Visiter Angoulême en une journée

Publié le par hunza

Plus connue pour être la capitale de la bande dessinée, Angoulême n'en dispose pas moins de quelques bijoux architecturaux remarquables telles que la magnifique façade romane de la cathédrale, l'hôtel de Ville conçu par l'architecte Paul Abadie fils, les remparts qui entourent une grande partie de la ville haute et qui ont été aménagés pour permettre de profiter d'un beau panorama sur tous les alentours, sans oublier le centre ancien avec son ensemble de maisons bâties avec de la pierre calcaire coquillé à la teinte blanche. Bref, que vous soyez en route vers Poitiers, Bordeaux ou Saintes n'hésitez pas à faire un détour par la préfecture des Charentes !

Comment venir à Angoulême

  • En TGV depuis :
    - Paris Montparnasse, compter 1h45 (meilleur temps de trajet) pour une distance de 449 km.
    - Poitiers, compter 40' environ pour une distance de 77 km.
    - Bordeaux, compter 35' pour une distance de 103 km.

Pour les horaires de trains, cliquez ici

  •  En bus :

Depuis la loi Macron de 2015 sur la libéralisation du voyage en autocar longue distance, des opérateurs ont ouvert des lignes de bus à bas coût qui desservent Avignon :

Pour plus d’informations sur Flixbus, cliquez ici

Pour plus d’informations sur BlaBlaCar Bus, cliquez ici

 

Pour se déplacer, on peut aussi utiliser le covoiturage :  https://www.blablacar.fr/

 

Avec le comparateur de trajets OMIO, vous avez la possibilité de trouver tous les horaires, les trajets les plus rapides et comparer les meilleurs prix parmi plusieurs centaines de compagnies de transport :

Pour utiliser Omio, cliquez ici

 

Cartes de la ville 

L'office de tourisme se trouve au rez de chaussée de l'Hôtel de Ville, à 1 km à pied de la gare SNCF.

Pour consulter le plan d'Angoulême sur OpenStreetMap, cliquez ici

Pour afficher Angoulême et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo

Pour la consulter, cliquez ici

 

Les transports en commun

Assurés par "Möbius" qui est le nom commercial du réseau de bus. 

Pour plus d'informations sur les horaires et les trajets, cliquez ici

 

VISITE DE LA VILLE

Angoulême est une ville de 41 900 habitants environ en 2021
Ville d'art et d'histoire depuis 1987

 

La loi du 4 août 1962 (loi Malraux) a été utilisée par la municipalité pour mettre en place un secteur sauvegardé* en 2012 qui permet de sauver et de mettre en valeur le patrimoine bâti historique tout en l'adaptant aux évolutions de la vie contemporaine. Acté par arrêté préfectoral du 27 février 2015, il concerne un périmètre de 80 hectares qui concerne la ville haute à l'intérieur des remparts. 

* En application d'une loi du 7 juillet 2016, le terme de "secteur sauvegardé" a été remplacé par celui de "Site Patrimonial Remarquable". 

 

Entre la ville basse et la ville haute, comptez un dénivelé positif d'environ 70 m. 

 

Devant la gare SNCF se trouve un "obélisque" de 4,5 m de haut qui rend hommage à René Goscinny, le dessinateur d'Astérix. Comme Angoulême est capitale de la bande dessinée, il y aussi plus d'une vingtaine de murs peints à divers endroits de la ville et l'office de tourisme propose un dépliant avec un circuit qui permet de les voir. 

Angoulême, obélisque Goscinny

 

En quittant la gare, soit emprunter le bus pour vous rendre dans la ville haute, soit suivre à pied l'avenue Gambetta et, dans son prolongement, la rampe d'Aguesseau, puis prendre à droite le boulevard Pasteur.

Angoulême, un mur peint "la fille du rempart" de Max Chabasse

Au n°6, un mur peint "la fille du rempart" de Max Chabasse

Angoulême, mur peint rendant hommage à Uderzo

Angoulême, mur peint rendant hommage à Uderzo

 

Les halles

Inaugurées en 1888, le style rappelle celles conçues par Victor Baltard à Paris avec l'utilisation de la fonte pour l'armature.

Elles sont ouvertes tous les matins sauf le lundi.

Les halles d'Angoulême

Les halles d'Angoulême

 

Sur la place Charlie se trouve la seule maison à pans de bois de la ville, à l'entrée du "vieil Angoulême".

