Balade dans le 1er arrondissement de Paris

Publié le par hunza

C'est l'un des arrondissement les plus centraux de Paris car il occupe une partie de l'Ile de la Cité qui fut à l’origine de l'histoire de la capitale. C'est ici que se trouvent le Louvre qui est le musée le plus visité au monde, la Sainte-Chapelle qui représente certainement l'aboutissement du gothique rayonnant avec ses magnifiques vitraux, les jardins des Tuileries et du Palais Royal, l'ancien quartier des Halles qui contraste avec le luxe des joailleries de la place Vendôme, etc ....  

Pour consulter le plan du 1er arrondissement de Paris, cliquez ici

 

Le pont Neuf et l'Ile de la Cité :

Construit entre 1578 et 1606, c'est le pont le plus ancien de Paris. C'est aussi le premier à être bâti avec des pierres, à n'avoir aucune maison dessus permettant d'avoir une vue dégagée sur le fleuve et à être doté de trottoirs pour protéger les piétons de la circulation.

Sur le terre-plein central, se dresse une statue du roi Henri IV datant du 19ème siècle car la Révolution avait détruit l'original.

En contrebas du pont, on accède à la pointe occidentale de l'île de la Cité occupée en partie par le square du Vert Galant. Sur le mur est apposée une plaque rappelant que c'est sur l'île aux Juifs (à l'époque l’île de la Cité ne dépassait pas l'actuelle rue de Harlay) que le dernier maître des Templiers, Jacques de Molay, a été brûlé vif le 18 mars 1314 sur ordre du roi Philippe Le Bel.

Entre le Pont Neuf et le Palais de Justice se trouve la place Dauphine qui a été créée à la demande du roi Henri IV et achevée sous le règne de Louis XIII. 

Paris, le Pont Neuf et le square du Vert Galant

Paris, le Pont Neuf et le square du Vert Galant

Paris, le Pont Neuf

Paris, le Pont Neuf

Paris, le Pont Neuf et, à droite, le Quai des Orfèvres (Ile de la Cité)

Paris, le Pont Neuf et, à droite, le Quai des Orfèvres (Ile de la Cité)

Paris, Quai des Orfèvres

Paris, Quai des Orfèvres

Paris, Ile de la Cité

Paris, Ile de la Cité

 

La Conciergerie (Ile de la Cité) :

Son nom provient du mot "concierge" qui était celui qui avait pour charge de gérer tout le personnel du Palais royal.

Depuis Clovis, c'était la résidence des rois mais, à partir du 14ème siècle, ces derniers vont choisir de s'installer au Louvre. Cependant, le lieu va rester le centre de l'administration royale et surtout celui de l'institution judiciaire. Peu à peu, il va se transformer en palais de justice et en prison. D'ailleurs, pendant la Révolution française, la Conciergerie deviendra la plus grande prison de France et c'est ici que la reine Marie Antoinette sera jugée et emprisonnée durant 40 jours avant d'être guillotinée 16 octobre 1793. Le roi Louis XVIII fera érigée une chapelle expiatoire à l'endroit précis où se trouvait la cellule de la reine.

De nos jours, la Conciergerie est surtout devenue un lieu d'histoire et de mémoire de la période révolutionnaire et plus particulièrement de la période de la Terreur.

Construite en 1302, la salle des Gens d'Armes, qui servait de réfectoire au personnel du palais, est le plus ancien monument civil d'architecture gothique de Paris.

Pour plus d’informations, cliquez ici

Environ 400 000 touristes /an visitent la Sainte-Chapelle.

Paris, la Conciergerie avec, de gauche à droite, les tours de l'Horloge, de César, d'Argent et Bonbec

Paris, la Conciergerie avec, de gauche à droite, les tours de l'Horloge, de César, d'Argent et Bonbec

 

La Sainte-Chapelle (Ile de la Cité) :

Louis IX (futur Saint-Louis) était un roi très pieux. Comme l'empereur byzantin était à cours d'argent, il lui acheta en 1238 la couronne d'épines de la Passion du Christ et commanda la construction d'une chapelle pour lui servir de reliquaire. Elle fut édifiée dans l'enceinte du Palais royal à partir de 1242 et consacrée le 26 avril 1248. Elle se compose de 2 chapelles superposées : celle dite basse qui était destinée aux familiers du Palais et celle dite haute qui était réservée à la famille royale. C'est cette dernière qui est une merveille de l'art gothique rayonnant avec ses 618 m² de vitraux de 15 m de hauteur dont les 2/3 tiers sont d'origine et qui représentent 1 133 scènes de la Bible allant de la création à l'Apocalypse (thème de la grande rose qui a été refaite au 15ème siècle). 

