Auch, les lieux incontournables à visiter

Publié le par hunza

Auch est la préfecture du Gers qui est un des départements de France parmi les plus réputés pour la beauté de ses paysages vallonnés et parsemés de bastides, son climat et sa gastronomie. Qu'on soit en route vers les Pyrénées ou bien en découverte de la Gascogne, il ne faut pas hésiter à faire le détour pour visiter cette ville au passé bimillénaire. 

 

Comment venir à Auch :

En train, compter environ 1h30 de temps de trajet depuis Toulouse pour une distance de 88 km :

Pour les horaires de trains, cliquez ici

En bus, Auch est accessible depuis Agen (ligne n°932) où la correspondance avec le TGV est possible ou Tarbes (ligne n°931) qui sont situées chacune à 72 km :

Pour consulter les horaires, cliquez ici
(Dans "Fiches horaires" cliquez sur la ligne n°931 Auch - Tarbes ou n°932 Auch -Agen)

 

Pour se déplacer, on peut aussi utiliser le covoiturage :  https://www.blablacar.fr/

 

Avec le comparateur de trajets OMIO, vous avez la possibilité de trouver tous les horaires, les trajets les plus rapides et comparer les meilleurs prix parmi plusieurs centaines de compagnies de transport :

Pour utiliser Omio, cliquez ici

 

Cartes de la ville 

L'office du tourisme se trouve sur le parvis de la place de la cathédrale.

Pour consulter le plan d'Auch édité par l'office du tourisme, cliquez ici

Pour consulter le plan d'Auch sur OpenStreetMap, cliquez ici

Pour afficher Auch et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo :

Pour la consulter, cliquez ici

Auch

Auch

 

BRÈVE HISTOIRE D'AUCH

 

La région est habitée par les Ausci.

56 avant J.-C. : l'armée romaine commandée par Crassus s'empare de l'oppidum. 

Au 1er siècle après J.-C., la ville d'Augusta Auscorum devient colonie romaine.

Fin du 3ème siècle : création de la province appelée "Novempopulanie" (ou "Pays des neuf peuples") située entre la Garonne et les Pyrénées dont Augusta Auscorum fait partie.

280 : suite à l'arrivée du christianisme, la ville devient un évêché.

418 : en application d'un accord passé avec l'empereur romain Honorius, les Wisigoths deviennent maîtres de l'Aquitaine dont fait partie la Novempopulanie.

507 : la défaite des Wisigoths à Vouillé face à l'armée de Clovis les oblige à leur céder l'Aquitaine.

A partir du 6ème siècle, les Vascons (Gascons) envahissent la Novempopulanie et finissent par s'y établir. C'est en 602 que pour la première fois apparait le terme de Vasconia (Gascogne).

732 : les Sarrasins détruisent Auch.

768 : la Gascogne devient un duché.

844 : raid dévastateur des Normands.

879 :  Auch est promue au rang d'archevêché : le primat d'Aquitaine exerce son autorité religieuse sur la Gascogne, la Navarre française et la Navarre espagnole.

920 : Auch devient la résidence du comte de Fezensac après le partage des terres du duc de Gascogne entre ses fils. Mais c'est l'archevêque qui détient le pouvoir à Auch.

1036 : suite à un mariage, le duché de Gascogne passe dans la "maison" de Poitiers - Aquitaine.

1140 : suite à un mariage, le comté de Fezensac est réuni au comté d'Armagnac.

1152 : le mariage d’Aliénor avec Henri II Plantagenêts va avoir pour conséquence l'intégration du duché d'Aquitaine dans le royaume d'Angleterre jusqu’en 1453. Cependant, si le roi-duc est le suzerain du comte d'Armagnac - Fezensac, il est aussi le vassal du roi de France d'où la complexité de la situation !

1160 : pour faire cesser leurs rivalités, Auch devient une co-seigneurie (un paréage) entre l'évêque et le comte.

1360 : le traité de Brétigny rend Auch aux Anglais mais en 1368, le traité est rompu et Auch redevient française.

1453 : la Gascogne est officiellement réunie à la France.

1525 : après la mort du comte sans descendance, le comté d'Armagnac devient possession de la maison d'"Albret" qui règne sur la Navarre et qui possède le Béarn, la Bigorre, etc ...

1589 : lorsque Henri III de Navarre devient roi de France sous le nom d'Henri IV, toutes ses possessions vont être rattachées au domaine royal le 18 juillet 1607 hormis le Béarn et la Navarre.

1716 : création de la généralité d'Auch dirigé par un intendant qui est le représentant du roi.

1751 - 1767 : Arnaud Megret d’Etigny est intendant de la généralité et va y faire effectuer de nombreux aménagements.

1790 : la Révolution met fin à la généralité et Auch devient la préfecture du nouveau département du Gers.

1863 : arrivée du chemin de fer.

