Visiter Beauvais en une journée

Publié le par hunza

Beauvais, c'est la cathédrale gothique la plus haute que l'homme ait jamais construite. Bien qu'elle soit inachevée, elle est tellement impressionnante qu'il faut au moins venir la voir une fois dans sa vie. Et puis, cette ville moyenne de Picardie, qui n'est qu'à un peu plus d'une heure de transport de Paris, présente d'autres centres d'intérêt qui sont à découvrir dans cet article.

Comment venir à Beauvais :

En train (compter environ 1h10 de temps de trajet depuis Paris Gare du Nord pour une distance de 79 km) : 

Pour les horaires de trains, cliquez ici

 

Pour se déplacer, on peut aussi utiliser le covoiturage : https://www.blablacar.fr/

 

Avec le comparateur de trajets OMIO, vous avez la possibilité de trouver tous les horaires, les trajets les plus rapides et comparer les meilleurs prix parmi plusieurs centaines de compagnies de transport :

Pour utiliser Omio, cliquez ici

 

Cartes de la ville de Beauvais 

L'office de tourisme se trouve près de la cathédrale, au n°1 de la rue Beauregard et à 1 km à pied de la gare SNCF.

Pour consulter le plan de Beauvais distribué par l'office de tourisme, cliquez ici

Si vous le désirez, il vous remette aussi une brochure "Focus" dans lequel est décrit un circuit-découverte dans le quartier cathédrale avec possibilité de le compléter par 3 autres parcours qui vous permettront d'en découvrir plus sur la ville de Beauvais.

Pour télécharger la brochure, cliquez ici

Pour consulter le plan de Beauvais sur OpenStreetMap, cliquez ici

Pour afficher Beauvais et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo :

Pour la consulter, cliquez ici

 

Brève histoire de Beauvais

 

La région est occupée par la tribu gauloise des Bellovaques. 

- 1er siècle après J.-C. : les Romains fondent la ville de Caesaromagus, qui signifie littéralement "marché de César", dans la vallée marécageuse traversé par le Thérain et l'Avelon.

- Début du 4ème siècle : des remparts sont construits autour de la ville réduite à une surface de 10 hectares pour la protéger des invasions "barbares". Ils sont longs de 1 370 m et flanquées de 18 tours.

La ville prend le nom de "civitas bellovacorum".

- 632 : Maurinus est le 1er évêque connu mais, en fait, il semblerait que ce soit Saint-Lucien qui ait évangélisé la région au 3ème siècle.

Sous l'empire de Charlemagne, des comtes sont nommés dans chaque région pour représenter le pouvoir impérial.

- 851 : raid des Vikings qui incendient la ville. 

- 1015 : le comte Eude II de Blois renonce à toutes ses prérogatives en faveur de son frère, l’évêque Roger I de Blois qui devient le 1er évêque-comte de Beauvais.

- 1126 : le roi Louis VI confirme la charte communale de Beauvais

Au 13ème siècle, l'évêque-comte devient pair de France ce qui en fait un personnage très puissant.

- Fin 12ème - début 13ème siècle : durant le règne de Philippe Auguste, de nouveaux remparts sont érigés et des fossés creusés tout autour Beauvais qui s'est agrandie (85 hectares) et dont la surface correspond à l'actuel centre-ville.

Au Moyen Age, sur le plan économique, Beauvais connait la prospérité grâce à l'industrie et au commerce du drap. D'ailleurs, elle fait partie de la Hanse des 17 villes drapières des Flandres et du nord de la France. 

- 27 juin 1472 : l'acte de courage de Jeanne Laisné devenue Hachette qui défend la ville assiégée par les Bourguignons va galvaniser les défenseurs à tel point qu'ils vont finir par forcer Charles le Téméraire à renoncer à la prise de Beauvais le 22 juillet.

- 1664 : création de la manufacture royale de tapisseries afin de limiter les importations qui coûtent chères. 

- 1857 : arrivée du chemin de fer

- Fin 19ème siècle : destruction des remparts et comblement des fossés à la place desquels des boulevards sont aménagés.

- 5-9 juin 1940 : bombardements allemands qui provoquent un immense incendie qui s'est propagé d'autant plus vite que de très nombreuses maisons étaient en bois. Ainsi, 80 % du centre-ville est détruit.