Louis XI acheta d'autres reliques à l'empereur byzantin comme celles d'un fragment de la Vraie Croix du Christ, la sainte-lance, la sainte-éponge, etc ... qui furent placés dans la Sainte-Chapelle. Cependant, depuis 1806, la couronne d'épines a été déplacée à Notre Dame.

Pour plus d’informations, cliquez ici

Environ 1 million de touristes /an visitent la Sainte-Chapelle.

Paris, Sainte-Chapelle

 

La fontaine des Innocents :

Sculptée par Jean Goujon et inaugurée en 1549, elle était adossée à l'ancienne église des Saints-Innocents et donnait sur le cimetière des Innocents. Ce dernier a été fermé en 1785 pour des raisons d’insalubrité publique et les ossements ont été transférés dans les galeries d'anciennes carrières qui sont devenues les Catacombes de Paris. Quant à l'église, elle a été détruite en 1786. En conséquence, il a fallu ajouter un quatrième côté à  la fontaine qui a été déplacée à deux reprises pour occuper depuis 1865 le centre de l'actuelle place Joachim Du Bellay. 

Paris, fontaine des Innocents

Paris, fontaine des Innocents

 

Le forum des Halles :

C'est en 1137 qu'un décret royal autorise l'installation d'un marché à cet endroit.

En 1852, on confia l'aménagement des halles à l'architecte Victor Baltard qui va y réaliser 10 pavillons faits de fonte et de verre.

En 1969, il est décidé que les halles n'ont plus leur place au cœur de Paris et elles sont transférées à Rungis. Seul un pavillon est sauvé de la démolition et remonté à Nogent sur Marne. 

En 1979, ce fut l'inauguration du forum des Halles qui n'est rien d'autre qu'une grande galerie marchande répartie sur 3 étages en sous-sol au dessus de la gare RER de Châtelet les Halles.

En 2016, le forum des Halles a été entièrement réaménagé tout en étant recouvert d'une canopée de verre et d'acier conçue architecte Patrick Berger.

 

Paris, canopée du Forum des Halles

La canopée du Forum des Halles

 

L'église Saint-Eustache :

Construite entre 1532 et 1633, puis restaurée en 1840, elle présente un mélange de style gothique et renaissance. A noter que sa façade occidentale n'est pas achevée.

Ses dimensions sont impressionnantes : 105 mètres de longueur, 43 mètres de large et 33 mètres de hauteur sous voûte. 

A voir à l'intérieur : le tombeau de Colbert, la Vierge à l'Enfant de Pigalle (1748), les tableaux de Rubens ("Les Pèlerins d’Emmaüs" peint en 1611) , de Simon Vouet ("Le martyre de Saint-Eustache" peint en 1635) et de François Lemoyne ("Saint-Jean Baptiste" peint en 1728), les vitraux du chœur, les clés de voûte pendantes, la chaire de Baltard, le banc d'œuvre de Lepautre réalisé en 1720 entièrement en bois sculpté situé au centre de la nef, les grandes orgues (8 000 tuyaux et 115 jeux ce qui en fait le plus grand de France), etc .... 

Le dimanche à 17h, il y a un récital d'orgue gratuit.

 

Pèlerins d'Emmaüs de Pierre-Paul Rubens

Les Pèlerins d'Emmaüs de Pierre-Paul Rubens

 

Eglise Saint-Eustache, Vierge à l'Enfant de Jean-Baptiste Pigalle

Vierge à l'Enfant de Jean-Baptiste Pigalle

Paris, église Saint-Eustache

Paris, église Saint-Eustache

 

Le Palais Royal :

Le cardinal de Richelieu le fit édifier en 1628 et le transmit en 1636 au roi Louis XIII. Comme il servit de résidence au roi Louis XIV et à sa mère, la régente Anne d'Autriche, entre 1643 et 1652, il devint "Palais royal". Plus tard, le Roi Soleil le donna à son frère, le duc d'Orléans.

C'est à partir de 1781 que furent construits selon les plans de l'architecte Victor Louis l'ensemble des bâtiments avec galeries et arcades qui entourent sur trois côtés le jardin de 2 hectares que nous connaissons aujourd'hui. Il réalisa aussi les plans de la Comédie française (1786 - 1790).

Quant à la splendide galerie d'Orléans qui sépare, côté sud, le jardin de la cour d'honneur, elle fut achevée en  1835. A l'époque, c'était une galerie marchande couverte d'une verrière. En 1935, tout fut démonté pour ne laisser en place que les deux rangées actuelles de double colonnades.

Autour de la cour d’honneur dans laquelle a été installée la très controversée oeuvre de Daniel Buren en 1986 "Les Deux Plateaux" (les 260 colonnes bicolores ont été taillées dans du marbre de Carrare et des Pyrénées), on trouve le Conseil d'Etat, le Conseil Constitutionnel, la Comédie française et le ministère de la Culture. 

