Mantes la Jolie, une ville d'Ile de France à découvrir

Publié le par hunza

Malgré une mauvaise réputation qui n'incite pas au tourisme, Mantes la Jolie offre tout de même de belles surprises à celui qui fait fi de ce que les médias finissent par instiller de négatif dans nos esprits en mettant en avant les faits divers anxiogènes. Certes, il ne faut pas les ignorer mais ils ne doivent pas reléguer toute une ville au ban des endroits à éviter à tout prix. Mantes la Jolie dispose d'un centre-ville avenant regroupé autour d'une collégiale qui n'a rien à envier aux cathédrales d'Ile de France tellement elle leur ressemble à plus d'un titre. Et puis, il y a le vieux pont immortalisé par Corot, une très jolie église romane et, pour ceux, qui aiment la randonnée, ça peut être un point de départ sur le GR qui longe la vallée de la Seine en direction de Giverny. Bref, Mantes la Jolie qui est très bien desservie depuis Paris, mérite qu'on s'y intéresse même si la ville est loin de faire partie des sites les plus visitées d'Ile de France ....

 

Comment venir à Mantes la Jolie :

En train TER (compter environ 40 minutes de temps de parcours depuis Paris Saint-Lazare pour un trajet de 57 km) :

Pour les horaires, cliquez ici

En train Transilien (ligne J) en passant soit par Conflans Sainte-Honorine, soit par Poissy qui est le trajet le plus court mais, à la différence des TER, ils ne sont pas directs.

 

Pour se déplacer, on peut aussi utiliser le covoiturage : https://www.blablacar.fr/

 

Avec le comparateur de trajets OMIO, vous avez la possibilité de trouver tous les horaires, les trajets les plus rapides et comparer les meilleurs prix parmi plusieurs centaines de compagnies de transport :

Pour utiliser Omio, cliquez ici

 

Carte de la ville 

Le point information tourisme se trouve près de la cathédrale, soit à 1,2 km de la gare SNCF.

Pour consulter le plan de Mantes la Jolie sur OpenStreetMap, cliquez ici

Pour afficher Mantes la Jolie et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo

Pour la consulter, cliquez ici

 

Histoire de Mantes la Jolie

 

911 : traité de Saint-Clair sur Epte qui fonde le duché de Normandie et qui fait de Mantes une "ville frontière" du domaine royal.

1077 : le roi Philippe Ier s'empare des biens du comte du Vexin qui a décidé de consacrer sa vie à Dieu et qui n'a pas de descendant. Ainsi, Mantes est rattachée au domaine royal ce que n'accepte pas le duc de Normandie qui revendiquait aussi le Vexin.

1087 : Guillaume le Conquérant attaque Mantes.

1110 : le roi Louis VI octroie à Mantes le statut de commune ce qui lui permet d'avoir plus d'autonomie.

Au 12ème siècle, Mantes s'entoure de remparts.

Vers 1196 : fondation d'un hôtel-Dieu.

14 juillet 1223 : mort de Philippe Auguste à Mantes.

La ville prospère grâce à la Seine - tous les mariniers doivent s'acquitter d'une taxe - et aux vignobles qui l'entourent.

1351 : Charles "le Mauvais", roi de Navarre, devient comte de Mantes et de Meulan (suite à l’échange des comtés de Brie et de Champagne).

7 avril 1364 : Charles V fit reprendre la ville par Du Guesclin car les Navarrais étaient alliés aux Anglais depuis 1356. 

5 février 1419 : la ville est prise par les Anglais. 

26 août 1449 : les Français libèrent la ville.

Fin 16ème siècle : renforcement des remparts.

1591 - 94 : Henri IV se rend fréquemment à Mantes qui se situe à mi-chemin entre Paris et Rouen qui sont des villes aux mains des Ligueurs qui refusent l'accession au trône d'un protestant. Il y retrouve sa maîtresse Gabrielle d'Estrée qui va le convaincre d'abjurer. 

Sous Louis XV, démolition des remparts car Mantes ne présente plus aucun intérêt défensif.

1843 : inauguration de la ligne de chemin de fer Paris - Rouen.

1930 : la commune de Gassicourt est rattachée à Mantes qui devient Mantes-Gassicourt. 

20 avril 1944 : début des bombardements alliés.

30 mai 1944 : les Américains bombardent le pont de Mantes mais une partie du centre-ville est détruit.

19 août 1944 : entrée des soldats américains à Mantes.

