Cahors, les lieux incontournables à visiter

Publié le par hunza

Située en plein Quercy, au creux d'un méandre du Lot, Cahors est surtout connue pour son magnifique pont fortifié mais aussi pour son terroir qui produit un vin réputé. Cependant, visiter Cahors, c'est aussi découvrir un centre historique riche en maisons médiévales parfois très anciennes, une cathédrale aux styles multiples, des jardins secrets, un des plus beaux marchés de France, etc .... Alors, si vous ne connaissez pas encore cette belle cité du sud-ouest, n'hésitez pas à vous y rendre et laissez-vous surprendre.

 

Comment venir à Cahors :

En train, compter environ 5h40 de temps de trajet depuis Paris Austerlitz pour une distance de 600 km ou bien entre 1h05 et 1h30 de temps de trajet depuis Toulouse pour une distance de 114 km) :

Pour les horaires de trains, cliquez ici

 

Pour se déplacer, on peut aussi utiliser le covoiturage :  https://www.blablacar.fr/

 

Avec le comparateur de trajets OMIO, vous avez la possibilité de trouver tous les horaires, les trajets les plus rapides et comparer les meilleurs prix parmi plusieurs centaines de compagnies de transport :

Pour utiliser Omio, cliquez ici

 

Cartes de la ville 

L'office du tourisme se trouve place François Mitterrand, à proximité de l'Hôtel de Ville.

Pour consulter le plan de Cahors édité par l'office du tourisme, cliquez ici

Pour consulter le plan de Cahors sur OpenStreetMap, cliquez ici

Pour afficher Cahors et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo :

Pour la consulter, cliquez ici

 

BRÈVE HISTOIRE DE CAHORS

 

La région est habitée par la tribu gauloise des Cadurques.

1er siècle avant J.-C. : les Romains fondent la ville de Divona Cadurcorum.

4ème siècle : Florent est le premier évêque attitré de Cahors.

7ème siècle : construction d'une enceinte à l'initiative de l'évêque Saint-Didier.

732 : les Sarrasins détruisent la ville.

Vers 762 : Pépin le Bref s'emparent de Cahors lors de la guerre menée contre le duc d'Aquitaine Waiffre.

849 : le comte de Toulouse devient comte du Quercy.

1085 : l'évêque de Cahors devient comte de la ville tout en étant le suzerain du comte de Toulouse.

1159 : Cahors ouvre ses portes au roi d’Angleterre et duc d’Aquitaine Henri II Plantagenêt.

Vers 1188 : constitution d'un consulat.

Entre le 12ème siècle et le début de la guerre de Cents ans, Cahors connait un âge d'or car la ville a joué un rôle important sur le plan du commerce international (vin, épices, étoffes de lin et de laine, pigments, etc ...) grâce à ces marchands - banquiers usuriers qui furent affublés du sobriquet de "Cahorsins". Elle a su profiter de sa situation géographique le long des voies commerciales reliant la Méditerranée aux ports de l'Atlantique que sont Bordeaux et la Rochelle ainsi que de sa période "anglaise" avec la dynastie des Plantagenêts.

1307 : le pouvoir du roi de France sur la ville devient aussi important que celui de l'évêque.

1316 : Jacques Duèze qui est né à Cahors devient le pape Jean XXII.

1332 : Jean XXII crée une université à Cahors.

Vers 1345, les remparts sont agrandis et une barrière défensive est réalisée au nord qui enferme la ville à l'intérieur du méandre du Lot. 

1348 : grande peste

1360 : Traité de Brétigny : le Quercy est cédé au roi d'Angleterre.

Janvier 1362 :  les Anglais prenant possession de Cahors comme le prévoyait le traité de Brétigny.

1368 : rupture du traité de Brétigny et Cahors redevient française.

1580 : les troupes d'Henri de Navarre s'emparent de Cahors et vont dévaster la cathédrale.

1751 : suppression de l'Université.

2 avril 1838 : naissance de Léon Gambetta

1869 : l'arrivée du chemin de fer va concurrencer le transport fluvial sur le Lot qui connaissait pourtant son apogée au 19ème siècle.

 

VISITE DE LA VILLE 
Cahors est une ville de 20 000 habitants environ
Ville d'art et d'histoire depuis 2005

 

La loi du 4 août 1962 (loi Malraux) a été utilisée par la municipalité pour créer un secteur sauvegardé* d'une surface de 32 hectares en 1972 qui est approuvé en décembre 1986. Cela permet de sauver et de mettre en valeur le patrimoine bâti historique tout en l'adaptant aux évolutions de la vie contemporaine. 

