Balade dans le 3ème arrondissement de Paris

Publié le par hunza

Situé au cœur de Paris, il comprend une partie du Marais qu'il partage avec le 4ème arrondissement. Dans un entrelacement de rues étroites, on peut y voir de très beaux hôtels particuliers et profiter d'en visiter quelques uns qui ont été transformés en musée (hôtels Carnavalet, de Soubise, Donon, Salé, de Guénégaud, etc ...). Certaines églises abritent des œuvres d'art intéressantes (Saint-Denys du Sacrement, Saint-Nicolas des Champs). Et puis, pour les passionnés d'inventions techniques, c'est ici que se trouve le Conservatoire des des Arts et Métiers.

Pour consulter le plan du 3ème arrondissement de Paris, cliquez ici

De nos jours, lorsqu'on se promène dans le Marais, on a du mal à imaginer que dans les années 60, le quartier a failli disparaître car il était laissé à l'abandon. C'est André Malraux, dont la loi porte le nom, qui a permis que ce dernier soit déclaré "secteur sauvegardé" en 1964 et, que, peu à peu, les hôtels particuliers du 17ème et 18ème siècle soient réhabilités. Quant à l'origine du nom même de "Marais", il remonte à la période où cet endroit était cultivé par des maraichers.

 

Le musée Carnavalet (23 rue de Sévigné) :

Il réunit 2 hôtels particuliers :
- l'Hôtel Carnavalet qui a été construit entre 1548 et 1560 et remanié par François Mansart vers 1660. Mme de Sévigné y a vécut de 1677 jusqu'à sa mort en 1696. La Ville de Paris l'a acquis en 1866 pour le transformer en musée (inauguration en 1880).
- l'Hôtel Le Peletier de Saint Fargeau qui a été construit entre 1688 et 1692. Acquis par la Ville de Paris en 1895, il est affecté à l'agrandissement du musée Carnavalet à partir de 1989.  

Il retrace l'histoire de Paris et des Parisiens des origines au début du 20ème siècle. On peut y voir, entre autres, des restes de barques datant de 4800 - 4300 avant J.-C. retrouvées lors de fouilles entreprises en 1991 près de Bercy, le beau portrait de Mme Récamier, la chambre reconstituée de Marcel Proust avec le lit dans lequel il a écrit la plus grande partie de son oeuvre "A la Recherche du Temps Perdu", le décor de la bijouterie Fouquet réalisé par Alfons Mucha, etc....

Bon à savoir : le musée est gratuit.

Pour plus d’informations, cliquez ici

Comment y accéder : la station "Saint-Paul" est desservie par la ligne n°1.

Paris, Hôtel Carnavalet

Paris, Hôtel Carnavalet

 

Eglise Saint-Denys du Saint-Sacrement (68 ter rue de Turenne) :

De style néo-classique, la construction de cette église s'est étalée de 1826 à 1835. 

A l'intérieur, on peut y admirer un tableau du peintre Eugène Delacroix : la Pietà, dite aussi "Déposition de la Croix" (1844).

 

Eglise Saint-Denys du Saint-Sacrement
"La Pieta" d'Eugène Delacroix

"La Pieta" d'Eugène Delacroix

 

Le square Georges Caïn (rue Payenne) :

Bordé au nord et à l’est par l’hôtel Le Pelletier de Saint-Fargeau et son orangerie, l'endroit pourrait être romantique avec son dépôt lapidaire provenant du musée Carnavalet s'il n'était pas devenu un parc à chiens ! Au milieu, on peut y voir une oeuvre d'Aristide Maillol, l'Ile-de-France ou la statue d'une femme nue.

 

Statue d'Aristide Maillol, Ile de France

L'Ile de France

Paris, square Georges Caïn avec, en arrière plan, l’hôtel Le Pelletier de Saint-Fargeau

Paris, square Georges Caïn avec, en arrière plan, l’hôtel Le Pelletier de Saint-Fargeau

 

L'Institut suédois (11 rue Payenne) :

Il occupe l'Hôtel de Marle. Construit en 1572, il était complètement délabré lorsque l'état suédois l'a racheté en 1965 pour le transformer en centre culturel. A l'intérieur, il y a une magnifique charpente en carène de bateau renversé dite à la Philibert Delorme. 

Paris, Hôtel de Marle vu depuis la rue Elzevir

Paris, Hôtel de Marle vu depuis la rue Elzevir

 

Le musée Cognacq-Jay (8 rue Elzevir) :

Construit en 1575, l'Hôtel Donon a été acquis par la Ville de Paris en 1974 qui l'a transformé en musée depuis 1990 pour y présenter la collection d'oeuvres d'art du 18ème siècle réunie par les époux Cognacq Jay. Ces derniers avaient fondé le magasin "La Samaritaine" après avoir fait avaient fait fortune en vendant des vêtements. 