 

Angoulême, maison à pans de bois

 

Depuis les Halles, suivre l'avenue du général De Gaulle pour parvenir à :

L'Hôtel de Ville

Il a été construit entre 1858 et 1869 d'après les plans de l'architecte Paul Abadie fils. Il occupe l'emplacement du château comtal dont seulement 2 tours ont été conservées : le donjon polygonal qui date du 12ème et la grosse tour d'angle du 15ème siècle.

Paul Abadie fils adopte un style différent pour chacune des 3 ailes du bâtiment : médiéval, classique et renaissance. Il fait aussi rajouter un beffroi de 50 m de haut. 

 

Hôtel de Ville d'Angoulême

 

Hôtel de Ville d'Angoulême

Hôtel de Ville d'Angoulême

 

En partant de l'Hôtel de Ville, on peut gagner les remparts en traversant la belle place de New York qui ressemble plus à une promenade plantée (voir l'agence bancaire HSBC qui occupe une maison "Art Nouveau") ou bien aller se perdre dans les rues du quartier du "Vieil Angoulême" où, en plus des nombreuses maisons en pierre de calcaire coquillier, il y a : 

Quelques bâtiments remarquables à voir

- l'Hôtel de Saint-Simon sis au fond d'une cour au n°15 de la rue de la Cloche Verte : édifiée entre 1530 et 1550, c'est la seule demeure de style renaissance qu'on trouve à Angoulême.

 

Angoulême, hôtel de Saint-Simon

 

- l'église Saint-André : l'origine de sa construction remonte au 11ème siècle puis elle a été rebâtie au siècle suivant et plusieurs fois remaniée après d'où un mélange de style roman, gothique, et néoclassique. A l'intérieur, voir la chaire en bois sculptée et le retable en pierre du 17ème siècle.

Angoulême, clocher de l'église Saint-André

Angoulême, clocher de l'église Saint-André

 

A l'arrière de l'église, côté jardin, mur peint "Mémoire du XXème ciel" d'Yslaire .

- le palais de justice (place Francis Louvel) : inauguré en 1826, il a été construit dans le style néoclassique d'après les plans de l'architecte Paul Abadie père.

Palais de justice d'Angoulême

Palais de justice d'Angoulême

- l'Hôtel de Bardines (81 rue de Beaulieu) : il date de la fin du 18ème siècle.

 

Angoulême, hôtel de Bardines

 

- l'ancienne chapelle des Cordeliers (rue de Beaulieu) avec son clocher du 13ème siècle. Elle faisait partie d'un ancien couvent qui, après la révolution française, est devenu l'Hôtel-Dieu.

 

Angoulême, chapelle des Cordeliers

 

 

La cathédrale Saint-Pierre

Un peu d'histoire :

- Entre 1110 et 1140, sous l'impulsion de l'évêque Girard II, une nouvelle cathédrale est édifiée et elle est de style roman.

- En 1562 et 1568, lors des 2 sièges entrepris par les Huguenots, l'édifice est saccagé et la tour sud s'effondre.

- Entre 1852 et 1875, l'architecte Paul Abadie fils entreprend un grand chantier de restauration durant lequel il redonne à la cathédrale son aspect roman originel supposé en faisant détruire les chapelles gothiques qui avaient été rajoutées au cours des siècles mais aussi en la modifiant quelque peu. C'est le même architecte qui a travaillé à la cathédrale Saint-Front de Périgueux mais surtout c'est lui qui a conçu les plans de la basilique du Sacré-Cœur à Paris. 

La visite :

A voir à l'extérieur : le clocher à 6 étages, le chevet, le dôme couvert d'écailles de pierre qui lui donne un style romano-byzantin rajouté à la croisée du transept par Paul Abadie et surtout la splendide façade occidentale réalisée à partir de 1118, un véritable chef d'œuvre de l'art roman.

Sur cette dernière, on compte 71 personnages sculptés qui illustrent 3 thèmes iconographiques :
- l'évangélisation au registre inférieur (dans les tympans des 4 arcades aveugles)
- l'Ascension symbolisée par le Christ dans une mandorle entouré du tétramorphe, avec en dessous, de part et d'autre de la fenêtre d'axe, les 11 apôtres (Judas n'y figure pas) et la Vierge qui lèvent les yeux vers lui.
- le jugement dernier qui sont les 7 scènes qui figurent à gauche et à droite des apôtres et au-dessus.

Paul Abadie y a fait rajouter les cavaliers Saint-Martin et Saint-Georges ainsi qu'un pignon triangulaire encadré par 2 clochetons.

