Albi, les lieux incontournables à visiter

Publié le par hunza

Surnommée "Albi la rouge" en raison de l'emploi majoritaire de la brique d'une couleur plus foncée que celle utilisée à Toulouse comme matériau de construction jusqu'au 18ème siècle, la cité tarnaise est certainement une des plus belles destinations touristiques du sud-ouest de la France, d'autant plus qu'elle est classée au patrimoine mondial de l'humanité. Une cathédrale à l'architecture étonnante édifiée à fin de la croisade contre les cathares, une cinquantaine d’hôtels particuliers datant de la période de l'âge d'or du pastel, un musée richement doté en œuvres de Toulouse Lautrec aménagé dans un palais fortifié, voici quelques un des points forts de cette pittoresque cité médiévale d'Albi.

 

Comment venir à Albi :

En train (compter 52' à 1h10 de temps de trajet depuis Toulouse pour une distance de 139 km) :

Pour les horaires de trains, cliquez ici
(Déroulez la page jusqu'à la rubrique "Horaires et travaux")

 

Pour se déplacer, on peut aussi utiliser le covoiturage :  https://www.blablacar.fr/

 

Avec le comparateur de trajets OMIO, vous avez la possibilité de trouver tous les horaires, les trajets les plus rapides et comparer les meilleurs prix parmi plusieurs centaines de compagnies de transport :

Pour utiliser Omio, cliquez ici

 

Cartes de la ville 

L'office du tourisme se trouve au n°42 de la rue Mariès près de la cathédrale.

Pour consulter le plan d'Albi édité par l'office du tourisme, cliquez ici

Pour consulter le plan d'Albi sur OpenStreetMap, cliquez ici

Pour afficher Albi et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo :

Pour la consulter, cliquez ici

 

BRÈVE HISTOIRE D'ALBI

 

Avant de devenir une petite cité gallo-romaine au 1er siècle avant J.-C., le territoire était occupé par la tribu gauloise des Ruthènes.

4ème siècle : un évêché est créé à Albi.

730 = les  Sarrasins saccagent Albi.

8ème = Albi est érigée en comté

11ème siècle = Albi devient une vicomté sous l’autorité des Trencavel, vicomtes de Carcassonne, de Béziers et d’Albi.

1165 = un concile des cathares se réunit près d’Albi d’où le nom d’Albigeois.

Juillet 1209 : début de la croisade des Albigeois dirigée sur le plan militaire par Simon de Montfort qui a été choisi. Elle va se concentrer sur les possessions du vicomte de Raymond-Roger Trencavel qui, à la différence du comte de Toulouse qui a fini par se ranger du côté des croisés, continue de soutenir les cathares.

15 août 1209 : fin du siège de Carcassonne et reddition de Raymond-Roger Trencavel qui est emprisonné et ses terres sont confisquées.

Septembre 1209 : Albi ouvre les portes à Simon de Montfort.

Après l’épisode de la croisade, les cathares sont chassés et Albi redevient possession des évêques qui vont faire en sorte de réaffirmer la puissance de l’église.

1349 : peste noire.

L'âge d'or du pastel

Le pastel est une plante tinctoriale dont on obtient une poudre de pigment bleu et c’était la seule façon de produire cette couleur au Moyen Age. Les 15ème et 16ème siècles correspondent à la période faste de la culture du pastel qui fait de l’Albigeois un pays de cocagne*. Le déclin survient avec la découverte du Nouveau Monde et l’arrivée de l’indigo puis, au 17ème siècle, de l’utilisation de colorants chimiques.

Le pastel fit naître de grandes fortunes à Albi ce qui se traduisit par la construction de nombreux hôtels particuliers dotés de tours d’escalier qu’on appela des "tours d’orgueil" car chacun des propriétaires voulait montrer sa réussite financière en faisant élever des tours bien visibles de tous.

1864 : arrivée du chemin de fer à Albi.

31 juillet 2010 : l'Unesco inscrit Albi (19 hectares) au patrimoine mondial de l'humanité.

