Visiter Compiègne en une journée

Publié le par hunza

Située à la limite de la Picardie, Compiègne a toujours attiré les rois de France pour sa proximité avec une forêt giboyeuse. De cette période, il en reste un des plus beaux palais de France mais, contrairement à Versailles et Fontainebleau, il attire beaucoup moins les touristes. Et pourtant, la visite des appartements n'en est pas moins magnifique, d'autant plus que Napoléon III et son épouse aimaient à venir y résider et qu'on a conservé l'aménagement intérieur de cette époque. De plus, le parc du château offre la possibilité de belles balades à faire tout comme dans la forêt, aux alentours. Sans oublier que la ville de Compiègne recèle un patrimoine architectural intéressant à découvrir en suivant un circuit proposé par l'office du tourisme.

 

Comment venir à Compiègne :

En train (52 minutes environ de trajet depuis Paris Nord pour un trajet de 85 km) :

Pour les horaires, cliquez ici

 

Pour se déplacer, on peut aussi utiliser le covoiturage : https://www.blablacar.fr/

 

Avec le comparateur de trajets OMIO, vous avez la possibilité de trouver tous les horaires, les trajets les plus rapides et comparer les meilleurs prix parmi plusieurs centaines de compagnies de transport :

Pour utiliser Omio, cliquez ici

 

Cartes de la ville 

L'office du tourisme se trouve à côté de l'Hôtel de ville, à 650 m à pied de la gare SNCF.

Pour consulter le plan du centre-ville de Compiègne délivré par l'office du tourisme, cliquez ici

Pour consulter le plan de Compiègne sur OpenStreetMap, cliquez ici

Pour afficher Compiègne et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo :

Pour la consulter, cliquez ici

 

Brève histoire de Compiègne

 

9ème siècle : Charles le Chauve devient roi et veut tout faire pour retrouver l'empire de Charlemagne mais il échoue à reprendre Aix la Chapelle et, finalement, choisit Carlopolis (Compiègne) pour capitale.

876 : il fonde l'abbaye Saint-Corneille qui recevra le Saint-Suaire, le voile de la Vierge, etc .... C'est donc elle qui est à l’origine de la ville de Compiègne car la ville va se développer tout autour.

Fin du 9ème siècle : des remparts sont élevés pour protéger la ville

1153 : Louis VII accorde une charte communale à la ville de Compiègne.

12ème siècle : les remparts sont agrandis

13ème siècle : Saint-Louis décide de faire démolir le château-fort bâti près de l'Oise dont il ne reste plus que les vestiges d'une tour qui a été le premier donjon de France à forme circulaire.

1358 : réunion des Etats Généraux.

1374 : le roi Charles V opte pour la construction d'une résidence protégée par une enceinte qui va occuper l’emplacement actuel du château de Compiègne. 

1430 : siège de Compiègne par les Anglais qui a amené à sa capture de celle qui était venue soutenir les Compiègnois

28 mai 1430 : capture de Jeanne d’Arc, qui était venue au secours des Compiégnois dont la ville était assiégée par les Anglais depuis plusieurs mois.

18ème siècle : destruction du pont Saint-Louis dont il ne reste plus que les vestiges de 2 arches. C'est à proximité de celui-ci qu'eut lieu l'escarmouche au cours de laquelle Jeanne fut capturée avec la complicité d'un capitaine français qui ferma le pont pour l’empêcher de venir se réfugier dans la ville.

1810 : Napoléon accueille Marie-Louise au château de Compiègne.

Mai 1940 : bombardements allemands qui détruisent le centre-ville

11 novembre 1918 : signature armistice dans la clairière de Rethondes.

22 juin 1940 : signature de l'armistice dans la clairière de Rethondes (Hitler tient sa revanche).

 

Visite de la ville
(41 000 habitants en 2018 d'après l'INSEE)

 

Le château :

Compiègne est un lieu très prisé par les rois de France en raison de la proximité de la forêt qui est très giboyeuse.

Le château actuel date de la période du règne de Louis XV car c'est à sa demande que l'ancien château a été rasé pour être entièrement reconstruit d'après les plans de l'architecte Jacques Ange Gabriel. Il a fallu 50 ans pour édifier ce palais de style néoclassique.

