Visiter Montpellier en une journée

Publié le par hunza

Montpellier fait partie des villes françaises parmi les plus attractives. Ensoleillée et proche de la mer, c’est une ville qui n’a que 1 000 ans d’âge mais qui, très vite, grâce à sa situation géographique, a été un grand centre intellectuel et économique. De nos jours, le centre historique avec ses ruelles tortueuses nous rappelle ce passé riche avec ses hôtels particuliers, la plus ancienne université de médecine encore en activité, sa cathédrale, mais, Montpellier, c’est aussi une ville d’avenir avec son architecture innovatrice et avant-gardiste. Montpellier n’a pas de grand monument mais l’ensemble de son patrimoine architectural mérite qu’on s’y arrête pour la découvrir.

Comment venir à Montpellier :

  • En train (3h30 environ de trajet en TGV depuis Paris gare de Lyon) :

Pour les horaires, cliquez ici

Attention, il y a 2 gares :
- Montpellier Saint-Roch qui est dans le centre-ville
- Montpellier Sud de France qui est éloignée du centre-ville (6 km) et qui, pour le moment, n'est pas desservie par le tramway mais par une navette assurée en bus jusqu'aux arrêts de la ligne 1 du tramway, Place de France ou Odysseum.

  •  En car :

Depuis la loi Macron de 2015 sur la libéralisation du voyage en autocar longue distance, des opérateurs ont ouvert des lignes de bus à bas coût qui desservent Montpellier :

Pour plus d’informations sur Flixbus, cliquez ici

Pour plus d’informations sur BlaBlaCar Bus, cliquez ici

 

Pour se déplacer, on peut aussi utiliser le covoiturage : https://www.blablacar.fr/

 

Avec le comparateur de trajets OMIO, vous avez la possibilité de trouver tous les horaires, les trajets les plus rapides et comparer les meilleurs prix parmi plusieurs centaines de compagnies de transport :

Pour utiliser Omio, cliquez ici

 

Cartes de la ville 

L'office du tourisme se trouve sur la place de la Comédie, à 600 m à pied de la gare SNCF.

Pour consulter le plan du centre-ville distribué par l'office du tourisme, cliquez ici

Pour consulter le plan de Montpellier sur OpenStreetMap, cliquez ici

Pour afficher Montpellier et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo :

Pour la consulter, cliquez ici

 

Se déplacer dans Montpellier :

Le réseau TaM est le réseau de transports collectifs de l'agglomération montpellieraine. 

Pour plus d’informations, cliquez ici

Pensez aussi au vélo libre-service (vélomagg) :

Pour plus d’informations, cliquez ici

 

Brève histoire de Montpellier

 

Montpellier se situe au carrefour de la route du sel, de la voie Domitienne qui depuis l’antiquité relie l’Italie à l’Espagne, du chemin de Saint-Jacques de Compostelle emprunté par de nombreux pèlerins et de la proximité de la mer à laquelle le Lez la relie au port de Lattes

985 : première mention de Montpellier

Au Moyen Age, le commerce de la ville de Montpellier est florissant du fait de sa proximité avec le port de Lattes qui a des relations avec les ports du Levant. Du vin, de l'huile d’olive, des draps sont exportés. Dès le 12ème siècle, y naissent des écoles de médecine puis de droit au 13ème siècle.
Arrivée des juifs chassés par les Almohades en 
Andalousie

Juillet 1204 : Marie de Montpellier, la dernière descendante de la lignée des Guillem qui gouverne Montpellier, épouse Pierre II d’Aragon.

15 août 1204 : une charte est accordée à Montpellier. Les consuls sont élus par le peuple et parmi le peuple.

1289 : le pape crée l’Université de Montpellier regroupant le droit, la médecine, les lettres et la théologie

1306 : les Juifs sont chassés du royaume

Avril 1349 : fin de la période espagnole car la ville est vendue au roi de France, Philippe VI, par le roi de Majorque Jacques III qui a besoin d’argent.

1432 : Jacques Cœur arrive à Montpellier où il va y créer un comptoir.

Il contribue à la fondation de la loge des marchands et fait édifier l’hôtel des trésoriers de France.