L'accès aux collections permanentes est gratuit.

Pour plus d’informations, cliquez ici

 

Paris, musée Cognacq-Jay

Façade de l'Hôtel Denon vue depuis le jardin Lazare Rachline (9 rue Payenne)

 

La rue des Francs Bourgeois, le long de laquelle se trouvent plusieurs hôtels particuliers, délimite les 3eme et 4eme arrondissements.

Pour lire mon article de blog sur le 4ème arrondissement, cliquez ici

 

Impasse des Arbalétriers (38 rue des Francs-Bourgeois) :

Les maisons en encorbellement datent de 1620.

 

Paris, impasse des Arbalétriers

 

La tourelle de l’Hôtel Herouet :

Située à l’angle des rues Vieille du Temple et des Francs Bourgeois, c'est un vestige de l’hôtel particulier construit pour Jean Herouet au début du 16ème siècle.

Comment y accéder : la station "Hôtel de Ville" est desservie par les lignes n°1 et 11.

 

Paris, tourelle de l'hôtel Herouet

Tourelle de l'hôtel Herouet

 

L'Hôtel de Soubise (60 rue des Francs-Bourgeois) :

A cet emplacement, Olivier de Clisson avait fait élever un hôtel particulier à la fin du 14ème siècle. Puis, en juin 1533, la famille des Guise le racheta et fit tout démolir sauf la porte qui est encore visible dans la rue des Archives. En 1700, ce fut François Rohan-Soubise qui l'acquit et qui le fit transformer entre 1704 et 1708. Son fils, Hercule-Meriadec, décida de faire réaménager les appartements vers 1735 en confiant la décoration intérieure à l’architecte Germain Boffrand qui utilisa le style dit " rocaille " (ou " rococo " ) tout en faisant appel à des peintres tels Boucher, Natoire et Van Loo.

L'Hôtel de Soubise fut affecté par Napoléon Ier aux Archives nationales en 1808 et, depuis 1867, il abrite le musée d'Histoire de France. La cour d'honneur mesure 62 m de long et est entourée d'un péristyle à double colonnade.

Voisin de l'Hôtel de Soubise, l'Hôtel de Rohan construit de 1705 à 1708 à la demande d'un autre fils du prince François,  Armand-Gaston, fut, lui aussi, affecté aux Archives nationales à partir de 1928. 

Pour plus d'informations sur le musée, cliquez ici

Comment y accéder : les stations "Rambuteau" (ligne n°11) ou "Hôtel de Ville (lignes n°1 et 11).

Paris, Hôtel de Soubise, les Archives Nationales

Paris, Hôtel de Soubise, les Archives Nationales

 

Il faut absolument en profiter pour visiter les jardins des Archives nationales en empruntant la ruelle de la Roche qui relie le jardin de la cour de l'Hôtel de Soubise à celui de Rohan tout en longeant ceux d'Assy, de Breteuil et de Jaucourt soit 8 000 m² de verdure !

Pour plus d'informations sur les jardins, cliquez ici

 

Paris, jardin des Archives nationales

De gauche à droite, les Hôtels de Breteuil et d'Assy

 

Paris, porte d'entrée de l’hôtel de Clisson

Porte d'entrée de l'hôtel de Clisson donnant sur la rue des Archives

 

L'Hôtel Salé (5 rue de Thorigny) :

Construit entre 1656 et 1659, c'est le plus grand hôtel particulier du Marais. En 1985, il accueille le musée Picasso.

Pour plus d'informations sur le musée, cliquez ici

Paris, Hôtel Salé

Paris, Hôtel Salé

 

Musée de la Chasse et de la Nature (62 rue des Archives) :

Il occupe 2 hôtels particuliers :
- l’Hôtel de Guénégaud construit entre 1661 et 1665 d’après les plans de l'architecte François Mansart qui a été transformé en musée en 1967.
- l’Hôtel de Mongelas (18ème siècle) qui a permis d'agrandir le musée en 2007.

Pour plus d'informations sur le musée, cliquez ici

 

Musée Juif de l'Art et l'Histoire (71 rue du Temple) :

L'Hôtel Saint-Aignan, bâti entre 1644 et 1650, a été réaménagé à la fin du 17ème siècle par le duc de Saint-Aignan après en avoir fait son acquisition. Il a été acquis par la Ville de Paris en 1962 qui l'a transformée en un musée qui a ouvert en 1998.

Pour plus d'informations sur le musée, cliquez ici

 

La plus ancienne maison de Paris (51 rue de Montmorency) :

Elle date de 1407 et son nez de chaussée est actuellement occupé par un restaurant.