* Cocagne est le dérivé d'un terme occitan car après avoir arraché et malaxé les feuilles de pastel, on obtenait une pâte qui était transformé en "conque" (sorte de petite boule) qu'on faisait sécher.

 

VISITE DE LA VILLE 
Albi est une ville de 48 000 habitants environ

 

La loi du 4 août 1962 (loi Malraux) a été utilisée par la municipalité pour mettre en place en 1968 un secteur sauvegardé * d’une surface de 64 ha qui permettait de sauver et de mettre en valeur le patrimoine bâti historique tout en l'adaptant aux évolutions de la vie contemporaine. 

De nos jours, en flânant dans les ruelles de la cité médiévale, on a bien du mal à imaginer que, dans les années 50, le vieil Albi devait être détruit en raison de son état de délabrement pour laisser place à des immeubles modernes en béton ....

* En application d'une loi du 7 juillet 2016, le terme de "secteur sauvegardé" a été remplacé par celui de "Site Patrimonial Remarquable". 

Albi, place Savène

Albi, place Savène

 

La brique à Albi :

Bien que son usage ait été introduit par les Romains, c’est à partir du 12ème siècle qu’elle recommence à être employée couramment dans le midi toulousain qui est une région pauvre en carrières de pierre mais riche en argile. Plate et assez grande, elle est appelée « brique foraine ». Ses dimensions sont de 37 cm sur 22 cm et 5,5 cm d'épaisseur.

En fait, la brique offre un camaïeu de couleurs correspondant à sa position dans le foyer. Plus elle est proche du centre du foyer, plus sa couleur est brune ("crama" en occitan) et, plus elle en est éloignée, plus elle est de teinte rosée et ... friable. On peut aussi facilement distinguer sur certaines d'entre les traces de doigt des briquetiers qui les manipulaient.

 

Le pont vieux :

Construit en pierre au 11ème siècle (à partir de 1035), il a été plus tard recouvert de briques. La vue sur le vieil Albi et le Tarn est superbe.

Albi, le pont vieux sur le Tarn

Albi, le pont vieux sur le Tarn

Albi, le pont vieux

Albi, le pont vieux

 

La cité épiscopale :

Elle est inscrite au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco depuis le 31 juillet 2010 avec les quartiers environnants du Castelviel, de Castelnau, de Saint-Salvi des Combes et les berges du Tarn.

Bâtis au lendemain de la croisade des Albigeois, le palais devait exprimer l'autorité de l'évêque sur la ville dont il s'était autoproclamé le seigneur et la cathédrale devait montrer la toute-puissance retrouvée de l'Eglise catholique face à l'hérésie qui venait d'être écrasée.

 

La cathédrale Sainte-Cécile :

Sa construction a débuté le 15 août 1282, après la fin de la croisade des Albigeois, et fut consacré en 1480 par l’évêque Louis Ier d’Amboise. Pour l'Eglise, il fallait montrer sa puissance face à l'hérésie cathare qui venait d'être vaincue d'où cette impression de se retrouver au pied d'une cathédrale forteresse - la forteresse de Dieu - avec son clocher donjon haut de 78 m. De style gothique méridional, c'est le plus grand édifice religieux au monde édifié avec des briques (113 m de long, 35 m de large et 40 m de hauteur). Le baldaquin a été rajouté en 1535.

Si l'extérieur parait massif et austère, l'intérieur est par contre très riche. D'ailleurs, c'est la plus grande cathédrale peinte en Europe (18 500 m² de fresques).

A voir : 
- la grande fresque murale du 15ème siècle représentant des scènes de l'Apocalypse et du Jugement dernier au fond de la nef.
- les peintures de la voûte au bleu dominant et sur les murs réalisées entre 1509 et 1515 par des artistes italiens de la renaissance.
- le jubé qui sépare les fidèles de ceux qui officient et c'est la seule cathédrale de France à l'avoir conservé.
- la clôture du chœur. 
- les stalles surmontées d'innombrables statues. 
- l'orgue monumental qui date du 18ème siècle (avec ses 3 649 tuyaux, c'est le plus grand de France)
- etc ....