Les bombardements ont causé la mort de plus de 400 civils et entraîné de nombreuses destructions.

1953 : le nom de Mantes-Gassicourt est abandonné au profit de Mantes-la-Jolie grâce à une légende, celle de l'envoi d'un courrier du roi Henri IV à Gabrielle d'Estrées résidant à Mantes dans lequel il écrivait : « Je suis à Mantes, ma Jolie…». 

 

Visite de Mantes la Jolie
(43 000 habitants environ en 2022)

 

La collégiale Notre-Dame

Eh bien non, malgré sa ressemblance avec les cathédrales, ce n'en est pas une car le siège de l'évêché se trouve à Versailles ! Il s'agit d'une collégiale. 

Son édification débute vers 1155 dans une période qui correspond aux constructions des cathédrales de Laon, Senlis et Paris d'où certaines similitudes. Son style est donc celui du gothique primitif. Elle est bâtie avec de la pierre de Vernon et de la craie blanche de Rouen.

 

Collégiale Notre Dame de Mantes la Jolie

 

Quelques chiffres : 67,7 m de longueur et 29,9 m de hauteur sous voûte

A voir à l'extérieur :

- la façade occidentale avec ses trois portails dont certaines sculptures ont été bûchées à la Révolution :

  • celui de gauche est le plus ancien (vers 1175) : il représente la résurrection du Christ.
  • le tympan de celui du centre (1170 - 1180) illustre le couronnement de la Vierge.
  • celui de droite, surmonté d'un gâble, a été réalisé vers 1300; il est encore appelé "portail des Echevins" - il a été financé par ces derniers - et on peut y voir des scènes de l'enfance du Christ et de la Passion.
Les trois portails de la collégiale de Notre Dame de Mantes la Jolie

Les trois portails de la collégiale de Notre Dame de Mantes la Jolie

Collégiale Notre Dame de Mantes la Jolie, portail de la résurrection du Christ

Collégiale Notre Dame de Mantes la Jolie, portail de la résurrection du Christ

Collégiale Notre Dame de Mantes la Jolie, portail du couronnement de la Vierge

Collégiale Notre Dame de Mantes la Jolie, portail du couronnement de la Vierge

 

- les tours hautes de 54,4 m. 
Celle du nord (13ème siècle) a été refaite au 19ème siècle car elle menaçait de s'effondrer. Alors que c'était la plus ancienne des deux tours et qu'elle était donc différente de sa voisine, l'architecte mantais Alphonse Durand, qui était un élève de Viollet le Duc, voulut qu'elle ressemble à la tour sud élevée au 15ème siècle. Il a aussi fait rajouter galerie de colonnettes entre les deux.

- la toiture avec ses tuiles vernissées et sa curieuse décoration. Regardez bien ! En fait, il s'agit de croix potencées qui sont les armes de Thibaut de Champagne qui aurait participé à son financement.

Il faut se rendre sur l’île aux Dames pour profiter de la plus belle vue sur la collégiale.

Mantes la Jolie, une ville d'Ile de France à découvrir

 

A voir à l'intérieur :

 

Collégiale Notre Dame de Mantes la Jolie

 

- la splendide rosace de 8,5 m de diamètre de la façade occidentale créée entre 1215 et 1225 ce qui en fait une des plus anciennes de France. Le médaillon central qui représente le Christ juge accompagné d'anges est entouré de 24 autres médaillons illustrant des scènes du Jugement dernier. Les couleurs rouge et bleu sont dominantes.

Grande rose de la collégiale Notre Dame de Mantes la Jolie

Grande rose de la collégiale Notre Dame de Mantes la Jolie

 

- l'orgue Merklin qui se trouve dans les tribunes au-dessus du bas-côté nord fut assemblé par le facteur d'orgue Joseph Merklin en 1897.

- la statue polychrome de la Vierge à l'enfant du 14ème siècle dans le bas-côté nord

 

Statue de la Vierge à l'enfant de la collégiale Notre Dame de Mantes la Jolie

 

- les chapelles rayonnantes rajoutées à la fin du 13ème - début du 14ème siècle autour du choeur.

 - la chapelle Royale de Navarre réalisée entre 1354 et 1362 à l'entrée du chœur, côté sud; on peut y voir 4 statuettes datant du 14ème siècles ainsi que des vitraux du 14ème siècle.

