Autun, ville romaine et médiévale aux portes du Morvan

Publié le par hunza

Autun a d'abord été une très importante ville romaine, l'ancienne Augustodunum, comme le montre ses nombreux vestiges. Et puis, au Moyen Age, Gislebertus y a réalisé quelques-uns des chefs d'oeuvre de l'art roman avant que les Rolin, père et fils, ne participent à la prospérité de la ville. Située aux portes du Morvan, Autun, qui se retrouve aujourd'hui à l'écart des grands axes de communication, mérite bien qu'on y fasse étape pour découvrir son riche patrimoine chargé d'histoire.

 

Comment s'y rendre quand on n'a pas de voiture :

Une ligne de car relie la gare TGV du Creusot - Montchanin - Montceau les Mines à la ville d'Autun distante de 38 kilomètres :

Pour consulter les horaires des cars, cliquez ici
(Cliquer sur LR 706 Autun < > gare TGV Le Creusot-Montceau < > Le Creusot)

 

Pour se déplacer, on peut aussi utiliser le covoiturage : https://www.blablacar.fr/

 

Avec le comparateur de trajets OMIO, vous avez la possibilité de trouver tous les horaires, les trajets les plus rapides et comparer les meilleurs prix parmi plusieurs centaines de compagnies de transport :

Pour utiliser Omio, cliquez ici

 

Carte de la ville 

L'office du tourisme se trouve au n°13 de la rue du général André Demetz (Place du Champ de Mars).

Pour consulter le plan du centre-ville distribué par l'office du tourisme, cliquez ici

 

Pour consulter le plan d'Arles sur OpenStreetMap, cliquez ici

Pour afficher Arles et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo :

Pour la consulter, cliquez ici

 

Brève histoire d'Autun

 

- 52 av J.-C. : défaite de Vercingétorix à Alésia.

- 15 av J.-C. : Auguste fonde la ville qui va porter son nom, Augustodunum, et qui se substitue à l'ancienne capitale des Eduens, Bibracte. C'est la seconde ville de Gaule en importance après Lugdunum (Lyon).

- 470 : arrivée des Burgondes.

- 534 : les Mérovingiens conquièrent leur royaume.

- 22 août 725 : les Sarrasins pillent Autun.

- 883 : pour services rendus au roi de France, Richard de Bourgogne dit le Justicier devient comte d'Autun.

- 888 : les Normands pillent Autun.

- 898 : il est autorisé par le roi de France d'unir tous ses comtés et en 918 il prend le titre de duc de Bourgogne.

- 1016 : récupéré par le roi de France, le capétien Robert le Pieux, le duché devient titre d’apanage et est transmis à l'un de ses fils. Dijon est choisi comme capitale du duché.

- 1361 : mort sans héritier du duc de Bourgogne, Philippe de Rouvre. Le roi de France, Jean II le Bon, qui récupère le duché le transmet à son fils Philippe II le Hardi en 1363. 

- 1369 : Philippe II épouse Marguerite de Flandres.

- 27 avril 1404 : avènement de Jean sans Peur 

- 10 septembre 1419 : il est assassiné et son fils Philippe III le Bon lui succède.  

- 15 juin 1467 : à la mort de son père, avènement de Charles Le Téméraire qui va dilapider en 10 ans tout ce que ces prédécesseurs avaient acquis. 

- 5 janvier 1477 : Charles Le Téméraire est tué lors du siège de Nancy. La Bourgogne revient au roi de France.

Au 18ème et 19ème siècle, Autun connait un regain sur le plan économique grâce à l'exploitation du bois du Morvan.

 

VISITE DE LA VILLE 

Autun est une ville de 14 728 habitants environ (chiffre INSEE de 2016)
Labellisée ville d’art d’histoire en 1992

 

La loi du 4 août 1962 (loi Malraux) a été utilisée par la municipalité pour mettre en place un secteur sauvegardé* qui permet de sauver et de mettre en valeur le patrimoine bâti historique tout en l'adaptant aux évolutions de la vie contemporaine. Créé par arrêté interministériel en septembre 1973, il concerne le centre historique sur une superficie de 74 hectares. 

* En application d'une loi du 7 juillet 2016, le terme de "secteur sauvegardé" a été remplacé par celui de "Site Patrimonial Remarquable". 

 

AUTUN LA ROMAINE 

 

Si vous arrivez par le car et choisissez d'aller jusqu'à son terminus qui est la gare SNCF d'Autun, vous êtes assez proche de la : 

Porte d'Arroux

Ce monument date du 1er siècle après Jésus Christ. C'était l'une des 4 portes de la ville (il n'en reste plus que 2) et celle-ci se trouvait sur le cardo (axe est- ouest) emprunté par la via Agrippa qui reliait Lyon à Boulogne sur Mer.

A savoir : un vestige du cardo (dalles et trottoir) est encore visible dans la rue Jambe de Bois au niveau de la "résidence du Cardo".

Autun, la porte d'Arroux

Autun, la porte d'Arroux

 

Passer sous la porte pour traverser la rivière Arroux et prendre le chemin sur la gauche (c'est indiqué) qui vous mène au :

Temple de Janus (1er siècle ap J.-C.)

