Au cœur des Alpilles, visiter Les Baux de Provence et Saint-Rémy de Provence

Publié le par hunza

Situées à quelques encablures d'Arles et d'Avignon, les Alpilles sont une petite chaîne de montagnes calcaires ne dépassant pas les 500 m d’altitude qui s'étirent sur une trentaine de kilomètres de long et 10 de large. Côté sud, on y trouve le très touristique village médiéval des Baux de Provence et, côté nord, la cité de Saint-Rémy de Provence, connue pour son marché, son centre ancien, ses vestiges de l'époque gallo-romaine, mais aussi, pour avoir été le lieu où le peintre Van Gogh réalisa quelques-unes de ses œuvres les plus marquantes. 

 

LES BAUX DE PROVENCE

Le château des Baux de Provence

Le château des Baux de Provence

 

Comment venir aux Baux :

C'est seulement du 8 juillet au 31 août 2022 que la ligne n°57 est prolongée jusqu'en Arles avec desserte des Baux de Provence. Attention, les jours de circulation sont tous les week ends de mai, juin et septembre et tous les jours du 30 juin au 2 septembre. 

A noter que le bus continue vers Arles ce qui signifie qu’on peut aussi venir aux Baux depuis Arles.

Pour consulter les horaires de car, cliquez ici
(Faire défiler la page jusqu'à "Fiches horaires des lignes ZOU" puis cliquez sur "Lignes régulières" et sélectionnez la ligne n°57 Avignon - Saint-Rémy - Arles).

 

Cartes de la ville 

L'office de tourisme se trouve à l'entrée du village, dans la maison du Roy (1499).

Pour consulter le plan des Baux, cliquez ici

Pour afficher Les Baux et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo :

Pour la consulter, cliquez ici

 

Visite du village des Baux de Provence

 

Quand on arrive du côté est, la vue est splendide avec les ruines imposantes du château fort, construit au sommet d'un éperon rocheux, au-dessus de falaises calcaires hautes de plusieurs dizaines de mètres. Signe de l'importance stratégique du site autrefois, la forteresse a été démantelée trois fois au cours de l'histoire. A ses pieds, le village des Baux, qui fait partie de l’association des "Plus beaux villages de France", voit passer chaque année plus d'1,5 million de touristes alors qu'il ne compte que 22 habitants ...! Il y a donc beaucoup de monde, surtout en haute saison, et les ruelles sont bordées de nombreux magasins pour touristes, de cafés et de restaurants. En les parcourant, on découvre aussi un nombre impressionnant d'hôtels particuliers du 16ème, 17ème et 18ème siècle pour un si petit village, soit 22 monuments de style renaissance !

A savoir quand il fait chaud : à l'entrée du village, sur l'esplanade De Gaulle, il y a une fontaine où l'eau est potable.

 

Un peu d'histoire :

- 10ème siècle : naissance de la famille des Baux

Petit à petit, elle va former un des plus puissants domaines féodaux de Provence.

- De 1144 à 1162, les guerres "baussenques" opposent la maison des Baux à celle de Catalogne au sujet d'un problème relatif à la succession du comté de Provence. Victorieux, les Catalans ordonnent le démantèlent du château des Baux.

- 13ème siècle : le seigneur Hugues des Baux décide de reconstruire un nouveau château (ce sont les vestiges actuels). Le donjon, bâti au sommet de l'éperon rocheux qui domine le vallon d'Entreconque planté d'oliviers, mesure 25 m de haut, 35 m de long et 12 m de large avec des murs pouvant atteindre 2 m d'épaisseur.  

- 1426 : décès d'Alix, la dernière princesse des Baux. Faute de descendance, ses possessions passent au comté de Provence.

- 1481 : le comté de Provence est rattaché au royaume de France pendant le règne du roi Louis XI qui, en 1483, donne l'ordre de démanteler le château.

- 16ème siècle : le roi François Ier décide de faire reconstruire le château et  attribue la baronnie des Baux à son ami d'enfance, le connétable Anne de Montmorency. Grâce à lui, un palais -résidence est édifié et l'endroit attire car on y frappe monnaie mais aussi on y paye moins de taxes. On y bâti des hôtels particuliers telle la maison Manville (actuelle mairie).

- 1632 : suite à une rébellion de protestants qui se sont emparés du château, le roi Louis XIII envoie Richelieu sur place pour y mettre fin . Le château est une nouvelle fois démantelé.

1641 : le "marquisat des Baux" est attribué par Louis XIII au prince de Monaco en remerciement de son soutien lors de la guerre Trente Ans et pour remplacer les territoires qu'il avait perdus.

1791 : la France rachète les Baux à Monaco.

A l'aube du 19ème siècle, le site des Baux de Provence était tombé dans l'oubli.

- 1821 : le chimiste français Pierre Berthier découvre une roche très riche en alumine qu'il va baptiser "bauxite" du fait de sa proximité avec le village des Baux. C'est le début d'une redécouverte du site car des carrières vont être exploitées pour permettre la fabrication de l'aluminium.