 

Collégiale de Mantes la Jolie, statuettes dans la chapelle royale de Navarre

Statuettes du 14ème siècle représentant Jeanne de Navarre et Jeanne de France

Vitrail de la chapelle royale de Navarre de la collégiale Notre Dame de Mantes la Jolie

Vitrail de la chapelle royale de Navarre de la collégiale Notre Dame de Mantes la Jolie

 

Les vestiges de remparts

- la tour Saint-Martin (12ème siècle) au n°44 de la rue des Martraits : rachetée par la ville, elle va être restaurée et rendue visible car, actuellement, elle se trouve sur un terrain dont l'accès est souvent fermé par un portail. En continuant la rue en direction de la seine, on peut voir un bout de rempart en face de l'école Notre Dame.

 

 

- la poterne dite de la "Porte au Prêtre" accessible soit par le quai des Cordeliers, soit par la rue du Fort qui lui est parallèle.

 

Mantes la Jolie, poterne dite de la Porte aux Prêtres

 

- l'échauguette du Quai des Cordeliers : elle est à 100 m de la Porte au Prêtre en remontant la Seine. 

- dans le square Gabrielle d'Estrées.

Ne pas hésiter à se promener dans l'ancien quartier entourant la collégiale qui a conservé le parcellaire médiéval malgré la reconstruction d'après guerre.

 

Mantes la Jolie, rue des Basses Tanneries

Rue des Basses Tanneries

 

Des constructions remarquables

- une maison à pans de bois rescapée des bombardements de 1944 dans la rue de la Gabelle

 

Mantes la Jolie, maison à pans de bois

 

- l'hôtel-Dieu qui date de 1675 et qui se trouve à proximité de la collégiale.

Il a été transformé en musée qui abrite notamment la collection permanente du peintre néo- impressionniste Maximilien Luce ainsi que le dépôt lapidaire et vitraux provenant de la collégiale.

Pour plus d'informations, cliquez ici

 

Musée de l'Hôtel-Dieu de Mantes la Jolie

 

- la tour Saint-Maclou haute de 45 m et la place du Marché au Blé 

C'est un ancien clocher du 16ème siècle qui faisait partie d'une église édifiée au 11ème siècle qui a été détruite après la Révolution car elle menaçait ruine.

Mantes la Jolie, place du Marché au Blé et tour Saint-Maclou

Mantes la Jolie, place du Marché au Blé et tour Saint-Maclou

 

- les hôtels particuliers du 17ème et 18ème siècle dans la rue Baudin dont ceux de Vendôme et de Mornay

 

Le vieux-pont de Limay (1162)

Pour le contempler il faut se rendre sur le pont "neuf" de Mantes en direction de Limay. 

Il faisait partie d'un ensemble de 3 ponts (37 arches en tout) qui reliait Limay à Mantes qui avait été construit en pierre à la demande du roi Philippe Auguste. C'est donc un des plus anciens ponts de France.

Le peintre Jean Baptiste Corot l'a immortalisé en 1868 et le tableau est exposé au Louvre.

Ce sont les soldats français qui l'ont détruit le 9 juin 1940 pour retarder l'avance allemande en 1940 en dynamitant deux de ses arches. 

Vieux pont de Limay

Vieux pont de Limay

Vieux pont de Limay avec la maison du passeur vu depuis l'île aux Dames

Vieux pont de Limay avec la maison du passeur vu depuis l'île aux Dames

 

L'église Sainte-Anne de Gassicourt

Elle se situe à 2,2 km de la collégiale Notre-Dame et 1,7 km de la gare SNCF.

De style roman, elle a été bâtie au début du 12ème siècle et plusieurs fois remaniée depuis.

A voir à l'extérieur, le beau portail roman de la façade occidentale.

A voir à l'intérieur, les vitraux des 13ème et 14ème siècle, des fresques du 14ème siècle sur les murs du transept, les 32 stalles en chêne de la fin du 15ème siècle, etc ... 

Bonne visite.

 

Voir mes articles de blog en cliquant sur les liens suivants :

Randonnée de Mantes la Jolie à Giverny et Vernon par le GR2

En train depuis la gare Saint-Lazare pour visiter les environs de Paris

Vernon, les lieux incontournables à visiter

 

N'hésitez pas à poster un commentaire, à faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les randonneurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai.
Vous pouvez également consulter ma page facebook. Aucune copie autorisée sur ce blog. 

NB : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent en aucun cas la responsabilité de l'auteur.

Cliquez sur les photos en format "paysage" pour les agrandir.

Publié dans Ile de France, Villes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article