22 septembre 1467 : la Cour des aides, créée par Charles VII en 1437, est fixée à Montpellier par Louis XI.

1523 : François Ier y institue une Chambre des comptes.

1536 : Montpellier devient un évêché.

24 août 1572 : massacre de la Saint-Barthélemy à Toulouse et Albi mais pas à Montpellier.

Durant le 16ème siècle, le protestantisme prend une place grandissante à Montpellier à tel point qu’elle devient une place forte.

Grand soulèvement du Languedoc

30 juillet 1622 : début du siège des armées de Louis XIII qui se conclut par l’édit de Montpellier dans lequel les dispositions de l’édit de Nantes sont confirmées. Cependant, les fortifications de Montpellier, Nîmes et Uzès doivent être démantelées. En 1624, une citadelle est construite avec les canons tournés ... vers la ville.
Quasiment toutes les églises ont été rasées.

Juillet 1629 : un édit royal signé par Louis XIII réunit les deux Cours siégeant à Montpellier en une seule sous le nom de "Cour des comptes, aides et finances".

Après la fin de la guerre, Montpellier devient la capitale du Languedoc avec l’installation du siège de l'intendance de Languedoc jusqu'à la Révolution française. En conséquence, les personnages aux charges importantes se font construire de beaux hôtels particuliers (on en dénombre de nos jours 80).

1962 : arrivée des rapatriés d’Afrique du nord (pieds noirs et harkis).

 

Visite de la ville
(288 000 habitants)

 

La loi du 4 août 1962 (loi Malraux) a été utilisée par la municipalité pour mettre en place un secteur sauvegardé* en août 1967 permettant de restaurer, rénover et réhabiliter une partie du centre historique (le quartier de l'Ecusson). Plusieurs fois révisé depuis, il couvre actuellement une superficie de 96 hectares. Ainsi, de nombreuses maisons anciennes ont pu être sauvées et présentent aux promeneurs urbains que nous sommes de belles façades à admirer tout en profitant d'un espace piétonnier très étendu puisque c'est le plus important de France. 

*Depuis 2016, les "sites patrimoniaux remarquables" se sont substitués aux "secteurs sauvegardés".

 

Place de la comédie

Aménagée en 1755, cette place de forme ovale est le cœur de la ville. En son centre se trouve la fontaine des Trois Grâces installée en 1797 représentant trois divinités grecques et, côté sud, l’opéra comédie inauguré en 1888 après avoir été reconstruit par un élève de Charles Garnier suite à un incendie qui l’avait complètement détruit.

Montpellier, la fontaine des Trois Grâces sur la place de la Comédie

Montpellier, la fontaine des Trois Grâces sur la place de la Comédie

 

Depuis la place, tout en restant en zone piétonne, on peut accéder :
- dans le vieux Montpellier (quartier de l'Ecusson).
- suivre la grande esplanade plantée d’arbres pour parvenir au passionnant musée Fabre.
- ou bien se diriger vers les bords de la Lez en traversant le quartier avant gardiste d’Antigone.

Montpellier, esplanade Charles De Gaulle

Montpellier, esplanade Charles De Gaulle

 

BALADE DANS LE VIEUX MONTPELLIER (quartier de l’Ecusson)

 

La cathédrale Saint-Pierre, rue de l’Ecole de Médecine

Construire au 14ème siècle à la demande du pape Urbain V natif de Montpellier, elle a du être restaurée au 17ème siècle après les destructions occasionnées par les guerres de religion puis au 19ème siècle.

A l’extérieur, elle ressemble à une forteresse avec ses deux tours dotées de mâchicoulis et de créneaux et, sur sa façade côté sud, elle présente un remarquable porche à baldaquin.

 

Cathédrale de Montpellier

 

A l’intérieur, c’est le style gothique qui triomphe. Quant au magnifique orgue, il date du 17ème siècle.

Quelques chiffres : 95 m de longueur intérieure et 28,50 m de hauteur sous voûte.

A l’origine, l’église, qui est devenue cathédrale en 1536, dépendait d’un monastère bénédictin dont les bâtiments conventuels ont été transformés en école de médecine en 1795. Ainsi, ce qui reste du cloître est devenu la cour d’honneur de la faculté.