 

Façade de la cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême

 

Cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême
Façade de la cathédrale d'Angoulême, l'Ascension et le tétramorphe

Façade de la cathédrale d'Angoulême, l'Ascension et le tétramorphe

 

A voir à l'intérieur : la nef longue de 40 m qui est recouverte d'une file de coupoles au nombre de 3, le buffet d'orgue du 18ème siècle, le chœur avec son bel autel orné de mosaïques et surmonté d'un grand lustre, etc ....

A savoir concernant les coupoles : dans la symbolique chrétienne, le carré illustre la terre et le cercle, le ciel.

 

Cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême

 

Au niveau du chevet de la cathédrale se trouve :

Le musée d'Angoulême

Installé dans l'ancien palais épiscopal du 12ème siècle qui a été restauré par Paul Abadie fils au 19ème siècle, il présente 3 collections :

  • l'archéologie (des dinosaures à l'époque médiévale)
  • les arts d'Afrique et d’Océanie
  • les Beaux-Arts dont beaucoup de peintures sont des œuvres locales

Le casque d'Agris en est la pièce maitresse. Daté du 5ème siècle avant J.-C., il est d'origine celtique.

Pour plus d'informations sur le musée, cliquez ici

 

Le trésor de la cathédrale

Il s'agit d'objets de culte majoritairement issus du 19ème siècle qui sont exposés dans trois salles avec une mise en scène originale qui a été réalisée par l'artiste plasticien Jean-Michel Othoniel.

Il n'est visible que dans le cadre de visites guidées dont la réservation se fait auprès de l'office de tourisme.

Pour plus d'informations sur le trésor, cliquez ici

 

Les remparts

Ils ont été arasés voire détruit pour permettre à la ville de s'agrandir, de "s'aérer" et de mieux relier les quartiers bas et haut.

Pour ceux qui aiment marcher, on peut partir des halles pour longer l'enceinte remaniée jusqu'à la statue de Carnot qui domine la place de New-York, soit un parcours de 1,7 km (sur les 3 km de rempart) qui permet de profiter d'un vaste panorama vers le nord, l'ouest et le sud d'Angoulême.

Angoulême, les remparts du Midi et la cathédrale en arrière-plan

Angoulême, les remparts du Midi et la cathédrale en arrière-plan

Vieil Angoulême et les remparts

Vieil Angoulême et les remparts

 

La municipalité en a profité pour aménager en 1860 un parc de 4 hectares, le Jardin Vert, qui s'étend tout en pente au pied des remparts de Beaulieu et du Midi et qui, en le traversant, permet de rejoindre la cité de la bande dessinée sur les bords de la Charente depuis la cathédrale Saint-Pierre.

 

Remparts d'Angoulême, tour de l'Echelle

Remparts de Beaulieu, tour de l'Echelle (16ème siècle)

 

Remparts d'Angoulême, tour Cherrière

Remparts d'Angoulême, tour Cheyrière

 

En empruntant les allées du Jardin Vert pour descendre sur les bords de la Charente, passer à proximité de la colonne de la duchesse d'Angoulême qui trône dans un lacet de l'avenue Wilson pour arriver en face du bâtiment rénové "Le Nil". Suivre la rue de Saintes pour franchir le pont Saint-Cybard qui offre un beau point de vue sur la rivière.

Angoulême, maison alsacienne et château de Dampierre

Angoulême, maison alsacienne et château de Dampierre

 

Après le pont, tourner à droite pour descendre sur l'ancien chemin de halage transformé en coulée verte et longer :

La maison alsacienne

C'est un entrepreneur d'origine alsacienne, Lazare Weiller, qui l'a faite construire en 1916 en souvenir de sa région natale qu'il avait fui après le désastre de la guerre franco-allemande de 1870-71 qui avait entraîné l'annexion de l'Alsace-Lorraine par le nouvel empire germanique.

Angoulême, maison alsacienne

Angoulême, maison alsacienne

 

Juste après la maison alsacienne se trouve le château de Dampierre (19ème siècle) puis :

Le musée de la bande dessinée

Il est logé dans les anciens chais Magelis datant de 1857 qui ont été réhabilités pour y abriter une grande collection d'originaux de bandes dessinées dont le public profite depuis 2009.

A savoir : la bande dessinée apparaît au cours du 19ème siècle.