Paris, les sphères de Bury du Palais Royal

Paris, les sphères de Bury du Palais Royal

Paris, jardin du Palais Royal

Paris, jardin du Palais Royal

Paris, le Kiosque des noctambules  de Jean-Michel Othoniel

"Le Kiosque des noctambules" de Jean-Michel Othoniel réalisé en 2000 pour orner l'une des bouches de métro à la station Palais Royal

 

L'église Saint-Roch (284 rue saint Honoré) :

C'est une église étonnante qu'il faut visiter en raison de ses ornementations mais aussi de sa configuration. Sa construction débuta en 1653 et elle fut consacrée le 10 juillet 1740. L'architecte Jules Hardouin Mansart fit ajouter au chevet une chapelle de la Vierge à laquelle on rajouta quelques décennies plus tard la chapelle du Calvaire ce qui, avec 125 m de longueur, en fait une des églises les plus grandes de Paris ! 

A voir à l'intérieur, une grande quantité de tableaux et la voûte peinte du chœur ainsi que les coupoles de la croisée du transept et de la chapelle de la Vierge. 

A voir à l'extérieur, la façade baroque dans la tradition du modèle dit jésuite criblée d'impacts suite aux combats du 13 vendémiaire (5 octobre 1795) lors desquels le général Bonaparte fit tirer au canon sur les insurgés royalistes.

 

Paris, église Saint-Roch

La voûte peinte du chœur

 

L'église Saint-Germain l'Auxerrois :

Elle a été édifiée entre le 13ème et le début du 16ème siècle. Du 12ème, il reste la base de la tour romane. Quant au porche, il est de style gothique flamboyant. 

A voir à l'intérieur deux splendides retables en bois peint :
- celui qui se trouve dans le déambulatoire est un retable triptyque de l'Ecole française (1530) représentant la vie de la Vierge.
- l'autre, qui est dans une chapelle latérale côté nord, est 
d'origine flamande et date du début du 16ème siècle; sculpté dans du chêne, il retrace des scènes de la passion du Christ. 

A savoir : c'est le tocsin de cette église qui aurait donné le signal du début du massacre de la Saint-Barthélemy le 24 août 1572.

Entre Saint-Germain l'Auxerrois et la mairie du 1er arrondissement bâtie au 19ème siècle dans le style néogothique s'élève un beffroi haut de 38 m. Il a été construit d'après les plans de l'architecte Théodore Ballu entre 1858 et 1862 et il abrite un carillon dont on peut écouter le concert chaque semaine, le mercredi entre 13h30 et 14h00. 

Paris, église Saint-Germain l'Auxerrois

Paris, église Saint-Germain l'Auxerrois

Paris, retable flamand de l'église Saint-Germain l'Auxerrois

Retable flamand dans la chapelle Notre Dame de la Compassion

Paris, retable triptyque de l'Ecole française (1530) représentant la vie de la Vierge

Paris, retable triptyque de l'Ecole française (1530) représentant la vie de la Vierge

 

Le Louvre :

Pour plus d’informations, cliquez ici

Un peu d'histoire :

L'origine du Louvre se trouve sous une partie de l'actuelle Cour carrée : c’était une forteresse construite à la demande du roi Philippe Auguste pour renforcer l'enceinte qu'il avait fait édifier afin de protéger Paris de possibles invasions avant son départ en croisade.

Au 14ème siècle, Paris s'étant agrandi et comme les habitations entouraient le château lui ôtant toute utilité défensive, le roi Charles V le fit transformer en une belle demeure royale.

Pendant la guerre de Cent ans, les rois de France quittèrent Paris pour s'établir dans les châteaux de la vallée de la Loire.

Le premier roi à revenir au Louvre fut François I qui décida d'en faire sa résidence principale. Il fit réaliser d'importantes transformations ainsi que son successeur Henri II (façade conçue par Pierre Lescot et ornée par Jean Goujon,  salle des Cariatides, etc ...).

A la mort de son époux le roi Henri II, Catherine de Médicis, devenue la régente du royaume, décida de faire élever le palais des Tuileries.

Henri IV commanda l'édification de la Grande Galerie en bord de Seine qui, longue de 460 m, permettait de relier l'ancien Louvre aux Tuileries.

Ce fut sous le règne de Louis XIV que furent réalisées la colonnade du Louvre d'après les plans de l'architecte Claude Perrault - sa longueur atteint 180 m et elle comporte 44 colonnes - ainsi que la galerie d'Apollon conçue par Louis le Vau et décorée par Charles Lebrun.

Après le départ du Roi Soleil à Versailles en 1678, les académies des écoles royales s'installèrent au Louvre.

En 1789, les révolutionnaires contraignirent le roi et la reine à revenir à Paris et à s'installer aux Tuileries.

Le 10 août 1793, une partie du Louvre est transformée en musée afin que le peuple puisse profiter des chefs d'oeuvre que seuls les rois et l'aristocratie pouvaient voir auparavant.

