Carcassonne, les lieux incontournables à visiter

Publié le par hunza

Avec ses 3 kilomètres de remparts, la citadelle de Carcassonne fait partie des plus grandes villes fortifiées, des plus anciennes et des mieux conservées d'Europe. Et pourtant, au 19ème siècle, elle a bien failli disparaître car elle était devenue une carrière de pierres ...! Il a fallu l'acharnement d'hommes passionnés pour la sauver de la destruction et, puis, Viollet le Duc a entrepris sa restauration. Depuis 1997, elle est inscrite au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco. En France, c'est devenu un des sites les plus visités avec environ 2 millions de touristes par an.   

Comment venir à Carcassonne :

En train, compter 45 minutes ou 1 heure de temps de trajet depuis Toulouse pour une distance de 91 km et 35' pour une distance de 59 km depuis Narbonne) :

Pour les horaires de trains, cliquez ici
(Déroulez la page jusqu'à la rubrique "Horaires et travaux")

 

Pour se déplacer, on peut aussi utiliser le covoiturage :  https://www.blablacar.fr/

 

Avec le comparateur de trajets OMIO, vous avez la possibilité de trouver tous les horaires, les trajets les plus rapides et comparer les meilleurs prix parmi plusieurs centaines de compagnies de transport :

Pour utiliser Omio, cliquez ici

 

Cartes de la ville 

Il y a un office du tourisme au n°28 rue de Verdun (ville basse) mais aussi au cœur de la citadelle.

Pour consulter le plan de Carcassonne édité par l'office du tourisme, cliquez ici

Pour consulter le plan de Carcassonne sur OpenStreetMap, cliquez ici

Pour afficher Carcassonne et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo :

Pour la consulter, cliquez ici

La citadelle de Carcassonne

La citadelle de Carcassonne

 

BRÈVE HISTOIRE DE CARCASSONNE

 

Les Volques Tectosages sont présents sur le territoire.

122 avant J.-C. : les Romains conquièrent la Gaule narbonnaise et Carcaso Volcarum Tectosagum en fait partie.

- Fin du 3ème siècle après J.-C. : une première muraille est édifiée pour protéger la ville des dangers qui menacent de plus en plus la Gaule romaine. Longue de 1.5 km, elle comporte 38 tours. 

- 413 : les Wisigoths s'en emparent.

6ème siècle : Carcassonne est dotée d'un évêché.

725 : les musulmans conquièrent Carcassonne qui est intégrée à l'émirat de Narbonne.

- 759 : fin de l'émirat de Narbonne suite à la prise de la ville par l'armée franque de Pépin le Bref.

A partir du 9ème siècle, le pouvoir carolingien étant de plus en plus faible, les seigneurs locaux prennent la relève. C'est le temps de la féodalité. 

1082 : par un mariage, Trencavel devient vicomte de Carcassonne

Au 12ème siècle, par le jeu des alliances matrimoniales, la vicomté des Trencavel englobe Albi, Nîmes, Béziers, Agde, Carcassonne et le Razès et c'est la ville de Carcassonne qui est choisie comme résidence principale.

1120 ou 1130 : Bernard Aton fait construire un château.

La croisade des Albigeois :

- 1208 : le pape Innocent III proclame la croisade à l'encontre des cathares et donne le commandement de son armée à son légat, Arnaud Amaury. Le vicomte de Béziers Raymond-Roger Trencavel est excommunié car jugé trop tolérant envers les cathares.

- 15 août 1209 : les croisés s’emparent de Carcassonne et Raymond-Roger Trencavel est fait prisonnier et dépossédé de tous ses domaines qui sont attribués à Simon de Montfort.

- 25 juin 1218 : Simon de Montfort étant tué à Toulouse, ses possessions reviennent à son fils Amaury de Montfort.

- Janvier 1224 : le fils de Raymond-Roger Trencavel, Raymond II, reprend Carcassonne lors de la reconquête du midi engagée par le comte de Toulouse.

- Juin 1226 : Carcassonne fait allégeance au roi de France, Louis VIII, lors de la nouvelle croisade menée dans le sud.  Elle devient une sénéchaussée (siège du pouvoir et de l’administration royale).

- 1229 : la vicomté est officiellement rattachée au royaume de France (traité de Meaux ou de Paris). Mais pour faire face aux velléités d'expansion du roi d'Aragon dont les frontières du Roussillon ne sont pas loin, une seconde muraille est édifiée sur 1.5 km avec 14 tours rondes et 4 barbacanes.

7 septembre - 10 octobre 1240 : la ville est assiégée par les troupes de Raymond II Trencavel mais c'est un échec et comme la population carcassonnaise avait soutenu les ennemis, Saint-Louis décida de détruire leurs habitations et de faire construire une ville nouvelle de l'autre côté de l'Aude.

1262, une révolte locale pousse le roi à expulser la plupart des habitants de la citadelle.

Novembre 1355 : lors de sa chevauchée du Prince Noir (guerre de Cent ans), l'armée anglaise détruisit la ville basse de Carcassonne sans pouvoir s'emparer de la citadelle.

