Visiter Reims en une journée

Publié le par hunza

Reims abrite deux joyaux architecturaux qui sont classés au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco : la cathédrale Notre-Dame dans laquelle 33 rois de France ont été sacrés et la basilique Saint-Remi. Mais Reims est aussi une ville martyre à l'issue de la première guerre mondiale car une très grande partie de la ville a été détruite par les bombardements allemands. La ligne de front se trouvait à seulement 3 kilomètres. Il a donc fallu reconstruire très vite et des centaines d'architectes ont pu laisser libre court à leur imagination ce qui donne cet aspect très particulier à la ville de Reims avec ses immeubles inspirés de styles variés. 

 

Comment venir à Reims :

  •  En train (45 minutes à 1 heure de temps de trajet environ en TGV depuis Paris pour un parcours de 142 km) :

Pour les horaires, cliquez ici

  •  En bus :

Depuis la loi Macron de 2015 sur la libéralisation du voyage en autocar longue distance, des opérateurs ont ouvert des lignes de bus à bas coût qui desservent Reims :

Pour plus d’informations sur Flixbus, cliquez ici

Pour plus d’informations sur Blablabus, cliquez ici

 

Pour se déplacer, on peut aussi utiliser le covoiturage : https://www.blablacar.fr/

 

Avec le comparateur de trajets OMIO, vous avez la possibilité de trouver tous les horaires, les trajets les plus rapides et comparer les meilleurs prix parmi plusieurs centaines de compagnies de transport :

Pour utiliser Omio, cliquez ici

 

Carte de la ville 

Il y a un office du tourisme dans la cour de la gare SNCF mais le principal se trouve près de la cathédrale au n°6 de la rue Rockfeller. 

Pour consulter le plan du centre-ville distribué par l'office du tourisme, cliquez ici

Pour consulter le plan de Reims sur OpenStreetMap, cliquez ici

Pour afficher Reims et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo :

Pour la consulter, cliquez ici

 

Se déplacer dans Reims :

Transdev Reims, filiale du groupe Transdev, est l’opérateur du réseau de transports en commun du Grand Reims appelé CITURA.

Pour plus d’informations sur les transports, cliquez ici

 

BREVE HISTOIRE DE REIMS 

 

Le peuple celte des Rèmes a choisi de s'allier à César lors de la guerre des Gaules. En reconnaissance, les Romains ont élevé Durocortorum au rang de cité indépendante et l'ont choisie comme capitale de la province de Gaule Belgique. Avec une étendue atteignant les 600 hectares et une population d’environ 50 000 habitants, ce fut l'une des villes les importantes du monde romain occidental.

407 : les Vandales pillent Reims et assassinent Saint-Nicaise, le fondateur de la première cathédrale.

25 décembre 498 (ou 496 ?) : baptême de Clovis par l'évêque Remi qui l'a convaincu de se convertir à la religion catholique pour se rallier à la population gallo-romaine. Ce jour-là, une colombe matérialisant le Saint-Esprit aurait apporté à Saint-Remi une ampoule à l'intérieur de laquelle se trouvait le saint-chrême, une huile devant servir à oindre le front du souverain. C'est l'acte fondateur du royaume des Francs sur des bases chrétiennes.

533 : mort de l'évêque Saint-Remi. Sa tombe va devenir un lieu de pèlerinage.

816 : le fils de Charlemagne, Louis le Pieux est le premier des rois de France à choisir Reims pour se faire sacrer.

869 : c'est l'archevêque Hincmar qui évoque pour la première fois l'ampoule du Saint-Chrême lors du sacre de Charles le Chauve à Metz comme roi de Lotharingie.

1027 : le sacre est fixé à Reims (seuls Louis VI et Henri IV vont y déroger). Auparavant, il se pratiquait là où se trouvait la cour du roi.

La symbolique du sacre fait du roi le "lieutenant de Jésus Christ" qui reçoit les grâces nécessaires pour accomplir sa mission qui est de servir au mieux la communauté qu'il a en charge de diriger.

6 mai 1210 : incendie qui ravage la ville.

28 mai 1825 : Charles X est le dernier roi de France à avoir été sacrer.

1854 : arrivée du chemin de fer.

1866 : inauguration du canal de l'Aisne à la Marne.

4 septembre 1914 : les Allemands entrent dans Reims. Le 13, ils en sont chassés et la ville ne cesse plus d’être bombardée jusqu'au 5 octobre 18, date à laquelle, les Allemands quittent la région.

Les bombardements allemands sur la ville ont causé la mort de 750 civils et détruit totalement 7 903 des 14 150 maisons que comptait Reims en 1914 (60 sont restées intactes). La cité est déclarée ville martyre.

7 mai 1945 :  la capitulation de l’armée allemande est signée à Reims.