A noter que la visite du chœur est payante.

 

Cathédrale d'Albi
Cathédrale d'Albi, le jugement dernier

Cathédrale d'Albi, le jugement dernier

Cathédrale d'Albi, peintures de la voûte qui s'élève à 30 mètres du sol

Cathédrale d'Albi, peintures de la voûte qui s'élève à 30 mètres du sol

 

Le Palais de la Berbie :

Construit au 13ème siècle en briques et ressemblant à un château fort, c'était le palais épiscopal. Il devait montrer la toute puissance de l'évêque sur la ville d'Albi. De nos jours, il abrite aujourd'hui le musée Toulouse Lautrec.

Pour plus d'informations, cliquez ici

L'accès au magnifique jardin à la française aménagé au 17ème siècle sur la terrasse du Palais de la Berbie est gratuit et permet de profiter d'une belle vue sur le Tarn. Il est labellisé "jardin remarquable".

Albi, palais de la Berbie

Albi, palais de la Berbie

Albi, jardin de la Berbie

Albi, jardin de la Berbie

 

L'église Saint-Salvi :

Edifiée au 11ème siècle, elle est un mélange de style roman et gothique mais aussi de pierres et de briques. C'est le plus ancien édifice religieux de la ville. Sur son flanc sud, il reste les vestiges d'un cloître du 13ème siècle. L'endroit est plein de charme.

Albi, cloître Saint-Salvi

Albi, cloître Saint-Salvi

Quelques demeures remarquables :

- La maison romane ou hôtel de Fenasse (angle des rues des Foissants et Saint-Etienne) : c'est la plus ancienne maison de la ville (12ème siècle). 

 

Albi, le palais Fenasse

 

A pans de bois ou maisons à corondage, c'est à dire avec remplissage de briques ou de pierres entre les pièces de bois :

- La maison du Vieil Alby (1 rue de la Croix Blanche) : c'est une des plus anciennes maisons d'Albi avec sa   façade faite de bois et de briques et, au dernier étage, son "soleilhou" qui est un grenier à ciel ouvert qui servait autrefois au séchage des récoltes.

- La maison Enjalbert (angle de la rue des Pénitents et de la rue Timbal) : elle date du 16ème siècle et sa façade faite de briques et de bois présente des décors sculptés tel "le petit pisseur".

Albi, maison Enjalbert

 

 

Albi possède une cinquantaine d'hôtels particuliers. En voici certains parmi les plus beaux :

- L’hôtel de Gorsse (30 place Henri de Gorsse) : il a été construit entre le 15ème et 16ème siècle.

- L’hôtel de Reynes (12 rue Timbal) : il a été construit entre 1520 et 1530 pour le compte de Roger Reynès, un des plus riches marchands pasteliers albigeois. Il possède une superbe cour intérieure avec loggia 

- L’hôtel de Saunal (angle de la rue de l'Hôtel de Ville et de la rue Roquelaure) : il date du 16ème siècle.

- L’hôtel de Séré de Rivières  (6 rue Saint-Clair) : il a été construit au 17ème siècle et il possède l'une des plus grandes cours intérieures d'Albi..

- L’hôtel Decazes (10 rue Toulouse-Lautrec) : il a été construit au 17ème siècle.

- L’hôtel des Aussaguel (rue des Nobles) : il a été construit au 16ème siècle.

- L’hôtel de Castelnau (rue des prêtres)

Rue Toulouse Lautrec, on peut voir deux maisons ayant abrité des hommes célèbres :

- au n°12, le navigateur et explorateur Jean-François Lapérouse y a vécu.

- au n°14, Toulouse Lautrec y est né en 1864.

 

Bonne visite

 

N'hésitez pas à poster un commentaireà faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebookAucune copie autorisée sur ce blog. 

Avertissement : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent nullement la responsabilité de l'auteur.

Cliquer sur les photos en format paysage pour les agrandir.

Publié dans Occitanie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article