7 novembre 1659 : le traité des Pyrénées entre l'Espagne et la France qui récupère le Roussillon marque le recul des frontières et donc l'inutilité des forteresses pour les défendre.

Ainsi, la citadelle est abandonnée à son triste sort et va peu à peu se servir de carrière de pierres jusqu'à ce qu'un homme né à Carcassonne, Jean-Pierre Cros-Mayrevieille, finisse par attirer l'attention des plus hautes autorités du pays sur l'utilité de sauver ce patrimoine architectural en train de disparaître.

1852 : Napoléon III décide de la faire restaurer et Viollet le Duc démarre le chantier qui va durer 58 années. Après sa mort en 1879, c'est Paul Boeswillwald qui poursuit son oeuvre.

1856 : arrivée du chemin de fer à Carcassonne. 

1997 : la citadelle est classée au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco.

 

VISITE DE LA VILLE 
Carcassonne est une ville de 46 000 habitants environ
Ville d'art et d'histoire depuis 2015

 

Carcassonne, c'est la citadelle mondialement connue ou "ville haute" sur la rive droite de l'Aude mais aussi la bastide Saint-Louis ou "ville basse" sur la rive gauche que le pont-vieux relie entre elles.

 

La citadelle

 

De la gare SNCF jusqu'à l'entrée de la cité par la porte de l'Aude (côté ouest) ou de la porte Narbonnaise (côté est), il faut parcourir 2 km à pied et passer par le pont neuf pour jouir d'une vue exceptionnelle sur l'ensemble fortifié.

La cité de Carcassonne

La cité de Carcassonne

 

Après franchissement du pont neuf, tourner à droite pour se diriger jusqu'au bout du pont vieux pour emprunter la rue Trivalle qui part sur la gauche en longeant l'ancienne manufacture royale de draps fondée en 1694. Un peu plus loin, on passe devant :

- l'hôtel Pelletier du Claux (64 rue Trivalle) : il date du 16ème siècle mais après les guerre de religion, il dut être reconstruit.

- la maison dite de Montmorency (125 rue Trivalle) avec sa façade à pans de bois et fenêtres à meneaux : elle date du 16ème siècle et dispose d'une tour refermant un escalier à vis dans la cour.

Juste après, suivre sur la gauche la Montée Gaston Combeleran pour parvenir à la porte Narbonnaise qui marque l’entrée est de la citadelle.

D'une superficie de 11 hectares et peuplée seulement d'un peu plus de 100 habitants, cette dernière est entourée par une double rangée de muraille dont la longueur cumulée atteint 3 km. On dénombre en tout 4 portes et 52 tours et barbacanes.

Les remparts "intérieurs", longs de 1 250 mètres, comprennent vingt-six tours circulaires dont certaines datent de la période gallo-romaine. Ces dernières se trouvent sur le côté ouest de la citadelle et sont facilement reconnaissables par leur forme demi circulaire, leur appareillage en briques rouges et leur toiture en tuiles qui date des années 60. 

Les remparts extérieurs sont moins hauts et sont séparés des remparts intérieurs par un espace appelé "les lices". 

Carcassonne, la porte Narbonnaise (1280 -1290)

Carcassonne, la porte Narbonnaise (1280 -1290)

Les remparts de Carcassonne avec la tour de Berard, la tour de Tresau derrière, la barbacane et la porte Narbonnaise en arrière plan

Les remparts de Carcassonne avec la tour de Berard, la tour de Tresau derrière, la barbacane et la porte Narbonnaise en arrière plan

Les remparts de Carcassonne avec la tour de la Peyre et, en arrière plan, la porte Narbonnaise

Les remparts de Carcassonne avec la tour de la Peyre et, en arrière plan, la porte Narbonnaise

Carcassonne, les tours de Peyre et de la Vade

Carcassonne, les tours de Peyre et de la Vade

Carcassonne, les lices (espace entre les deux enceintes) avec, en arrière-plan, la porte Narbonnaise

Carcassonne, les lices (espace entre les deux enceintes) avec, en arrière-plan, la porte Narbonnaise

 

Parvenu à l'intérieur de la citadelle, il ne faut pas hésiter à se promener au hasard des ruelles médiévales. Des maisons anciennes sont à voir dans la rue Saint-Louis ainsi que la maison de l'Inquisiteur située à proximité de la porte de l'Aude. 

 

Le château comtal 

Construit à l'origine par les Trencavel au 12ème siècle, il a été plusieurs fois remanié. Après la croisade des Albigeois et la fin des Trencavel, il devint le siège des représentants du roi de France (sénéchaux) qui firent renforcer sa protection pour faire face aux velléités de révolte de la part d'une population qui leur était hostile. Il est entouré de 9 tours dont la plus ancienne (11ème siècle ?) est la tour Pinte de forme rectangulaire et qui culmine à 30 m de hauteur.

Pour plus d'informations sur la visite, cliquez ici

Carcassonne, le château comtal

Carcassonne, le château comtal

 

La cathédrale Saint-Nazaire

Les travaux de construction du nouvel édifice ont débuté en 1096. C'est un mélange de roman (nef) et de gothique (choeur et transept datant de la fin du 13ème début 14ème siècle).