8 juillet 1962 : De Gaulle et Konrad Adenauer scellent la réconciliation franco-allemande à Reims.

 

VISITE DE LA VILLE 

Reims est une ville de 186 971 habitants environ (chiffre INSEE du 1 janvier 2017)
Labellisée ville d'art et d'histoire

 

A VOIR ABSOLUMENT 

 

CATHEDRALE NOTRE DAME

Elle est inscrite au patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco en 1991.

Sa construction débute le 6 mai 1211 en lieu et place de la cathédrale carolingienne détruite par un incendie survenu en mai 1210. L'essentiel de la construction est achevé en 1280.

C'est le 18 septembre 1914 qu'elle est touchée par un premier obus allemand. Le lendemain, un terrible incendie va éclater au niveau de l'échafaudage en bois qui était installé le long de la tour nord. En tout, ce sont plus de 300 obus qui se sont abattus sur l'édifice durant la première guerre causant d'immenses dommages. A l'issue du conflit, il a fallu 19 années de travaux pour la restaurer (elle a été rendue au culte le 18 octobre 1937) et c'est la fondation Rockfeller qui en a financé la plus grande partie. La charpente ayant été complètement détruite, elle a été remplacée par une charpente en poutrelles de béton.

Quelques chiffres :
149,17 mètres de long et 37,95 mètres de hauteur de la voûte de la nef.
2 302 sculptures dont le fameux ange au sourire. La tête de ce dernier a du être reconstituée après sa destruction lors de la chute d'une poutre pendant l’incendie du 19 septembre. 
Sur les 3 900 m² de vitraux, seuls 1 500 m² sont colorés.
Hauteur des tours édifiées entre 1416 et 1452 = 81 mètres.

Sur la façade occidentale, galerie de 56 rois qui n'ont jamais été identifiés.

Il reste encore des vitraux datant du 13ème siècle dont la grande rose de la façade occidentale et la rose du transept nord. A voir aussi quelques vitraux contemporains comme les trois fenêtres réalisées par Marc Chagall en 1974. Dans la chapelle Saint-Joseph, ce sont des vitraux signés Imi Knoebel.

La rose nord a pour thème la création et le péché originel.

Pour plus d'informations sur l'accès aux tours de la cathédrale, cliquez ici

 

Reims, la cathédrale Notre-Dame

 

Cathédrale de Reims, l'ange au sourire du portail nord de la façade occidentale

Cathédrale de Reims, l'ange au sourire du portail nord de la façade occidentale

Cathédrale de Reims, l'ange au sourire

Cathédrale de Reims, l'ange au sourire

Cathédrale de Reims, rosace occidentale

Cathédrale de Reims, rosace occidentale

Cathédrale Notre-Dame à Reims, vitraux de Chagall

Les vitraux de Chagall (1971)

 

Cathédrale de Reims, vitraux d'Imi Knoebel

Cathédrale de Reims, vitraux d'Imi Knoebel

 

Pour plus d’informations sur le spectacle son et lumière de la cathédrale, cliquez ici

 

LE PALAIS DE TAU 

Tau vient de sa forme en T (tau en grec)

C'est l'ancien palais épiscopal où logeaient les rois de France lors du sacre. Il a été reconstruit après l'incendie de 1210 avec ajout d'une chapelle gothique, puis il a été remanié au 16ème et à la fin du 17ème siècle. Remis en état après le premier conflit mondial, il devient musée en 1972. Classé lui aussi au patrimoine de l'humanité par l'UNESCO en 1991, il renferme le trésor de la cathédrale dont font partie le reliquaire contenant la Sainte-Ampoule qui servait à l'onction des rois et le talisman de Charlemagne ainsi que des statues d'origine de la cathédrale récupérées après l'incendie de septembre 1914.

Pour plus d’informations, cliquez ici

Reims, palais du Tau

Reims, palais du Tau

 

LA BASILIQUE SAINT-REMI

Elle est située à 1,6 km de la cathédrale.

Mort en 533, la tombe de Saint-Remi devient rapidement un lieu important de pèlerinage. Une abbaye bénédictine est construite vers la fin du 8ème siècle. L'abbatiale actuelle, qui est édifiée à partir du 11ème siècle pour abriter la Sainte-Ampoule et les reliques de Saint-Remi, allie les styles roman (majoritaire) et gothique et ses dimensions atteignent 126 m de longueur et 58 m de largeur.

Ayant subi de très importants dégâts lors de la première guerre mondiale, il faudra 40 ans pour la restaurer. De nos jours, outre le tombeau de Saint-Remi qui baptisa Clovis, on peut y contempler un bel ensemble de vitraux du 12ème siècle.