Comment y accéder : les stations "Arts et Métiers" (lignes n°3 et 11) ou Réaumur Sébastopol (lignes n°3 et 9)

 

Paris, maison de Nicolas Flamel

 

Le passage de l'Ancre (fermé le week end) :

C'est un lieu pittoresque long d'une soixantaine de mètres, étroit et bien végétalisé qui relie le n°221 rue Saint-Martin au n°30 de la rue de Turbigo.

Comment y accéder : les stations "Arts et Métiers" (lignes n°3 et 11) ou Réaumur Sébastopol (lignes n°3 et 9)

 

Paris, passage de l'Ancre

 

L'église Saint Nicolas des Champs (254 rue Saint-Martin) :

Sa construction s'est étalée du 15ème au 17ème siècle.  

A voir à l'extérieur, sa façade occidentale de style gothique flamboyant et le petit portail de style renaissance inspiré d'un travail de Philibert Delorme sur le côté sud.

A voir à l'intérieur, de nombreuses oeuvres d'art :
- le magnifique retable de l'Assomption de la Vierge réalisé en 1629 par Simon Vouet qui décore le fond du choeur.
- un triptyque du 16 et 17ème siècle divisé en 3 panneaux (le portement de croix, le calvaire et la descente de croix) dans une chapelle latérale côté nord.
- une "Piéta" du peintre Georges Lallemand (1620-22), etc ...

A savoir : la paroisse est animée par la Communauté de l'Emmanuel et tous les jeudis à 18h00 a lieu la prière de la guérison.

Comment y accéder : les stations "Arts et Métiers" (lignes n°3 et 11) ou Réaumur Sébastopol (lignes n°3 et 9)

 

Paris, église Saint-Nicolas des Champs

Le retable de l'Assomption peint par Simon Vouet 

 

Le musée des Arts et Métiers (60 rue Réaumur) :

Créé en le 10 octobre 1794, son objectif était de conserver les outils et les machines nouvellement inventées afin de promouvoir le progrès technique. Depuis, c'est devenu un musée qui retrace l'histoire des sciences et des techniques de la Renaissance à nos jours.

Il est installé dans l’ancien prieuré de Saint-Martin des Champs construit à la fin du 11ème siècle et fermé lors de la Révolution.

On peut y voir, entre autres, les avions de Clément Ader (le premier qui vola quelques secondes) et de Louis Blériot (celui avec lequel il traversa pour la première fois la Manche) ou le fardier de Cugnot. Dans l'ancienne église datant du 13ème siècle, le pendule de Foucault est là pour démontrer la rotation de la terre.

Pour plus d'informations sur le musée, cliquez ici

Comment y accéder : les stations "Arts et Métiers" (lignes n°3 et 11) ou Réaumur Sébastopol (lignes n°3 et 9)

Paris, église Saint-Martin des Champs

Paris, église Saint-Martin des Champs

 

Le marché des Enfants Rouges (39 rue de Bretagne) :

C'est le plus ancien marché de Paris puisqu'il date de 1615. Couvrant une surface de 2 000 m2, on y trouve des produits frais mais, surtout, il offre la possibilité de se restaurer en goûtant des nourritures du monde entier.

Ouverture du mardi au samedi de 8h30 à 19h30 et le dimanche de 8h30 à 14h00. 

Métro : Filles du Calvaire (ligne n°8)

Paris, le marché des Enfants Rouges

Paris, le marché des Enfants Rouges

 

Le square du Temple - Elie Wiesel :

A proximité se trouve le square du Temple avec sa mare aux canards et son kiosque à musique. Il a été aménagé en 1857 lors des grands travaux du baron Haussmann.

Comment y accéder : la station "Temple" est desservie par la ligne n°3.

Paris, square du Temple - Elie Wiesel

Paris, square du Temple - Elie Wiesel

 

Place de la République :

En 1854, le Baron Haussmann fait aménager la place du Château d’Eau dans sa configuration actuelle. En 1879, elle est rebaptisée "place de la République". En son centre, le monument symbolisant la République, haut de 25 mètres, est inauguré le 14 juillet 1883.
 

Paris, place de la République

 

Bonne balade

 

N'hésitez pas à poster un commentaire, à faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebook. Aucune copie autorisée sur ce blog.

 

NB : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent en aucun cas la responsabilité de l'auteur.

 

Voir aussi mes autres articles sur Paris en cliquant sur les liens suivants :

Balade dans Paris de nuit
Les plus beaux panoramas sur Paris
Visiter les lieux insolites et méconnus de Paris
Paris en vélo de Bercy au bois de Boulogne par les berges de la Seine
Balade à pied ou en vélo le long des canaux Saint-Martin et de l'Ourcq à Paris

Fontaines, bassins et jets d’eau à Paris
Les arbres remarquables à Paris

Balade au bois de Boulogne
Balade au bois de Vincennes

Publié dans Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article