A l'intérieur, on peut y voir des vitraux remarquables de la fin du 13ème et surtout du 14ème siècle ainsi qu'un des orgues les plus anciens de France.

 

Le pont vieux

 

Long de 210 m, il permet de relier la ville haute et la ville basse tout en franchissant l'Aude. Il a été édifié en 1359. 

Carcassonne, le pont vieux

Carcassonne, le pont vieux

 

La bastide Saint-Louis

 

C'est la "ville nouvelle" ou "ville basse" bâtie sur ordre du roi Saint-Louis à partir de 1262 pour éloigner les habitants de la citadelle ou "ville haute". Entourée par des remparts à partir du 14ème siècle, le plan des rues est en damier, comme dans toutes les bastides construites dans le sud de la France. 

Son intérêt touristique n'est en rien comparable avec celui de la citadelle mais on peut y découvrir certains endroits intéressants tels des vestiges de remparts, des églises, des hôtels particuliers datant de l'époque où la ville prospérait grâce à l'industrie drapière, etc ...

Le bastion Montmorency (boulevard Camille Pelletan)

Situé pas très loin du pont vieux, il date du 16ème siècle et c'est un vestige de l'enceinte qui entourait la ville basse. Il fait partie des 3 bastions qui sont encore visibles avec celui de Saint-Martin (près du port) et de la tour grosse (jardin du Calvaire).

La cathédrale Saint-Michel 

Construite à partir du 13ème siècle en style gothique et à nef unique, elle a été élevée au rang de cathédrale en 1803 au détriment de Saint-Nazaire. Elle a été restaurée par Viollet le Duc après un incendie survenu en 1849 (il a fait rajouter des gargouilles à l'extérieur, peindre des décors à l'intérieur, installer des boiseries dans le choeur, etc ...).

A voir : vitrail central du chœur datant du 14ème siècle, statue en bois peint du 14ème siècle de Notre Dame de la Rominguiere, etc ...

L'église Saint-Vincent 

Construite à partir du 13ème siècle en style gothique et à nef unique, ses dimensions sont plus importantes que celles de Saint-Michel (60 mètres de long, 27 mètres de haut et 21 mètres de large). De plus, son clocher, haut de 54 mètres, abrite un carillon de 54 cloches. Il est possible de monter les 232 marches de la tour pour aller admirer la vue sur la cité et les alentours (accès payant).

Quelques belles bâtisses à voir

- l'hôtel de Rolland (rue Aimé Baron) : édifié entre 1746 à 1761, il est occupé depuis 1978 par l'Hôtel de Ville
- l'hôtel de Murat (visible depuis la rue Voltaire) : il date du 18ème siècle.
- le présidial (1 rue de Verdun) : construit à partir de 1699, il a servi de palais de justice et, de nos jours, il abrite le musée des Beaux-Arts.
- l'hôtel de Franc de Cahuzac (30 rue Jean Bringer) : il date du 17ème siècle
- l'Hôtel de Roux d'Alzonne (70 rue de Verdun) : bâtie entre le 16ème et le 18ème siècle, il abrite de nos jours le collège André Chenier. 
- la maison du Sénéchal (70 de la rue Aimé Ramond) : elle serait la plus ancienne de la ville bien qu'elle ait été rebâtie après les destructions occasionnée parsemâmes le passage du Pince Noir

La place Carnot (ou place aux herbes) avec ses restaurant et la fontaine de Neptune (1771) en son centre.

 

 

La loi du 4 août 1962 (loi Malraux) a été utilisée par la municipalité pour classer par arrêté ministériel la bastide Saint Louis de Carcassonne d’une surface de 37 hectares en secteur sauvegardé*. Cela permet de sauver et de mettre en valeur le patrimoine bâti historique tout en l'adaptant aux évolutions de la vie contemporaine. 

* En application d'une loi du 7 juillet 2016, le terme de "secteur sauvegardé" a été remplacé par celui de "Site Patrimonial Remarquable". 

 

Le canal du Midi

 

Il faut savoir qu'à l’origine il ne passait pas à Carcassonne mais 2 km plus au nord. Son fondateur, Pierre Paul Riquet avait pourtant proposé de lui faire traverser la cité audoise mais de nombreux habitants ne voulaient pas payer pour les travaux. Finalement, après sa mise en service en 1683, les Carcassonnais s’aperçurent bien vite qu'ils avaient fait une erreur car le coût du transport des marchandises s’avéra rapidement trop cher du fait de l'éloignement du canal. En 1786, il fut décidé de lancer des travaux pour le dévier par Carcassonne et son inauguration intervint le 31 mai 1810.

Si le transport de marchandises a cessé depuis 1989, il est devenu un acteur majeur du tourisme fluvial en France. En 1996, il a été classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco.

Canal du Midi et port de Carcassonne

Canal du Midi et port de Carcassonne

 

Bonne visite

 

N'hésitez pas à poster un commentaireà faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebookAucune copie autorisée sur ce blog. 

Avertissement : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent nullement la responsabilité de l'auteur.

Cliquer sur les photos en format paysage pour les agrandir.

Publié dans Occitanie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article