A proximité se trouve le musée Saint-Remi situé dans l'ancienne abbaye bénédictine reconstruite du 17ème et du 18ème siècle, lors de la réforme mauriste. Il présente des collections archéologiques et artistiques illustrant l'histoire de Reims et de sa région de la préhistoire de la Renaissance.

Pour plus d’informations, cliquez ici

 

Reims, basilique Saint-Remi

 

Reims, musée Saint-Remi

Reims, musée Saint-Remi

 

Derrière la basilique se trouvent les ruines de l'église Saint-Julien ainsi qu'un groupe sculpté datant de 1996 pour fêter le 15ème centenaire du sacre de Clovis.

 

Reims, statue du baptême de Clovis

 

LES VESTIGES GALLO-ROMAINS 

A l'époque romaine, Reims était la capitale de la Gaule Belgique et s'appelait Durocortorum.

  • la porte de Mars (2ème siècle après J.-C.) : il s’agit d’un des plus grands arcs du monde romain avec 32.40 mètres de long pour 6,40 mètres de large et 13 mètres de hauteur.

 

Reims, porte de Mars

 

Reims, porte de Mars

Reims, porte de Mars

 

  • le cryptoportique (il y en a 10 au monde dont 4 en France Arles, Bavay, Narbonne et Reims) situé place du Forum : cette galerie semi-enterrée en forme de U date probablement du 1er siècle après J.-C.. Il servait de soubassement à un portique surélevé et de lieu de stockage de marchandises. 
    Il est ouvert au public tous les après- midis de mai à septembre de 14h00 à 18h00 et son accès est libre
    .
Reims, le cryptoportique

Reims, le cryptoportique

Reims, le cryptoportique

Reims, le cryptoportique

 

A VOIR SI VOUS AVEZ DU TEMPS 

Entre la gare SNCF et la cathédrale 

En sortant de la gare, suivre à gauche la promenade en direction du monument aux morts. Arrivée à hauteur de la porte de Mars, on peut en profiter pour aller visiter :

la chapelle Foujita (33 rue du Champ de Mars soit 700 m à pied depuis la porte de Mars)

Pour plus d’informations, cliquez ici

le musée de la reddition (12 de la rue Franklin Roosevelt soit 600 m à pied depuis la porte de Mars, de l'autre côté des voies ferrées).

C'est ici que le général du Haut-commandement allemand, Alfred Jodl signa la capitulation sans conditions des armées allemandes le 7 mai 1945.

Pour plus d’informations, cliquez ici

Sinon, prendre la direction de la cathédrale en passant devant :

- La halle Boulingrin : elle a été inaugurée en 1929 avec sa haute voûte (19 m et 109 m de longueur) en béton armé.

Reims, la halle Boulingrin

Reims, la halle Boulingrin

 

Suivre la rue de Mars :

- L'ancienne maison de champagne Jules Mumm ou Cellier (4 bis rue Mars) :

Construit en 1898, le bâtiment possède en façade présentant cinq panneaux de mosaïques d'email de style art nouveau qui illustrant les différentes étapes permettant d'élaborer le champagne.

 

Reims, le Cellier

 

Puis la rue du Tambour en direction de la place du Forum : 

- L'hôtel des Comtes de Champagne (20 rue du Tambour) :

Datant du 13ème siècle, sa façade est de style gothique. 

- L'hôtel Le Vergeur (place du Forum) :

Il date du 13ème siècle et, au 16ème siècle, son propriétaire, Nicolas Le Vergeur, l'a fait agrandir en y ajoutant un bâtiment de style renaissance. Réhabilité par le mécène Hugues Kraft après la guerre 14-18, la demeure avec ses collections a été transformée en musée après qu'il l'eut léguée à la ville.

Pour plus d’informations, cliquez ici

 

Reims, musée Le Vergeur

 

Reims, hôtel Le Vergeur

 

- L'hôtel La Salle (4 bis rue de l'Arbalète, quasiment à l'angle de la place du Forum) :

Sa façade extérieure de style renaissance date de 1545 ; c'est ici qu'est né en avril 1651 Jean-Baptiste de La Salle, le fondateur des écoles salésiennes pour les enfants démunis. Un musée occupe le bâtiment. 

Pour plus d’informations, cliquez ici 

Reims, hôtel La Salle

Reims, hôtel La Salle

 

Quittez la place du Forum en empruntant la rue Colbert pour arriver sur : 

- la place Royale et son bel ensemble architectural ont été aménagés à partir de 1756 en l'honneur de Louis XV dont la statue actuelle trône au centre. A l'époque romaine, c'est ici que se croisaient les cardo maximus (axe nord-sud) et decumanus maximus (axe est-ouest).