* En application d'une loi du 7 juillet 2016, le terme de "secteur sauvegardé" a été remplacé par celui de "Site Patrimonial Remarquable". 

 

Cahors

 

Les ruines antiques :

L'arc de Diane est l'unique vestige des thermes gallo-romains construits au 1er siècle après J.-C.. Il faisait partie d'un des quatre murs qui entourait le frigidarium (piscine froide). :

Dans le parking, sous la place François Mitterrand, un morceau du mur de l'amphithéâtre a été dégagé et mis en valeur.

Cahors, l'arc de Diane

Cahors, l'arc de Diane

 

La cathédrale Saint-Etienne et son cloître

La construction de l'édifice débuta en 1119 pour s'achever au 17ème siècle d'où la pluralité des styles architecturaux. Sa nef unique a la particularité d’être recouverte de deux coupoles d'origine byzantine sur pendentifs qui ont été décorées au 14ème siècle (martyre de Saint-Etienne représenté sur l'une d'entre elles). Ce sont les deux plus grandes du sud-ouest avec une largeur de 18 m et une clé de voûte s'élevant à 32 m de hauteur. 

Dans le narthex, on peut voir une fresque du 14ème siècle représentant le péché originel.

Quant au cloître, il est de style gothique flamboyant. Sa réalisation commence en 1495 pour s'arrêter brutalement en 1550 alors qu'il n'est pas encore complètement terminé. Ne pas rater la statue de la Vierge Marie de style renaissance sur un pilier d'angle ainsi que la chapelle Saint-Gausbert avec ses peintures murales du 16ème siècle.

La cathédrale abrite la relique de la Sainte Coiffe que la tradition reconnait comme étant le linge en forme de bonnet qui enveloppait la tête du Christ lors de sa mise au tombeau. Elle aurait été rapportée de Terre Sainte vers 1113. Le Vatican l'a validée comme étant une des 5 reliques de l'ensevelissement du Christ.

L'ensemble cathédrale - cloître a été inscrit par l'Unesco sur la liste du patrimoine mondial au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle depuis 1998.

 

Cahors, cathédrale Saint-Etienne et cloître

Cathédrale Saint-Etienne et cloître

 

Les remparts médiévaux

C'est au nord de la ville qu'on trouve les vestiges de l'enceinte fortifiée du 14ème siècle dont font partie la tour Saint-Jean (ou tour des Pendus) qui surplombe la vallée du Lot, la porte Saint-Michel qui ouvre sur le cimetière de la ville et la tour de Pal. La Barbacane, près de la tour Saint-Jean a été bâtie au 16ème siècle.

La muraille nord s'étire sur une longueur de 800 m de la tour Saint-Jean jusqu'à la tour de Pal.

 

Cahors, la tour des Pendus

Cahors, la tour des Pendus

Cahors, la barbacane

Cahors, la barbacane

Cahors, porte Saint-Michel

Cahors, porte Saint-Michel

 

Quelques édifices remarquables

On recense environ 300 bâtiments construits entre le 12ème et le 14ème siècle encore visibles à Cahors dont une trentaine du 12ème siècle. A partir du 13ème siècle, l'utilisation de la brique est majoritaire.

- la tour du pape Jean XXII (place du Général de Gaulle) : c'est l'unique vestige du palais qu'habitait Pierre Duèze, le frère du futur pape. Haute de 34 m, la tour est percée de 5 étages de fenêtres géminées.

 

Cahors, tour du pape Jean XXII 

Tour du pape Jean XXII 

 

- l'hôtel de Roaldès encore appelé maison Henri IV (247 quai Champollion) : il date du 15ème siècle.

 

Cahors, hôtel de Roaldès

 

2 maisons à pans de bois qui seraient les plus anciennes de la ville (seconde moitié du 13ème) :
- au n°12 rue Daurade formant un angle avec la rue Marot.

- au n°46 rue de la Donzelle 

- la maison dite du "Bourreau" (n°42 rue de la Daurade) : construite au 13ème siècle, elle présente une série de fenêtres géminées en façade,

- l'ancien Archidiaconé (n°38 rue de la Chantrerie) : c'est un hôtel de style renaissance construit au 16ème siècle qui servit de résidence à l'archidiacre avec un beau jardin dans la cour.

- l’ancien hôtel d’Alamand (n°40 rue du Portail Alban) : il date de la fin du 15e siècle.

- le palais de Via (n°1 rue du Château du roi) : facilement reconnaissable avec sa haute tour de 30 m, il date du 13ème et 14ème siècle et a servi de prison de 1790 à 2012. 

- la maison Quéval (n°8 rue de la Halle) : le début de sa construction remonte au 13ème siècle.