Pour plus d'informations sur le musée, cliquez ici

Musée de la bande dessinée d'Angoulême

Musée de la bande dessinée d'Angoulême

 Cité de la Bande dessinée d'Angoulême vue depuis les remparts de Beaulieu

Cité de la Bande dessinée d'Angoulême vue depuis les remparts de Beaulieu

 

La passerelle Hugo Pratt qui franchit la Charente relie le musée de la bande dessinée au "Vaisseau Moebius" qui est un bâtiment contemporain construit au pied de la falaise avec, juste à côté un vestige de l'abbaye Saint-Cybard dont la fondation remonte au 6ème siècle. Conçu par l'architecte Roland Castro dans les années 90, il abrite, entre autres, une médiathèque spécialisée, une salle de cinéma d'art et d'essai, etc ....

Le musée et le vaisseau Moebius font partie de la cité internationale de la bande dessinée (CIBD) qui comprend aussi une maison d'artistes.

Pour plus d'informations sur la CIBD, cliquez ici

 

Depuis la passerelle Hugo Pratt, on peut voir :

- d'un côté, une cheminée d'usine dominant une ancienne fabrique de papier à cigarettes "Le Nil" dont les bâtiments ont été réhabilités pour accueillir le musée du papier. 

Pour plus d'informations, cliquez ici

- de l'autre côté, au-delà de la digue et de l'écluse Saint-Cybard, c'était l'emplacement du port de l'Houmeau d'où partaient et arrivaient les gabares navigant sur la Charente depuis 1280 jusqu'à l'arrivée du chemin de fer dans la seconde moitié du 19ème siècle. Y étaient chargés le sel récolté dans tout l'arrière-pays, l'eau de vie, le bois pour la fabrication des tonneaux, etc .... De nos jours, on peut y embarquer pour y faire une croisière ou y louer un bateau électrique.

 

A voir si vous avez du temps et que vous appréciez l'architecture

- dans la rue d'Iéna, un ensemble d'immeubles de la fin du 18ème siècle aux n°9, 11,12,14, 18 et 28

- sur la place de New York, l'agence bancaire HSBC qui occupe une belle maison de style "art nouveau" 

 

Angoulême, place de New York

 

- des édifices de style "art déco" conçus par l'architecte angoumois Roger Baleix tels que l'ancienne caserne des pompiers (place Resnier de Goué), l'école Mario Roustan (place Mulac), les immeubles du n°30 de la rue Abbé Rousselot et du n° 35 du boulevard René Chabasse et de l'ancien bureau de bienfaisace au n°1 de la rue Jean Jaurès.

 

Le panorama sur Angoulême depuis le calvaire Saint-Martin

Si vous aimez marcher, il faut vous rendre jusqu'au calvaire Saint-Martin qui se trouve au milieu du golf des Hirondelles afin de profiter d'une splendide vue sur l'ensemble du plateau calcaire sur lequel s'étend la ville d’Angoulême.

Compter une distance de :
- 1,6 km depuis la cathédrale Saint-Pierre
- 2 km en partant de l'Hôtel de Ville 
- 2,4 km en partant du "Vaisseau Moebius". Possibilité d'emprunter le bus de la ligne n°9 à la station "La Cité", descendre à "Montaigne gare routière" et continuer à pied sur une distance de 800 m en suivant la rue Gérard Philippe puis, au petit giratoire, prendre à gauche le boulevard Jean Monet et puis à droite la petite route en forte pente qui mène au golf des Hirondelles. 

Pour voir sur Google Map le trajet proposé depuis la cathédrale, cliquez ici

Angoulême

Angoulême

Angoulême

Angoulême

Cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême

Cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême

Cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême

Cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême

 

Bonne visite

 

Voir aussi mes articles en cliquant sur les liens suivants :

Poitiers, les lieux incontournables à visiter

Bordeaux, les lieux incontournables à visiter

 

N'hésitez pas à poster un commentaireà faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebookAucune copie autorisée sur ce blog. 

Avertissement : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent nullement la responsabilité de l'auteur.

Cliquez sur les photos en format paysage pour les agrandir.

Publié dans Nouvelle Aquitaine, Villes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Bonjour Hunza, article très sympa et beaucoup de belles photos. J'habite à Angoulême et je n'avais même pas remarqué certains bâtiment.... Merci pour le partage
Répondre
P
Bel article , juste un rectificatif : le mur peint en début d'article est en hommage à Uderzo ( et non Goscinny ) , il existe par contre un hommage à Goscinny au début de la rue du même nom .
Répondre
H
Merci pour votre message.