 

VISITE DE LA VILLE D'AUCH
22 000 habitants environ

 

La cathédrale Sainte-Marie

Elle est classée au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle en 1998 car Auch est située sur le chemin d'Arles appelé "via Tolosana".

En remplacement d'une cathédrale devenue trop petite et qui avait été touchée par la foudre, sa construction débute en 1489 pour s'achever en 1680 avec un mélange de style (gothique flamboyant, renaissance et classique). 

Dimension de l'édifice : 102 m de long, 35 m de largeur et 26 m de hauteur sous voûte.

A l'extérieur, 2 tours hautes de 44 m encadrent une façade occidentale de style classique (ordre corinthien).

A voir à l'intérieur :
- les 18 vitraux d’Arnaud de Moles (plus de 400 m² de surface) réalisés entre 1507 et 1513.
- les 113 stalles du chœur en bois de chêne où plus de 1 500 personnages ont été sculptés (1510 - 1554). Attention, son accès est payant.
- la mise au tombeau en marbre (15ème siècle)
- le grand orgue qui possède près de 3000 tuyaux.

Cathédrale d'Auch, mise au tombeau

Cathédrale d'Auch, mise au tombeau

Côté sud de la cathédrale se trouvent : 

- Le palais de l'Officialité et la tour d'Armagnac

Le palais était le siège du tribunal ecclésiastique de l’archevêque et, de nos jours, il accueille le musée d'art sacré. Il a été édifié au 14ème siècle, tout comme la tour d'Armagnac qui s'élève à 40 m de haut et qui servait de prison (on peut voir les cachots).

Pour plus d'informations sur le musée d'art sacré, cliquez ici

 

Auch, tour d'Armagnac

 

- Le grand escalier

C'est le préfet Féart qui fut à l'origine de sa construction entre 1860 et 1863.  Avec ses 233 marches (374 en tout car il comporte des sections à double volée), il permet de relier la basse ville à la haute ville en s'affranchissant d'un dénivelé de 35 m. 

 

Auch, tour d'Armagnac et escalier monumental

 

En descendant l'escalier, au niveau de la première terrasse, emprunter sur la droite la rue de la Vieille Pousterle pour aller voir la porte D'Arton qui a été percée dans les remparts.

- La maison Henri IV (n°22 rue d'Espagne) : elle est appelée ainsi car le roi y aurait séjourné.

Construite au 16ème siècle et modifiée depuis, elle possède dans la cour un magnifique escalier en bois. 

- Les pousterles :

C'est une curiosité typiquement auscitaine car la ville médiévale étant bâtie sur une colline, ces ruelles en escalier et à forte pente permettaient d'accéder à la rivière. De nos jours, on en recense 5 et les plus pittoresques sont celles "de las oumettos" et "des Couloumats".

 

Côté nord de la cathédrale se trouve : 

- Le palais archiépiscopal

Il a été entièrement reconstruit entre les années 1750 et 1780 et, actuellement, c'est la préfecture qui occupe les bâtiments.

- Une tour d'origine gallo-romaine

C'est un des rares vestiges des fortifications de la ville qu'on peut voir au n°1 la rue des Pénitents Bleus. Cette tour serait le plus ancien édifice de la ville et daterait en partie de l'époque gallo-romaine.

- L'hôtel d'Astorg

C'est un ancien hôtel particulier du 18ème siècle qui, après avoir servi de presbytère pour les curés de la cathédrale, est devenu un lieu d'accueil pour les pèlerins du chemin de Saint-Jacques.

 

Côté ouest de la cathédrale se trouve : 

- la maison Fedel (parvis de la cathédrale) :

C'est une des plus anciennes maisons de la ville (seconde moitié du 15ème siècle). Elle est à "corondages" et non à colombages car ce sont des briques qui remplissent les espaces entre la structure en bois.

- La place de la Libération :

C'est l'ancienne place Royale que l'intendant d'Etigny a fait aménager au 18ème siècle. C'est ici que se trouve l'Hôtel de Ville (1760-1770) qui renferme un théâtre à l'italienne.

 

A voir si vous avez du temps :

- Le cloître des Cordeliers :

Il date du début du 14ème siècle et il ne reste plus qu'une galerie et la salle capitulaire. Pour l'apercevoir, il faut se rendre au n°10 de la place Jean David.

- Le musée des Amériques (9 rue Gilbert Bregail) :

Il a été aménagé dans l'ancien couvent des Jacobins et on peut y voir, d'une part, des collections concernant l'histoire d'Auch et de la Gascogne depuis l'Antiquité jusqu'au 20ème siècle et, d'autre part, la seconde ... plus importante collection d'art précolombien après celle du quai Branly à Paris !

Pour plus d'informations sur le musée, cliquez ici

 

Bonne visite

 

N'hésitez pas à poster un commentaireà faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebookAucune copie autorisée sur ce blog. 

Avertissement : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent nullement la responsabilité de l'auteur.

Cliquer sur les photos en format paysage pour les agrandir.

Publié dans Occitanie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article