les photos en format "paysage" pour les agrandir.

Publié dans Hauts de France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article