- 1904 : le château est classé aux monuments historiques.

Après la seconde guerre mondiale, les Baux deviennent peu à peu l'une des plus importantes destinations touristiques de France.

 

A voir dans le village des Baux de Provence :

L'étymologie du terme de "baux" est issue du provençal « baù » qui signifie « lieu escarpé ».

- la porte Eyguières : jusqu'en 1866, c'est la seule porte d'entrée du village et c'était donc par là qu'on allait chercher l'eau dans le vallon de la Fontaine car il n'y en avait pas aux Baux. 

- l'église Saint-Vincent : sa construction remonte au 12ème siècle. Une partie de l'édifice est troglodytique et les vitraux sont de Max Ingrand (1960). C'est le plus ancien monument du village.

Chapelles troglodytes de Saint-Marc et, à droite, baptismale (12ème siècle)

Chapelles troglodytes de Saint-Marc et, à droite, baptismale (12ème siècle)

Vitrail de Max Ingrand représentant les instruments de la passion du Christ

Vitrail de Max Ingrand représentant les instruments de la passion du Christ

 

- la chapelle des Pénitents Blancs (milieu du 17ème siècle) à l'intérieur de laquelle le peintre Yves Brayer a peint une fresque en 1974.

 

Les Baux de Provence, chapelle pénitents blancs

 

- l'hôtel de Manville : c'est un hôtel particulier de style renaissance édifié en 1571 qui abrite de nos jours la mairie des Baux. 

 

Les Baux de Provence, l'hôtel de Manville

 

- l'hôtel Jean de Brion (16ème siècle) : racheté et restauré par l’artiste graveur Louis Jou dans les années 30, c'est devenu un musée dans lequel ses œuvres sont exposés.

Pour plus d’informations, cliquez ici

 

Les Baux de Provence, l'hôtel Jean de Brion

 

- l'hôtel de Porcelet (16ème siècle) : il abrite le musée Brayer.

Pour plus d’informations, cliquez ici

- le château :

Ce sont surtout des ruines mais le site, qui s'étend sur 5 hectares, est magnifique avec le panorama offert depuis les tours (attention, leur accès peut s'avérer difficile en raison de la hauteur des marches, de l'étroitesse des escaliers et de la roche glissante).

On peut aussi y voir des machines de guerre du Moyen Age et des animations de type médiévales sont organisées.

Pour plus d'informations sur le château des Baux, cliquez ici

Le donjon du château des Baux de Provence

Le donjon du château des Baux de Provence

La tour sarrasine du château des Baux de Provence

La tour sarrasine du château des Baux de Provence

Les Baux de Provence vu depuis le château

Les Baux de Provence vu depuis le château

Les Baux de Provence

Les Baux de Provence

 

A voir à proximité des Baux :

- les carrières de lumière : ce sont d'anciennes carrières de calcaire blanc qui étaient exploitées jusqu'au milieu des années 30. Depuis 1977, elles ont été transformées en "salles de spectacle" puisque sur les murs, les piliers et les voûtes servent à un spectacle son et lumières renouvelé chaque année. Un conseil si vous êtes intéressés, réservez vos tickets sur internet. 

Pour plus d'informations, cliquez ici

- le Val d'Enfer : pour ceux qui ont du temps et qui aiment randonner, voici un circuit à réaliser dans ce site particulier des Alpilles où l'érosion a donné des formes étonnantes au relief.

Pour plus d'informations, cliquez ici

Le Val d'Enfer

Le Val d'Enfer

 

SAINT-REMY DE PROVENCE

 

Comment venir à Saint-Rémy :

Pour consulter les horaires de car, cliquez ici
(Faire défiler la page jusqu'à "Fiches horaires des lignes ZOU" puis cliquez sur "Lignes régulières" et sélectionnez la ligne n°57 Avignon - Saint-Rémy - Arles).

 

Cartes de la ville 

L'office de tourisme se trouve à l'extérieur du cœur historique, sur la place Jean Jaurès.

Pour consulter le plan de Saint-Rémy de Provence, cliquez ici

Pour afficher Saint-Rémy de Provence et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo :

Pour la consulter, cliquez ici

Le marché qui a lieu tous les mercredis et samedis matin fait la renommée de la cité.

 

A voir dans le centre historique :

- la porte Saint-Paul : c'est un vestige des remparts 

- la maison de Nostradamus : c'est ici qu'il est né le 14 décembre 1503; connu pour ses prédictions, il deviendra le protégé de Catherine de Médicis et conseiller du roi à partir de 1564.

- la fontaine Nostradamus inaugurée en 1814

 

Saint-Rémy de Provence, fontaine Nostradamus

 

- la collégiale Saint-Martin : reconstruite entre 1821 et 1825, elle est de style néoclassique.

- le musée Estrine : hôtel particulier du 18ème siècle qui abrite une collection de peintures modernes ainsi qu'un centre d'interprétation Van Gogh.

