Pau, les lieux incontournables à visiter

Publié le par hunza

Pau doit sa renommée pour avoir été la ville natale d'un des plus grands rois de France, à savoir Henri IV, mais aussi pour être devenue une destination touristique majeure de la fin du 19ème et du début 20ème siècle. D'ailleurs, ce n'est pas pour rien que la destinée de Pau fut comparée à celle de Nice ! L'une avait son boulevard des Pyrénées et l'autre sa promenade des Anglais. De nos jours, les choses ont bien changé car Pau n'est plus du tout le lieu de villégiature pour les riches hivernants du monde entier, à la différence de Nice. Cependant, la cité béarnaise ne manque pas d'attraits, bien au contraire, pour qu'on s'y arrête et qu'on aille découvrir les multiples facettes de cette ville à peine millénaire.

 

Comment venir à Pau :

En train, compter environ 4h17 de temps de trajet depuis Paris Montparnasse ou 2h07 depuis Bordeaux pour une distance de 232 km :

Pour les horaires de trains, cliquez ici

En bus : avec Flixbus.

En avion : en utilisant le comparateur de vol Edream cliquez ici

Pour connaître l'horaire des bus qui assurent la liaison entre l'aéroport et Pau, cliquez ici

 

Pour se déplacer, on peut aussi utiliser le covoiturage :  https://www.blablacar.fr/

 

Avec le comparateur de trajets OMIO, vous avez la possibilité de trouver tous les horaires, les trajets les plus rapides et comparer les meilleurs prix parmi plusieurs centaines de compagnies de transport :

Pour utiliser Omio, cliquez ici

 

Cartes de la ville 

L'office du tourisme se trouve sur la place Royale, à proximité de l'Hôtel de Ville.

Pour consulter le plan de Pau édité par l'office du tourisme, cliquez ici

Pour consulter le plan de Pau sur OpenStreetMap, cliquez ici

Pour afficher Pau et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo :

Pour la consulter, cliquez ici

 

BRÈVE HISTOIRE DE PAU

 

9ème siècle : naissance de la vicomté de Béarn.

12ème : première mention écrite de l’existence d’un château qui dominait un gué permettant de traverser le gave.

1290 : les "Gaston" sont comte de Foix et vicomte de Béarn.

1347 : pour éviter d’être entraîné dans la guerre de Cent ans et de devoir choisir entre les Français et les Anglais, Gaston Febus (Gaston III) proclame l’indépendance du Béarn.

1436 : début du règne de Gaston IV de Foix-Béarn durant lequel le bourg de Pau devient la capitale du Béarn au détriment d’Orthez ce qui va être à l’origine de son développement.

1462 : la couronne de Navarre revient au comte de Foix et vicomte de Béarn.

3 décembre 1553 : naissance d'Henri III de Navarre dans le château de Pau.

1589 : il devient roi de France sous le nom d’Henri IV.

1592 : un pont de pierre remplace la passerelle en bois qui franchissait le gave.

Octobre 1620 : le fils d’Henri IV, Louis XIII, rattache le Béarn à la couronne de France et autorise l’installation du Parlement de Navarre à Pau.

En 1842, la publication par un médecin écossais, Alexander Taylor, d’un livre décrivant les bienfaits du climat de Pau pendant la période hivernale et des eaux minérales pyrénéennes va être le point de départ de sa transformation en lieu de villégiature pour les grandes fortunes anglo-saxonnes mais aussi du monde entier qui vont s’y donner rendez-vous à la fois pour se soigner (tuberculose) mais aussi pour se montrer. Ainsi, Pau va profiter de ce tourisme "climatique" jusqu’à la grande crise économique de l’entre-deux guerres. Pour bien accueillir ses "hivernants"  majoritairement britanniques et américains, on construisit de grands hôtels luxueux, des villas, un grand théâtre, un casino, un hippodrome, sans oublier la promenade du boulevard des Pyrénées.

1856 : inauguration à Pau du premier golf hors des îles britanniques.

1862 : inauguration du grand théâtre.

1863 : arrivée du chemin de fer.

1951 : découverte gisement de Lacq.

 

VISITE DE LA VILLE 
Pau est une ville de 77 000 habitants environ
Ville d'art et d'histoire depuis 2011

 

La loi du 4 août 1962 (loi Malraux) a été utilisée par la municipalité pour créer un secteur sauvegardé* d'une surface de 85 hectares en 2016. Cela permet de sauver et de mettre en valeur le patrimoine bâti historique du centre ville qui était plutôt délaissé tout en l'adaptant aux évolutions de la vie contemporaine. 

* En application d'une loi du 7 juillet 2016, le terme de "secteur sauvegardé" a été remplacé par celui de "Site Patrimonial Remarquable". 

 

En sortant de la gare pour se diriger vers la gare du funiculaire, on est surpris de voir une … palmeraie. La présence de ces arbres plantés à la fin du 19ème siècle montre bien que le climat palois est doux !

Le funiculaire :

Inauguré en 1908, il permet de s'affranchir d'un dénivelé de 30 m que parcourent les "sentiers du Roy" entre les palmiers. Son accès est gratuit.

Funiculaire de Pau

Funiculaire de Pau

 

Le château de Pau

Il est construit sur un éperon dominant le gave.

Le donjon de briques haut de 33 m date de l’époque de Gaston Phébus.