La reconstruction commence après la guerre et va durer jusqu'en 1961. Le choix a été fait d'en profiter pour faire un centre-ville avec des rues plus larges, bordées d'immeubles aux appartements plus confortables et plus modernes pour y reloger tous les sinistrés. 

 

Visite de Beauvais
58 000 habitants environ le 1er janvier 2021
Ville d'art et d'histoire depuis 2012

 

La cathédrale Saint-Pierre :

Elle est connue pour avoir le chœur gothique le plus haut du monde (48.50 m sous voûte) ainsi que l'horloge astronomique la plus ancienne (14ème siècle). 

Bref rappel historique :

- Vers l'an mil, l'évêque fait construire une grande cathédrale dite "Notre-Dame de la Basse Oeuvre".

- 1225 : à la suite d'un incendie, l’évêque Milon de Nanteuil décide la construction d'une cathédrale gothique dépassant toutes les normes de l'époque. Les travaux débutent par l'élévation du chœur ("Haute Oeuvre") et vont durer 47 ans.

- 1284 : une partie de la voûte du chœur s'effondre car le poids de la structure qui reposait sur les piliers était trop important. Des réparations s'ensuivent mais le reste du chantier va être interrompu par la guerre de Cent ans.

- 1500 : reprise des travaux avec la construction du transept qui est l'oeuvre de l'architecte Martin Chambiges. Il va être orné au nord et au sud par une rose de 11 m de diamètre. Au-dessus de la croisée du transept, on ajoute une tour-lanterne surmontée d'une flèche dont la hauteur culmine à 153 m ce qui en fait l'édifice le plus haut de toute la chrétienté ! L'ensemble est achevé en 1569.

- 30 avril 1573 : le jour de l'Ascension, la flèche s'effondre sans faire de victimes. En conséquence, l'argent prévu pour la réalisation de la nef est dépensé pour restaurer le chœur et le transept puis, c'est la fin des travaux en 1605, faute de budget. Ainsi, il n'y aura jamais de nef - seule une travée a pu être construite - et c'est pour cela qu'on peut encore voir un vestige important de "Notre-Dame de la Basse Oeuvre" accolée au nouvel édifice car elle devait être détruite au fur et à mesure de l'avancée des travaux.

- Juin 1940 : lors des bombardements allemands, la cathédrale n'est pas touchée mais de nombreux vitraux sont détruits par le souffle des explosions.

A voir l'extérieur :
- le tympan du portail nord orné d'un Arbre de Jessé (16ème siècle)

 

Cathédrale de Beauvais

 

A voir à l'intérieur :

- l'incroyable hauteur des voûtes qui fait que, pour assurer une certaine stabilité, il a fallu installer des étais pour la consolider.

 

Cathédrale de Beauvais

 

- les vitraux du 13ème siècle dans la chapelle de la Vierge (le plus ancien date de 1240 et représente l'Arbre de Jessé) et du 13ème-14ème dans la partie haute du chœur.

- les vitraux du 13ème-14ème siècle dans la chapelle Saint-Vincent.

Cathédrale de Beauvais, vitrail du martyre de Saint-Vincent (à gauche, il est brûlé sur un gril et, à droite, son corps est livré aux bêtes sauvages qu'un corbeau fait fuir.

Cathédrale de Beauvais, vitrail du martyre de Saint-Vincent (à gauche, il est brûlé sur un gril et, à droite, son corps est livré aux bêtes sauvages qu'un corbeau fait fuir.

 

- la "Rose de la Création" dans le transept sud réalisée par les ateliers de Nicolas Leprince (16ème siècle)

 

Cathédrale de Beauvais, rose de la création

 

- le retable en bois doré de la Passion et de la Résurrection du Christ  (16ème siècle) dans la chapelle Saint-Léonard.

Cathédrale de Beauvais, le retable en bois doré de la Passion et de la Résurrection du Christ

Cathédrale de Beauvais, le retable en bois doré de la Passion et de la Résurrection du Christ

- une horloge astronomique qui a été conçue par Lucien Auguste Vérité de 1865 à 1868 et installé dans la cathédrale en 1876. Avec une dimension de 12 m de haut et de 5,8 m de large, elle est composée de ... 90 000 pièces mécaniques, de 52 cadrans et de 68 personnages.