Sous le second empire, Napoléon III fait édifier l'aile Richelieu qui permet de "fermer" le quadrilatère du Louvre.

Durant la Commune de Paris, le 23 mai 1871, les Communards mettent le feu aux symboles du pouvoir dont font partie les Tuileries. Le bâtiment est rasé en 1882.

En 1981, François Mitterrand lance le projet du "Grand Louvre" qui devait permettre de doubler la surface d'exposition. Le chantier débuta en 1986 avec l'élévation de la très controversées pyramide de verre conçue par l'architecte sino-américain Ieoh Ming Pei dans la cour Napoléon pour servir de hall d'entrée au musée.

De nos jours, 35 000 œuvres depuis l'Antiquité jusqu'à 1848 sont exposées au Louvre que visitent environ 8 millions de personnes / an. 

Paris, pont des Arts

Paris, pont des Arts

Paris, le Louvre côté quai François Mitterrand

Paris, le Louvre côté quai François Mitterrand

Paris, la Cour carrée du Louvre côté façade est qui date de la période de Louis XIV

Paris, la Cour carrée du Louvre côté façade est qui date de la période de Louis XIV

Paris, pyramide du Louvre

Paris, pyramide du Louvre

Paris, pyramide du Louvre

Paris, pyramide du Louvre

Paris, arc de triomphe du Carroussel

Paris, arc de triomphe du Carroussel

Paris, arc de triomphe du Carroussel

Paris, arc de triomphe du Carroussel

 

Le jardin des Tuileries :

C'est le plus vaste jardin de Paris avec une superficie de 26 hectares. C'est André le Notre qui le dessina et qui prolongea la perspective au delà en aménageant les Champs Elysées.

C'est un jardin à la française avec sa construction rigoureuse et sa symétrie.

Paris, jardin des Tuileries

Paris, jardin des Tuileries

Jardin des Tuileries, grand bassin rond

Jardin des Tuileries, grand bassin rond

Balade dans le 1er arrondissement de Paris
Jardin des Tuileries, petit bassin rond du côté nord

Jardin des Tuileries, petit bassin rond du côté nord

Jardin des Tuileries, petit bassin rond du côté sud

Jardin des Tuileries, petit bassin rond du côté sud

Jardin des Tuileries avec, en arrière plan, le pavillon Marsan et l'aile Richelieu du Louvre

Jardin des Tuileries avec, en arrière plan, le pavillon Marsan et l'aile Richelieu du Louvre

Jardin des Tuileries, exèdre

Jardin des Tuileries, exèdre

Jardin des Tuileries, le bassin octogonal

Jardin des Tuileries, le bassin octogonal

 

Le musée de l'Orangerie :

Il occupe l'ancienne orangerie construite en 1852 et qui faisait partie du palais des Tuileries.

Devenu propriété de l'Etat après la chute du second empire, il est surtout connu pour abriter les célèbres "Nymphéas" peints par Claude Monnet sur 8 panneaux de 2 mètres de haut et totalisant près de 91 mètres de longueur, réalisés entre 1895 et 1926. On peut y voir aussi des toiles de Renoir, Sisley, Cézanne, Matisse, Picasso, Modigliani, Soutine, Utrillo, Gauguin, etc ....

A savoir : l’entrée gratuite est le 1er dimanche de chaque mois.

Pour plus d’informations, cliquez ici

Paris, les Nymphéas au musée de l'Orangerie

Paris, les Nymphéas au musée de l'Orangerie

 

La place Vendôme :

C'est le roi Louis XIV qui demanda à l'architecte Jules Hardouin Mansart d'aménager cette place.

De nos jours, on y trouve des joailleries de luxe ainsi que le ministère de la Justice et l'hôtel "Ritz". Au centre, la colonne érigée en 1810 commémore la campagne napoléonienne qui a conduit à la victoire d'Austerlitz le 2 décembre 1805. Haute de 46 m, elle a été réalisée avec le bronze des canons pris à l'ennemi autrichien et russe.

Paris, place Vendôme

Paris, place Vendôme

 

Bonne balade

 

N'hésitez pas à poster un commentaire, à faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebook. Aucune copie autorisée sur ce blog.

 

NB : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent en aucun cas la responsabilité de l'auteur.

 

Voir aussi mes autres articles sur Paris en cliquant sur les liens suivants :

Balade dans Paris de nuit
Les plus beaux panoramas sur Paris
Visiter les lieux insolites et méconnus de Paris
Paris en vélo de Bercy au bois de Boulogne par les berges de la Seine
Balade à pied ou en vélo le long des canaux Saint-Martin et de l'Ourcq à Paris

Fontaines, bassins et jets d’eau à Paris
Les arbres remarquables à Paris

Balade au bois de Boulogne
Balade au bois de Vincennes

Publié dans Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article