 

La faculté de médecine :

C’est la plus ancienne au monde toujours en exercice. C’est le seigneur de Montpellier, Guillem VIII, qui a accordé le droit d’exercer et d’enseigner la médecine en 1181 dans sa ville et, le 17 août 1220, le pape a créé les premiers statuts de l’université de médecine.

Faculté de médecine de Montpellier

Faculté de médecine de Montpellier

 

Dans le prolongement de la faculté, on trouve :

Le Jardin des plantes :

Créé en 1593 sous Henri IV pour étudier les plantes médicinales, c’est le premier jardin de ce type en France. Sa superficie atteint les 4, 5 hectares.

 

Jardin des plantes de Montpellier, l'arbre à messages

L'arbre à messages

Jardin des plantes de Montpellier

Jardin des plantes de Montpellier

 

Il jouxte la :

La promenade du Peyrou

Son aménagement en l’honneur de Louis XIV a débuté en 1689 pour se terminer en 1766. Elle commence par un arc de triomphe ou porte du Peyrou (1691-1692) pour se poursuivre en esplanade jusqu’au promontoire où s’élève le château d’eau au pied duquel on profite d’un beau panorama vers le pic Saint-Loup. C’est ici qu’arrive l’aqueduc construit entre 1753 à 1765 qui a servi à alimenter Montpellier en eau potable.

La statue du roi qui trône au milieu de la promenade a été refaite après la Révolution avait été fondue.

 

Arc de triomphe de Montpellier

Arc de triomphe ou Porte du Peyrou

Montpellier, promenade du Peyrou

Montpellier, promenade du Peyrou

Montpellier, aqueduc Saint-Clément

Montpellier, aqueduc Saint-Clément

 

Les vestiges des anciens remparts du 13ème siècle

  • la tour des Pins (remaniée au 14ème siècle) au n°12 du boulevard Henri IV.
  • la tour de la Babote au n°17 du boulevard de l’Observatoire : elle a été rehaussée au cours des siècles pour servir d’observatoire astronomique et de télégraphe Chiappe.

 

Montpellier, tour de la Babote

Tour de la Babote

 

Le mikvé (bain rituel juif daté du 13ème siècle) sis au n°1 de la rue Barallerie :

Aménagé sur le site d’une source, il est le témoignage d’une présence juive à Montpellier. Victimes de persécutions en Andalousie par les Almohades en 1140, certains sont venus s’établir en Languedoc et plus particulièrement dans la ville de Montpellier réputée pour la tolérance du pouvoir. En 1306, le roi de France, Philippe le Bel qui les chasse du royaume. (Voir avec l’office du tourisme pour les visites).

 

La crypte de l’ancienne église Notre-Dame des Tables (place Jean Jaurès) :

C’est un vestige de l’église qui s’élevait à cet emplacement depuis le 11ème et qui a été détruite en 1794. De nos jours, elle accueille le musée d’histoire de la ville de Montpellier du 11ème au 16ème siècle.

 

Eglise Saint-Roch

Complètement démolie lors des guerres de religion, elle date du 17ème siècle. C’était et c’est toujours une étape sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle.
Saint-Roch est né à Montpellier où il a fait des études de médecine. Il est devenu le patron des pèlerins.

 

Montpellier, église Saint-Roch

 

Le quartier de l'Ecusson

Construits dans le vieux Montpellier à partir du 17ème siècle et tout le long du 18ème siècle, de nombreux hôtels particuliers étaient habités par ceux qui occupaient les charges administratives et juridiques importantes dont la ville de Montpellier a été dotée (intendance du roi, cour des comptes, etc …) après 1622.
Les façades sur la rue sont souvent très sobres car, construites dans le quartier médiéval aux rues étroites, il eut été difficile d’en admirer les ornementations. Par contre, les effets architecturaux se trouvent à l’intérieur de ces bâtiments (cours, escalier, etc…). Voir avec l’office du tourisme pour les visites.
Quelques hôtels à voir parmi les 80 recensés dans le vieux Montpellier :

Les hôtels de Beaulac, de Roquemaure, Montcalm, des Trésoriers de la Bourse, Montferrier, de Griffy, de Mirman (ancienne bâtisse du 13ème ou 14ème réaménagée au 17ème siècle), de Manse (belle cour intérieure de style renaissance italienne), etc ….

