Brève histoire de la ville de Saint-Jean de Luz

Publié le par hunza

 

Vers 1020 : la région autour de Saint-Jean de Luz est cédée au roi de Navarre, Sanche III, qui en fait la vicomté du Labourd.

Dès le 9ème siècle, la baleine est chassée à bord de trainières dans le golfe de Gascogne. 

1154 : l'Aquitaine devient anglaise.

1193 : la vicomté du Labourd est rattachée au duché d'Aquitaine.

Durant la guerre de Cent Ans, les troupes du roi de Castille qui est l'allié de la France pillent la ville qui est anglaise en 1377 et 1419. 

A la fin du Moyen Age, la chasse à la baleine se déplace vers l'Atlantique nord au large de Terre Neuve où on commence aussi à pêcher la morue.

- 1515-19 : grande peste

Guerres d'Italie qui opposent, entre autres, la France à l'Espagne 

- 1524 : les Espagnols ravagent le Labourd lors de la 6ème guerre d'Italie.

- 1542 : les Espagnols ravagent le Labourd lors de la 9ème guerre d'Italie.

- 31 juillet 1558 : lors de la 11ème guerre d'Italie, les troupes espagnoles envahissent le Labourd et détruisent entièrement Saint-Jean de Luz. La paix est finalement signée en avril 1559.

- 1608 : épidémie de peste.

Du 17ème au début du 19ème siècle, Saint-Jean de Luz est aussi une cité corsaire, ce qui permit à certains armateurs de faire fortune en profitant des prises de guerre faites à l'ennemi au nom du roi de France.

Guerre franco-espagnole (1635-1659) qui commence durant la guerre de Trente Ans :

- 1636 : prise de Saint-Jean par les Espagnols qui reperdent la ville 1 ans plus tard.

- 9 juin 1660 : mariage de Louis XIV avec l’infante d'Espagne Marie-Thérèse d'Autriche dans l'église de Saint-Jean de Luz. Ce mariage acté lors du traité des Pyrénées (7 novembre 1659) scelle la paix entre la France et l'Espagne.

Jusqu'à 1670, Saint-Jean de Luz était relativement bien protégé par les tempêtes grâce aux falaises de Socoa et de Sainte-Barbe, mais l'érosion finit par avoir raison de cette protection naturelle et les inondations commencèrent à mettre à mal la ville et son activité principale, celle du port.

A partir du 18ème siècle, les pécheurs délaissent la baleine et la morue pour la sardine.

Il y eut les terribles tempêtes de janvier 1749, du printemps 1782 puis surtout celle de 1822 qui fit disparaître tout un quartier de Saint-Jean de Luz, celui de La Barre avec ses 200 maisons, soit 1/4 de la ville qui demeure engloutie au fond de la baie.

- Novembre 1813 : Saint-Jean de Luz est la première ville française prise par les Anglais qui poursuivent l'armée napoléonienne arrivant d'Espagne.

- 1854 : lors de son premier séjour à Biarritz, l'empereur Napoléon III vient à Saint-Jean de Luz où il entend les problèmes de la ville face aux terribles dégâts causés par les tempêtes et s'engage à la faire protéger en fermant la baie.

  • La digue de Socoa, longue de 325 m, est construite entre 1864 et 1876.
  • La digue de l'Artha, longue de 250 m, est construite entre 1867 et 1891.
  • La digue de Sainte Barbe, longue de 180 m, est construite entre 1873 et 1883

A la fin du 19ème siècle, à l'instar de Biarritz dont la mode est lancée par le couple impérial, Saint-Jean de Luz devient une station balnéaire.

- 1864 : arrivée du chemin de fer à Saint-Jean de Luz. A noter qu'il a fallu combler les marais pour construire la gare.

A partir du milieu du 20ème siècle, la pêche luzienne s'oriente vers le thon.

Bonne lecture

 

Voir mon article de blog sur la ville en cliquant sur le lien suivant :

Que faire "sans voiture" à St Jean de Luz

 

N'hésitez pas à poster un commentaireà faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebookAucune copie autorisée sur ce blog. 

Avertissement : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent nullement la responsabilité de l'auteur.

Publié dans Histoire et patrimoine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article