 

Cathédrale de Beauvais, horloge astronomique

 

A savoir : en juillet et août, la cathédrale est illuminée 2 fois par soirée les jeudis, vendredis et samedis et en septembre : les vendredis et samedis; le spectacle est gratuit.

 

Coté nord-ouest de la cathédrale, il y a un cloître (mi 14ème - mi 15ème siècle sauf l'aile ouest qui date du 11ème) qui, malheureusement, ne peut se visiter qu'à de très rares occasions.

 

Le palais épiscopal :

Tout proche de la cathédrale et facilement reconnaissable par son entrée flanquée de deux grosses tours de défense datant du 14ème siècle, il abrite le MUDO (musée de l'Oise) ouvert au public depuis 1981 (voir plus bas).

Au 12ème siècle Henri de France, frère du roi Louis VII, fait construire un palais épiscopal.

Au début du 16ème siècle, le logis principal est reconstruit dans un style renaissance, avec une belle tour d'escalier en façade donnant sur un jardin à la française.

 

Beauvais, les tours de défense du palais épiscopal

 

Le logis principal du palais épiscopal de Beauvais

Le logis principal du palais épiscopal de Beauvais

 

Les remparts :

A proximité de la cathédrale, le long des rues Philippe de Dreux et Jean Racine, on peut voir d'importants vestiges des remparts gallo-romains avec leurs rangées de tuiles qui servaient à assurer la stabilité de l'ensemble.

Remparts gallo-romains de Beauvais : les tours de l'Aurore et Leuiller

Remparts gallo-romains de Beauvais : les tours de l'Aurore et Leuiller

 

Quant aux remparts médiévaux, il ne reste rien hormis les ruines de la tour Boileau élevée en 1489 qui se dressent sur les bords du Thérain, au sud du centre-ville.

 

La place Jeanne Hachette :

Au sud, elle est fermée par l'Hôtel de ville construit en 1753 dont seule la façade est encore d'époque, le reste ayant été détruit lors de la seconde guerre Mondiale. Côté nord, on trouve la statue de Jeanne Hachette.

Tous les immeubles de la place datent de la période de reconstruction de Beauvais. L'alignement des façades et leur unité architecturale lui donnent un certain style.

Beauvais, place Jeanne Hachette

Beauvais, place Jeanne Hachette

 

L'église Saint-Etienne

Elle est édifiée entre le 12ème et le 13ème siècle dans le style roman. Entre 1506 et 1566, le choeur est reconstruit dans le style gothique flamboyant avec une voûte plus élevée que celle du reste de l'église.

A l'extérieur, la tour-beffroi date de la fin du 17ème siècle. 

Visiter Beauvais en une journée

 

A voir à l'intérieur :
- de magnifiques vitraux du 16ème siècle dont celui représentant l'Arbre de Jessé réalisé par le maître-verrier beauvaisien, Engrand Le Prince en 1622.

 

Eglise Saint-Etienne à Beauvais, vitrail de L'Arbre de Jessé

L'Arbre de Jessé (16ème siècle)

 

Eglise Saint-Etienne à Beauvais, vitrail de Saint-Eustache

Vitrail de Saint-Eustache (16ème siècle)

Eglise Saint-Etienne à Beauvais, vitrail montrant Adam et Eve chassés du Paradis (17ème siècle)

Eglise Saint-Etienne à Beauvais, vitrail montrant Adam et Eve chassés du Paradis (17ème siècle)

 

- La croix de bois du 16ème siècle sur laquelle Sainte Wilgeforte est ... barbue pour échapper au mariage alors qu'elle avait fait le vœu de consacrer sa vie à Dieu et, en guise de représailles, crucifier par son père selon la légende, etc ... 

 

Beauvais, église Saint-Etienne, croix de Sainte Wilgetorte

 

- une pièta du 16ème siècle où la Vierge est entourée de Saint-Jean et Saint-Etienne 

Piéta de l'église Saint-Etienne à Beauvais

Piéta de l'église Saint-Etienne à Beauvais

 

Les maisons à pans de bois et torchis

La plupart ont été construites entre le 16ème et le 17ème siècle. Malgré les destructions causées lors de la seconde guerre mondiale, il en reste encore dont les plus belles sont visibles aux endroits suivants :

- au niveau du chevet de la cathédrale, sur le côté nord, se trouve la plus ancienne maison de Beauvais puisqu'elle date de 1410. A l'origine, elle était dans la rue Jean-Baptiste Oudry d'où elle a été démontée pour être déplacée là où on peut la voir de nos jours.