L'hôtel des Trésoriers de France sis au n°7 de la rue Jacques Cœur a été construit pour le grand argentier du roi Charles VII.

 

Vieux-Montpellier, façade rue Terral

Façade à l'angle des rues Terral et des Amandiers : fenêtres ogivales du 13ème - 14ème siècle

 

Montpellier, hôtel Sarret sur la place de La Canourgue

L'hôtel Sarret (1626) sur la place de La Canourgue

 

Montpellier, rue Lallemand

Rue Lallemand

 

Le musée Fabre

Installé dans l’ancien collège des Jésuites datant du 17ème siècle, il a été inauguré en 1828 et c’est devenu un des plus importants musées des beaux-arts français. Il est constitué de collections de donateurs dont le premier fut le peintre et collectionneur montpelliérain François Xavier Fabre qui légua à la ville de Montpellier les tableaux de la Renaissance, du 17ème et du siècle 18ème qu’il avait acquis au cours de sa vie. Par la suite d’autres collectionneurs vont enrichir le musée dont Bruyas qui a légué des œuvres de Gustave Courbet et plus récemment Pierre Soulages qui a offert une vingtaine de ses toiles.

 

Montpellier, musée Fabre

 

A l’extérieur du Vieux Montpellier, les férus d’architecture peuvent voir des immeubles haussmanniens construits à la fin du 19ème siècle où l’économie de la viticulture était florissante.

Beaucoup plus récemment, de grands projets architecturaux ont vu le jour à Montpellier. Ce fut d’abord le quartier Antigone conçu par l’architecte catalan Ricardo Bofill en 1978 et qui mélange l’antiquité et la modernité.

Ce projet initié par Georges Frêche, ancien maire emblématique de Montpellier, qui voulait relier le vieux Montpellier à la mer grâce au Lez, a été réalisé sur d’anciens terrains militaires. Le Polygone, qui est un immense centre commercial, s’ouvre sur une succession de places qui s’étendent jusqu’à l’hôtel de Région et qui sont bordées de bâtiments au style néoclassique monumental et construits avec du béton teinté de façon à imiter la pierre.

 

Montpellier, Antigone

 

Puis, il y a :

  • l’arbre blanc imaginé par l’architecte Sou Fujimoto qui est une tour résidentielle de 56 m de haut sur le bord de la Lez et haut doté de 113 appartements et d’un bar panoramique au dernier étage. Il est proche d’Antigone.
  • la « folie divine » conçu par l’architecte Farshid Moussavi dans le quartier de Port Marianne
  • l’hôtel de ville conçu par Jean Nouvel sur les bords de la Lez.
  • au nord-ouest de Montpellier, l’immense bâtiment à Pierres Vives inauguré en septembre 2012 qui abrite les archives départementales de l’Hérault, une médiathèque et un lieu d’expositions. Il a été conçu par l’architecte Zaha Hadid
  • etc …

En suivant la piste cyclable qui longe la rivière sur une distance de 11 km, on atteint la Méditerranée. On peut aussi emprunter un car et se rendre à Palavas les Flots. 

Il y a aussi les « folies montpelliéraines » qui, dans un style très futuristes, sont censés évoqués les belles demeures que les gens riches se faisaient construire à l’extérieur de la ville au 18ème siècle pour y passer l’été et y organiser des festivités. De nos jours, on peut aller voir et « l’arbre blanc ».

Bonne visite

 

Voir aussi mes autres articles de blog en cliquant sur les liens suivants :

Visiter Nîmes en une journée

Béziers, les lieux incontournables à visiter

 

N'hésitez pas à poster un commentaire, à faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebook. Aucune copie autorisée sur ce blog. 

Avertissement : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent en aucun cas la responsabilité de l'auteur.

Cliquez sur les photos en format "paysage" pour les agrandir.

Publié dans Occitanie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article