Abandonné durant la période révolutionnaire, Napoléon Ier qui appréciait le lieu le fit restaurer. C'est aussi à sa demande que fut réalisée la longue perspective des Beaux-Monts (4 km) pour accueillir et plaire à sa nouvelle épouse, Marie-Louise d'Autriche, qui avait vécu au château de Schönbrunn où existait déjà ce type de paysage.

Napoléon III et son épouse Eugénie aimaient beaucoup résider dans le palais de Compiègne et lorsque le règne de l'empereur pris fin en 1870, on ne toucha pas à l'aménagement intérieur ce qui fait qu'aujourd'hui, on visite la résidence impériale telle qu'elle était à l'époque du second empire.

De nos jours, le château abrite 3 musées :

- des appartements royaux et du 1er empire

- du second empire

- de la voiture et des carrosses jusqu'au début du 20ème siècle.

Pour plus d'informations pour la visite du château, cliquez ici

Quant au parc, il est en accès libre.

Château de Compiègne

Château de Compiègne

Château de Compiègne

Château de Compiègne

Château de Compiègne

Château de Compiègne

Château de Compiègne, allée des Beaux-Monts

Château de Compiègne, allée des Beaux-Monts

 

L’hôtel de Ville

Construit de 1498 à 1530, sa façade est de style gothique flamboyant. Sérieusement abîmé durant la période révolutionnaire, il a été restauré sous l'égide de Viollet le Duc.

Au centre de l'édifice, le cavalier représente le roi Louis XII.

Au sommet du beffroi, on peut voir les trois Picantins qui ont été installés en septembre 1531. Ils correspondent aux 3 ennemis de la France de l'époque : Langlois vêtu de rouge (c'est l'Anglais), Lansquenet en vert (c'est l'Allemand) et Flandrin en bleu (c'est le Flamand). Ils s'animent tous les 1/4 quarts d'heure.

Quant à la bancloque, qui est une des plus vieilles cloches de France (1303), elle sonne toutes les demi-heures.

 

Hôtel de Ville de Compiègne

 

 

 

Les édifices religieux

- Eglise Saint-Pierre des Minimes

Edifiée au 12ème siècle, elle a été saccagée à la Révolution. Ainsi les sculptures du tympan qui représentait le Christ entouré des symboles des 4 évangélistes ont été "bûchées".

Elle a été désacralisée et est devenue un lieu exposition.

 

Compiègne, église Saint-Pierre des Minimes

Eglise Saint-Pierre des Minimes

 

- Eglise Saint-Jacques

Edifiée à partir de 1235, elle est classée au patrimoine mondial de l'humanité au titre des chemins de Compostelle depuis 1998. En effet, c'est une étape pour les pèlerins en provenance des Pays-Bas, de la Belgique et du nord de la France pour se rendre à Paris (tour Saint-Jacques) et y emprunter l'une des voies principales, celle qui va à Saint-Jacques de Compostelle en passant par Tours, la via Turonensis. A partir de Saint-Quentin et jusqu'à Paris, le chemin qui passe par Noyon est appelée "chemin d'Estelle".

C'est ici que Jeanne d'Arc est venue prier le matin même du jour où elle a été faite prisonnière.

A l'extérieur, la tour-clocher, qui date de la fin du 15ème siècle, est surmontée d'un lanternon depuis le 17ème siècle. La longueur de l'église atteint les 51 mètres. 

A l'intérieur, l'église surprend par la richesse de son ornementation :

- un bénitier datant de l'époque romane avec ses étranges sculptures (12ème siècle).

- des boiseries du 18ème siècle entourent les colonnes de la nef.

- le chœur est habillé de marbre (18ème siècle).

- des vitraux, des statues, des tableaux, un banc d'oeuvre (1587), des stalles.

- une copie de la "Vierge au pied d'argent" dont l'original, qui date de l'époque durant laquelle Saint-Louis était roi, est conservé au musée Vivenel. 

 

Compiègne, église Saint-Jacques

 

Compiègne, église Saint-Jacques

 

Compiègne, la Vierge au pied d'argent

La Vierge au pied d'argent

 

Eglise Saint-Antoine

Construite au 13ème et remaniée au 16ème siècle avec l’élévation d'une façade et d'un chœur en style gothique flamboyant. Sa longueur atteint les 64 mètres.