Reims, la place Royale

Reims, la place Royale

Suivre la rue Carnot en direction du cours Jean Baptiste Langlet où circule le tramway : 

- La porte du chapitre (15 rue Carnot) : datant du 16ème siècle, c'était l'entrée principale de l'enclos canonial.

 

Reims, porte du Chapitre

 

- L'hôtel de Bezannes (8 cours Jean Baptiste Langlet) :

Reconstruit après la première guerre mondiale, il faisait partie d'un ensemble plus vaste construit au 15ème siècle. Il est de style gothique flamboyant.

 

Reims, hôtel de Bezannes

 

le musée des Beaux-Arts (8 de la rue Chanzy, à 150 m de la cathédrale) 

Il occupe les bâtiments de l'ancienne abbaye Saint-Denis datant du 18ème siècle. Il est fermé pour travaux de restauration jusqu'en 2023.

Pour plus d’informations sur le musée, cliquez ici

 

Près de la basilique Saint-Remi

Longer la basilique Saint-Remi tout en suivant la rue Saint-Julien pour parvenir à la place Saint-Timothée où se trouve :

- la plus ancienne maison à colombages de Reims épargnée par les destructions de la première guerre mondiale.

Reims, place Saint-Timothée

Reims, place Saint-Timothée

 

La colline Saint-Nicaise

En 2015, L'UNESCO a inscrit au patrimoine mondial de l'humanité la colline Saint-Nicaise sur laquelle a été construite la cité-jardin du Chemin Vert et qui abrite les caves de 6 grandes maisons de champagne

la cité-jardin du Chemin Vert

Cette dernière a été conçue dans le cadre de la reconstruction de Reims après les destructions de la première guerre. Le projet est dirigé par un industriel rémois, Georges Charbonneaux, pour accueillir des ouvriers et habitants de la ville à condition d'avoir une famille nombreuse. Réalisée entre 1919 et 1922, la cité regroupe 617 maisons, une maison commune avec une crèche, un gymnase, une salle de théâtre, des bains-douches, etc ... ainsi que l'église néobyzantine Saint-Nicaise décorée entre autres par Maurice Denis et René Lalique. 

Reims, Cité-jardin du Chemin Vert

Reims, Cité-jardin du Chemin Vert

Reims, église Saint-Nicaise

Reims, église Saint-Nicaise

 

- Les caves de champagne.

Il faut savoir que sous la ville s'étend un réseau de plus de 100 km de crayères qui ont principalement servi de carrières pour l'édification des remparts au Moyen Age. De nos jours, elles sont utilisées pour le vieillissement des bouteilles de champagne.

Pour des informations sur Taittinger, cliquez ici

Le domaine de Pommery a été construit à partir de 1868.

Pour des informations sur Pommery, cliquez ici

Reims, domaine Vranken Pommery

Reims, domaine Vranken Pommery

 

La villa Demoiselle (56 boulevard Henry Vasnier) : édifiée en 1890, c'est une villa typique de l'art nouveau réhabilitée par la famille Vranken. Sa visite qui est payante et qui se termine par une dégustation de champagne peut être couplée avec celle du domaine Pommery. 

Pour des informations sur Mumm, cliquez ici

Dans le parc de la butte Saint-Nicaise s’élève la tour du puits, seul vestige des remparts médiévaux élevés au 14ème siècle et qui réunissaient Reims au bourg de Saint-Remi construit autour de l'abbaye.

 

Reims et l'éclectisme architectural

La ville ayant été détruite à 60 % lors de la première guerre mondiale, il faut reconstruire vite pour reloger les milliers d'habitants sans toit. Ainsi plusieurs centaines d'architectes ont conçu des projets de styles très différents et Reims est devenue une ville à l'architecture très éclectique dont voici quelques exemples remarquables :

- la bibliothèque Carnegie (elle est située derrière la cathédrale, sur la place Carnegie) 
Inaugurée en juin 1928, elle porte le nom du magnat et philanthrope américain qui a financé la construction de ce bâtiment représentatif de l'art déco.

Reims, bibliothèque Carnegie

Reims, bibliothèque Carnegie

 

- le cinéma Opéra (3 rue Théodore Dubois) : inauguré en 1923, sa façade est un clin d’œil à l'art nouveau.

- l’immeuble Kodak (65 rue de Vesles) : il est représentatif de l'art déco.

- le 17-23 rue de Vesles qui est lui aussi un bâtiment représentatif de l'art déco.

- l'immeuble situé au n°24 de la rue Henri IV achevée en 1923.

- etc ...

 

Bon séjour

 

N'hésitez pas à poster un commentaireà faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebookAucune copie autorisée sur ce blog. 

Avertissement : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent nullement la responsabilité de l'auteur.

Cliquer sur les photos en format paysage pour les agrandir.

Publié dans Grand Est

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article