L'office du tourisme propose un parcours permettant de découvrir 22 petits jardins secrets qui ont tous un rapport avec le Moyen Age. Répartis dans le centre historique de Cahors, ils sont labellisés "jardins remarquables". 

Pour consulter le plan des jardins, cliquez ici

 

 

La fontaine de l'horloge à billes

Place Saint-Urcisse, elle jure un peu avec son environnement mais elle est assez originale. Réalisée par le sculpteur Michel Zachariou et inaugurée en 1997, cette horloge fonctionne grâce à 54 boules de flipper de 80 grammes chacune.

Cahors, fontaine de l'horloge à billes

Cahors, fontaine de l'horloge à billes

Le pont Valentré

Construit entre 1308 et 1378 à l'initiative des consuls de la ville qui voulaient affirmer leur puissance face à celle de l'évêque, ce pont fortifié long de 138 mètres est devenu l'emblème de la ville. Formé de 6 arches ogivales et de 3 tours carrés hautes d'une quarantaine de mètres, il est inscrit au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle. D'ailleurs, pour quitter Cahors, le GR 65 ou via Podiensis le franchit. 

 

Cahors, le pont Valentré

 

Cahors, le pont Valentré

Cahors, le pont Valentré

Cahors, le pont Valentré

Cahors, le pont Valentré

Cahors, le pont Valentré

Cahors, le pont Valentré

 

La fontaine des Chartreux

C'était la source sacrée de Divona : elle se trouve à proximité du pont Valentré sur la rive gauche du Lot. C'est une résurgence vauclusienne où l'eau jaillit d'un gouffre profond de plus de 140 mètres. 

Cahors, fontaine des Chartreux 

Cahors, fontaine des Chartreux 

 

Le Mont Saint-Cyr

Pour bénéficier d'un panorama exceptionnel sur le méandre du Lot et sur Cahors, il faut se rendre sur le Mont Saint-Cyr qui culmine à 260 m d’altitude. Pour cela, emprunter le boulevard Léon Gambetta, traverser le pont Louis Philippe et suivre le balisage du GR 36 jusqu'au sommet. Du pont à la table d'orientation, il y a près d'1 km à parcourir et 140 m de dénivelé positif. 

Pour la photo, il faut choisir le matin pour avoir le soleil dans le dos.

Cahors vue depuis le Mont Saint-Cyr

Cahors vue depuis le Mont Saint-Cyr

 

Le marché de Cahors

Il a lieu tous les mercredis et vendredis matin sur la place de la cathédrale et il serait un des plus beaux du sud-ouest. Vous pourrez y découvrir une des spécialités du coin : le pastis qui est un gâteau à pâte fine et à base de pommes.

 

Marché de Cahors, place de la cathédrale

Place de la cathédrale

 

Suggestion de restaurant : l'auberge des Gabares sise au 24 place Champollion : repas copieux, cuisine du terroir et prix convenable. 

 

Le vin :

Le Cahors est un vin des plus réputés depuis la période romaine. Ainsi les Anglais en importaient beaucoup sous la période des Plantagenets et face à la concurrence redoutable de ce vin, les viticulteurs du Bordelais obtinrent du roi Henri III d’Angleterre en 1241, un règlement stipulant que les vins du Haut Pays ne pouvaient accéder au port de Bordeaux avant Noel  et ce privilège ne fut levé que durant le règne du roi Louis XIV ! Pierre Ier de Russie en fit le vin de messe de l'église orthodoxe. En 1971, le vin de Cahors qui avait failli disparaître lors de la crise du phylloxera du 19ème siècle obtint l'AOC. 

Il est associé au cépage Malbec.

 

La navigation sur le Lot :

Comme la plupart des fleuves et rivières jusqu'à l'arrivée du chemin de fer, le Lot était une voie navigable qui permettait de transporter les marchandises jusqu'au port de Bordeaux. Ce n'est qu'au 19ème siècle qu'elle fut vraiment canalisée. Auparavant, les mariniers devaient faire face à de nombreuses difficultés comme la présence de chaussées (barrages), les hauts fonds, les crues, etc ... D'ailleurs la navigation n'était possible que durant quelques mois dans l'année (d'octobre à juin hors les périodes de crue) et les bateaux utilisées étaient à fond plat (gabares et sapines). Le Lot fut déclassé comme rivière navigable en 1926.

Bonne visite

 

N'hésitez pas à poster un commentaireà faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebookAucune copie autorisée sur ce blog. 

Avertissement : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent nullement la responsabilité de l'auteur.

Cliquer sur les photos en format paysage pour les agrandir.

Publié dans Occitanie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article