Parmi les vitraux, il y en un qui représente l'arbre de Jessé (16ème siècle) et d'autres qui sont consacrés à Jeanne d'Arc. Ces derniers sont l'oeuvre du maître-verrier Tournel et datent du 20ème siècle.

A voir aussi, une belle sculpture d'une vierge à l'enfant de Caffieri (1775).

 

Compiègne, église Saint-Antoine

 

 

Compiègne, église Saint-Antoine
Compiègne, église Saint-Antoine

Compiègne, église Saint-Antoine

 

- Le cloître de l'abbaye Saint-Corneille

Le monastère fut fondé au 9ème siècle et l'abbatiale, qui abritait de nombreuses reliques qui attiraient les pèlerins, était importante au point que 4 rois y furent sacrés et trois autres y furent inhumés.

Le cloître actuel date du 14ème siècle. Deux galeries sont consacrées à l'art médiéval - c'est ici que se trouve l’orignal de la Vierge au pied d'argent - et sont une annexe du musée Vivenel. Les deux autres galeries sont en accès libre.

 

Compiègne, cloître de l'abbaye Saint-Corneille
 Compiègne, cloître de l'abbaye Saint-Corneille

Compiègne, cloître de l'abbaye Saint-Corneille

 

Les maisons à pans de bois

La "Vieille Cassine" (10 rue des Lombards) : elle date du 15ème siècle ce qui en fait la plus ancienne de la ville et son nom vient du picard qui signifie "vieille maison".

 

Compiègne, la Vieille Cassine

La Vieille Cassine

 

En continuant la rue des Lombards, juste avant la porte du grenier à sel, il y a une belle maison à pan de bois.

En parcourant le centre historique, vous en verrez d'autres : 

 

Rue Saint-Martin

Maison à pans de bois à l'angle des rues Pierrefonds et Fournier Sarloveze

Maison à pans de bois à l'angle des rues Pierrefonds et Fournier Sarloveze

Compiègne, place Saint-Clément

Compiègne, place Saint-Clément

 

A l'angle des rues d'Austerlitz et de la Baguette, s'élève la belle maison appelée "Le Bouchon".

 

Les remparts

- la Grosse Tour du Roi ou Tour Jeanne d'Arc (en face de l'entrée du parc Songeons) : c'est un vestige d'un donjon circulaire, le premier de ce type à être construit en France qui date des années 1120 -1130. Il faisait partie d'une forteresse qui protégeait le pont sur l'Oise.

 

Compiègne, la Tour Jeanne d'Arc

 

 

Dans le très agréable jardin des remparts, on peut voir une partie de l'enceinte du 13ème siècle flanquée de 2 tours demi-rondes. L'entrée se trouve au n°16 de la rue des Fossés.

Remparts de Compiègne

Remparts de Compiègne

 

Autres lieux à voir dans Compiègne :

- Hôtel-Dieu : construit durant la période du règne du roi Saint-Louis et à la demande de celui-ci, il avait pour fonction d'accueillir des malades et des pauvres. De nos jours, la salle Saint-Nicolas sert pour des expositions ou des réceptions.

Compiègne, Hôtel-Dieu Saint-Nicolas

Compiègne, Hôtel-Dieu Saint-Nicolas

 

- le parc Songeons qui borde l'Oise et dans lequel on peut voir des vestiges d'un cloître.

- Le musée Vivenel qui est installé dans l’hôtel particulier de la famille Songeons-Bicquilley dont la construction date de la fin du 18ème siècle. Légué à la ville, elle le transforma en musée dans lequel sont présentés une très belle collection d'antiquités ainsi que des tableaux et du mobilier du 17ème et 18ème siècle.

Pour plus d'informations sur les musées de Compiègne, cliquez ici

 

Belle balade

 

Lire aussi mon article en cliquant sur le lien suivant :

Randonnée à vélo dans l’Oise de Compiègne à Villers Cotterets en passant par Pierrefonds

 

N'hésitez pas à poster un commentaireà faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebookAucune copie autorisée sur ce blog. 

Avertissement : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent nullement la responsabilité de l'auteur.

Publié dans Hauts de France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article