C’est le vicomte Gaston IV qui va être l’initiateur de la transformation de la forteresse en résidence princière. Il devient un palais de la renaissance et, plus tard, avec l’acquisition de la couronne de Navarre, un palais royal.

Après le rattachement du Béarn à la France, le château va servir de prison puis de caserne. Au 19ème siècle, il est restauré et la cour intérieure est ouverte sur la ville avec la construction d’un portique néo renaissance.

Pour plus d’informations sur le château, cliquez ici

Pau, les lieux incontournables à visiter

 

Ses jardins et son parc qui se prolonge à l'ouest atteignent la superficie de 22 hectares.

En face du château se trouve l'ancien Parlement de Navarre avec la tour éponyme qui est l'ancien clocher de l'église Saint-Martin détruite en 1884.

Au n°2 de la rue du Château, s'élève l’hôtel particulier Peyré qui a été construit au 17ème siècle. Le sol de la cour est constitué de petits galets du gave.

 

La rue du maréchal Joffre

C'est la rue principale qui traverse le cœur historique de Pau quand la ville à commencer à s'étendre vers l'est au 15ème - 16ème siècle. On y trouve des hôtels particuliers du 17ème - 18ème siècle.  Elle passe par la place Reine Marguerite qui est la plus ancienne de la ville. 

Sur la gauche, on peut rejoindre la "coulée verte d'Hédas" qui suit le tracé de la rivière qui a été canalisée et enterrée jusqu'au confluent avec le gave. On passe sous un pont, puis on longe une falaise abrupte avec quelques maisons "suspendues" avant d'atteindre les remparts lorsqu'on se retrouve au pied du château.

 

Pau, tour de la Monnaie

La tour de la Monnaie (14ème siècle)

 

On peut revenir dans la haute-ville en passant par la tour de la Monnaie à l'intérieur de laquelle un ascenseur vous emmène au niveau des jardins aménagés au pied du château.

 

Le boulevard des Pyrénées :

Achevé en 1900, il relie le château de Pau au parc Beaumont (1 km). C'est un véritable belvédère qui permet de profiter d’une vue splendide sur la chaîne des Pyrénées. A l’époque, c’était en quelque sorte le pendant de la promenade des Anglais à Nice mais version montagne car, s’il servait pour la promenade, il permettait aussi de se montrer.

En partant du château, on passe devant :
- l'ancien hôtel Gassion qui était considéré comme l’hôtel le plus moderne d'Europe lorsqu'il a été inauguré en 1872. Dans les années 30, il a été transformé en appartements.
- la place Royale : elle est aménagée en 1688. En son centre, on peut voir la statue d'Henri IV, au fond, l’Hôtel de Ville, et, côté est, l'ancien hôtel de France.
- la villa Challe (n°14) : appelée "l’immeuble aux colonnes", elle date de 1929 et est de style "art déco".

 

Le parc Beaumont :

Ouvert en 1878, il a été réaménagé en parc paysager anglais en 1898. Sa superficie actuelle est de 13 hectares.

A l’entrée du parc s’élève le palais Beaumont construit à la fin du 19ème siècle. A l’époque, c’était le palais d’hiver qui servait de salle de spectacles avant d’être transformée en casino. Rénové en 2000, ce bâtiment de la « belle époque » est devenu un centre des congrès.

 

Les villas anglaises :

Il en reste une centaine sur les trois cents que comptait Pau à la "Belle Epoque". Contrairement à leur appellation, elles n'étaient pas construites par des Britanniques mais ils appréciaient la location de ces belles villas aux styles si différents (baroque, victorien, flamand, gothique, etc …) et entourées de jardins avec vue sur les montagnes.

Beaucoup se trouvent dans le quartier Trespoey qui s'étend derrière le parc Beaumont et parmi celles-ci, on peut citer :

- la Villa Navarre (n°59 avenue Trespoey).
- la villa Saint Basil’s (n°61 avenue Trespoey) : construite en 1888 et remodelée vers 1927.
- la villa Nitot (n°3 rue Nitot) : elle est construite en 1890 avec des galets du gave et agrémentée de bow windows. 
- la villa Beit-Rahat (n°3 rue du Stade Nautique) : elle est construite en 1850 et voisine le jardin Kofu (jardin japonais).
- la Villa "San Carlos" (n°1 rue du Stade Nautique) : elle est construite en 1862.
- la villa Sorrento avec son donjon (n°25 rue du Castet de L’array) : elle date de 1886.

 

A voir si vous avez du temps :

- la maison Balagué ou maison natale de Bernadotte (n°8 rue Tran) :

Construite en 1730, elle a été réaménagée en musée où sont exposés les souvenirs de celui qui fut maréchal d’empire puis roi de Suède. Entrée gratuite.

Pour plus d’informations, cliquez ici

- le musée Beaux-Arts :

Il est installé dans un bâtiment art déco datant de 1931. On peut y contempler des oeuvres de Gréco, Ribera, Velazquez, Soroya, Teneers, Brueghel de velours, Rubens, Berthe Morisot, Degas, Lhote ...

Pour plus d’informations, cliquez ici

 

Bonne visite

 

N'hésitez pas à poster un commentaireà faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebookAucune copie autorisée sur ce blog. 

Avertissement : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent nullement la responsabilité de l'auteur.

Cliquer sur les photos en format paysage pour les agrandir.

Publié dans Nouvelle Aquitaine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article