Pour plus d'informations, cliquez ici

 

Saint-Rémy de Provence, le musée Estrine

 

- l’hôtel Mistral de Mondragon : bel hôtel particulier du 16ème siècle de style renaissance qui donne sur l'agréable place Favier et qui abrite le musée des Alpilles. Il faut rentrer à l'intérieur pour admirer sa petite cour remarquable dominée par une tour. 

Pour plus d'informations, cliquez ici

 

Saint-Rémy de Provence, musée des Alpilles

 

- l'hôtel de Sade : Balthazar de Sade le fit édifié en 1513; de nos jours, le bâtiment sert de lieu d'exposition de tous les résultats des fouilles menées à Glanum. 

Pour plus d'informations, cliquez ici

Du centre historique, on peut se rendre à pied jusqu'au site des Antiques et de Saint-Paul de Mausole qui se trouve à proximité. La route est assez passagère mais, tout du long, sont implantées des reproductions de tableaux peints par Van Gogh lorsqu'il a séjourné à Saint-Rémy en Provence. 

Reproduction du tableau "Pins sur un ciel noir"

Reproduction du tableau "Pins sur un ciel noir"

 

SAINT-PAUL DE MAUSOLE

 

Jusqu'à la révolution française, ce lieu était un monastère. Fondé au 11ème siècle, il accueillait des personnes tombées dans la démence. De nos jours, Saint-Paul de Mausole est une maison de santé qui continue de soigner des malades en psychiatrie mais une partie est entièrement consacrée à la visite. On peut y voir l'église romane, le beau cloître du 11ème - 12ème siècle et, surtout, la chambre reconstituée que Van Gogh a occupée. En effet, après avoir eu une dispute avec Gauguin lors de laquelle il s'est coupée une partie de l'oreille, il a été interné à sa demande le 8 mai 1889 dans l'asile psychiatrique de Saint-Paul de Mausole où il est resté jusqu'au 16 mai 1890 et y a peint 143 toiles. 
Après avoir traversé la boutique qui occupe l'ancienne salle capitulaire, on accède au jardin où les principaux végétaux qui ont inspiré ces toiles ont été replantés (lavande, tournesols, iris, blés) et d'où la vue sur l'église est très belle.

Pour plus d'informations, cliquez ici

Saint-Paul de Mausole, la chambre reconstituée qu'occupa Van Gogh

Saint-Paul de Mausole, la chambre reconstituée qu'occupa Van Gogh

Le cloître de Saint-Paul de Mausole

Le cloître de Saint-Paul de Mausole

L'église romane de Saint-Paul de Mausole

L'église romane de Saint-Paul de Mausole

 

LES ANTIQUES

 

En fait, ce sont des vestiges dont la présence indiquait l'entrée de l'ancienne ville romaine de Glanum qui se trouvait à proximité de la "via Domitia" qui était une route qui reliait l'Italie à l'Espagne créée en 120 avant J.-C..

- Le mausolée des Julii (35 avant J.- C.)

 

Les Antiques, le mausolée des Julii

 

- l'Arc de Triomphe (20 après J.- C.) :

Les Antiques, l'arc de triomphe

Les Antiques, l'arc de triomphe

 

GLANUM

 

D'abord habité par des Gaulois, au 6ème siècle avant J.-C.,  le site le fut aussi par des Grecs puis, à partir de 63 avant J.-C., Glanum devint une colonie romaine et, en conséquence, son agrandissement alla de pair  avec la construction d'un arc triomphal, d'un forum, de temples, etc  ....

Suite aux invasions barbares, la cité fut abandonnée et les habitants allèrent s'installer à l'emplacement de l'actuelle Saint-Rémy de Provence et ils se servirent de Glanum comme s'il s'agissait d'une carrière de pierres pour construire leurs nouvelles habitations.

Le site antique fut redécouvert en 1921.

Pour plus d'informations, cliquez ici

Glanum, maison des Antes

Glanum, maison des Antes

Glanum : la curie, reconnaissable à son abside, était le lieu des réunions des assemblées municipales

Glanum : la curie, reconnaissable à son abside, était le lieu des réunions des assemblées municipales

Le Mont Gaussier (306 m d'altitude)

Le Mont Gaussier (306 m d'altitude)

Glanum, les temples géminés

Glanum, les temples géminés

Glanum, le sanctuaire d'Hercule et l'accès à la source sacrée (à gauche)

Glanum, le sanctuaire d'Hercule et l'accès à la source sacrée (à gauche)

Glanum vu depuis le belvédère

Glanum vu depuis le belvédère

 

Bonne visite

 

Voir mes autres articles de blog en cliquant sur le lien suivant :

Visiter Avignon et ses environs sans voiture

Randonner en Provence dans les Alpilles sur le GR 6

Arles, les lieux incontournables à visiter

 

N'hésitez pas à poster un commentaire, à faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebookAucune copie autorisée sur ce blog. 

Avertissement : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent en aucun cas la responsabilité de l'auteur.

Cliquez sur les photos en format "paysage" pour les agrandir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article