 

Beauvais, maison du 15ème siècle

 

- les rues Nicolas Pastour et Jean Racine

 

Beauvais, rue Nicolas Pastour

Rue Nicolas Pastour

Beauvais, rue Jean Racine

Beauvais, rue Jean Racine

 

- Rues de l'Ecole du Chant et du Tourne-Broche 

 

Beauvais, rue Tournebroche

A l'angle des rues Tourne-broche et de Saint-Nicolas

 

- la rue du 27 juin

Beauvais, rue du 27 juin

Beauvais, rue du 27 juin

 

- la rue d'Alsace : celles des n°17 à 21 sont répertoriées comme faisant partie des plus anciennes habitations de la ville.

 

Beauvais, rue d'Alsace

 

- 8 rue de la Banque

- 42 rue Jules Ferry  

 

La maladrerie Saint-Lazare :

Elle se situe à la périphérie de la ville et on y accède facilement en empruntant le bus de la ligne 4. 
A pied, c'est à peu près à 3 km de la cathédrale.

L'accès au site est gratuit.

Sa construction a débuté au 12ème siècle. De nos jours, il reste une église, un logis dont la charpente a été datée de 1272 et une grange. En effet, la léproserie disposait d'un espace agricole important dont l'exploitation lui permettait d'apporter des revenus en plus des donations.

La grange avec sa belle charpente, probablement assemblée en 1220, et sa remarquable accoutisque sert de lieu de concert.

Un jardin médiéval a été reconstitué.

Beauvais, maladrerie Saint-Lazare

Beauvais, maladrerie Saint-Lazare

Beauvais, grange de la maladrerie Saint-Lazare

Beauvais, grange de la maladrerie Saint-Lazare

Beauvais, charpente de la grange de la maladrerie Saint-Lazare

Beauvais, charpente de la grange de la maladrerie Saint-Lazare

 

A voir si vous avez du temps :

- Le MUDO (musée de l'Oise) dans l'ancien palais épiscopal : accès gratuit

Il présente une belle collection de peintures et de sculptures du 19ème siècle dont beaucoup d’œuvres du picard Thomas Couture et plus particulièrement "L'enrôlement des volontaires de 1792" qui date de 1848. 

Y sont aussi exposés des pièces archéologiques trouvées lors des fouilles menées dans le département.  A voir, entre autres, la statuette du "guerrier gaulois en bronze" daté du 1er siècle après J.-C..

Pour plus d'informations, cliquez ici

- L'hôtel du Lion d'Or (52 rue Gambetta) : sa face classique date du 18ème siècle et sa cour intérieure est bordée de maisons à pans de bois.

- Des maisons construites entre la fin du 19ème et le début 20ème siècle qui sont décorées par des céramiques architecturales fabriquées dans les usines locales, comme celles qu'on peut voir dans la rue Victor Hugo mais aussi sur le long des boulevards.

 

Beauvais, boulevard du Général de Gaulle

Boulevard du Général de Gaulle

 

- La Maison Greber (61 rue de Calais) avec sa belle façade de 1911 réalisée en grès flammé; sise au 61 rue de Calais, elle se trouve à 1 km à pied de l'office de tourisme.

- Table d'orientation à Beauvais (600 m à pied depuis l'Hôtel de Ville) : 

Pour s'y rendre, allez place Jeanne Hachette puis prendre la rue du pont de Paris et, parvenu au rond-point après avoir traversé le pont de chemin de fer, montez l'escalier qui se trouve au commencement du boulevard de Normandie pour profiter du panorama sur la ville.

Beauvais avec l'église Saint-Etienne et, en arrière plan, la cathédrale

Beauvais avec l'église Saint-Etienne et, en arrière plan, la cathédrale

 

Bonne visite

 

N'hésitez pas à poster un commentaireà faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebookAucune copie autorisée sur ce blog. 

Avertissement : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent nullement la responsabilité de l'auteur.

Cliquez sur les photos en format paysage pour les agrandir.

Publié dans Hauts de France, villes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article