C'est un vestige de la "cella" qui était l'espace sacré où se trouve la statue du dieu qui, contrairement au nom porté par ce monument, n'était pas celle de Janus mais d'un dieu gaulois. 

Autun, le temple de Janus

Autun, le temple de Janus

 

Revenir sur vos pas pour repasser sous la porte d'Arroux puis continuer tout droit. Suivre la rue de Paris puis prendre à gauche la rue de Dijon puis la rue de la Croix Blanche au bout de laquelle se trouve la :

Porte Saint-André

C'est la seconde porte de la ville qui demeure sur les 4 et elle se trouve à l'extrémité du décumanus (axe nord - sud).

Autun, la porte Saint-André

Autun, la porte Saint-André

 

Prendre à droite jusqu'au giratoire puis suivre la rue du Théâtre romain jusqu'au :

Théâtre romain :

Construit au 1er siècle après Jésus Christ, il a une contenance de 20 000 personnes. C'était le plus grand théâtre romain de toute la Gaule (148 m de diamètre). 

Autun, le théâtre romain

Autun, le théâtre romain

 

A proximité se trouvait un amphithéâtre de très grande dimension qui a entièrement disparu après avoir servi, comme le théâtre de carrière de pierres.

 

Reprendre la route qui longe le cimetière et la ville haute d'Autun jusqu'à la jonction avec le chemin de grande randonnée GR 131/ 137. Sur la gauche, un panneau indique la direction de la Pierre Couhard (20 minutes) et de la cascade de Brisecou (35 minutes). Prendre le chemin qui s'élève rapidement pour atteindre Couhard. Le dénivelé positif est de 80 mètres. Belle vue sur Autun.

Panorama sur la ville d'Autun depuis Couhard

Panorama sur la ville d'Autun depuis Couhard

 

Pour réaliser cette photo "type carte postale", il faut monter le matin quand le soleil est encore à l'est.

 

La Pierre de Couhard 

Construit au 1er siècle après Jésus Christ, c'était probablement un monument funéraire. Il était recouvert de plaques de marbre blanc qui ont disparu. 

La Pierre de Couhard

La Pierre de Couhard

 

Pour ceux qui veulent marcher jusqu'à la cascade de Brisecou, continuer de suivre le GR sur environ 1 km. Jolie balade dans un cadre ombragé et presque plat. La cascade se trouve sur la droite avant de traverser la rivière et de se retrouver au pied d'un rocher d'escalade. Attention, en fonction de la saison, il y a très peu d'eau ...!

Faire le chemin inverse pour revenir à Autun et voir les :

Remparts gallo-romains

L'enceinte dont l'édification remonte au 1er siècle ap J.-C. était longue de 6 km et était dotée de 57 tours et de 4 portes dont seules les portes d'Arroux et de Saint-André sont encore visibles (voir plus haut). Elle entourait une ville de 200 hectares. De nos jours il ne reste plus que 4, 5 km de muraille.

La partie la mieux conservée se trouve le long des boulevards Mac Mahon et des Résistants Fusillés.

 

AUTUN LA MEDIEVALE 

 

Monter dans la ville haute pour visiter la :

Cathédrale Saint-Lazare :

Elle a été construite entre 1120 et 1140 pour abriter les reliques de Saint-Lazare qui ont rapidement été assimilées à celles du personnage de l'évangile alors qu'il s'agissait de celles du ... premier évêque d'Aix mais il fallait bien concurrencer Vézelay qui possédait les reliques de Marie Madeleine. Au Moyen Age, la pratique du pèlerinage était très répandue et plus la valeur des reliques était importante, plus elle attirait les pèlerins.

La flèche haute de 80 m date de 1469 et a été construite grâce à Nicolas Rolin pour remplacer la tour qui avait été frappée par la foudre.

 

Cathédrale Saint-Lazare à Autun

 

Le tympan du portail occidental de la cathédrale est un chef d'oeuvre de l'art roman. Réalisé par Gislebertus au 12ème siècle, il représente le jugement dernier.  

Le tympan roman de la cathédrale Saint-Lazare d'Autun

Le tympan roman de la cathédrale Saint-Lazare d'Autun

 

A l'intérieur de la cathédrale, dans la nef, on peut admirer de beaux chapiteaux romans probablement réalisés aussi par Gilesbertus au 12ème siècle mais ils sont positionnés très haut.

A voir aussi le vitrail de l'Arbre de Jessé (16ème siècle) et le tableau de Saint-Symphorien peint par Ingres en 1834.

En sortant de la cathédrale, rendez-vous à la salle capitulaire (il faut traverser le jardin qui borde le côté sud-ouest de l'édifice). Moyennent un droit d'entrée de 2 €, vous accédez dans une salle aux belles voûtes d'ogives où sont exposés des chapiteaux qui se trouvaient dans le transept et le chœur de la cathédrale. Cette fois, comme ils sont disposés à hauteur d'homme, vous pouvez admirer le travail du sculpteur.

La salle capitulaire de la cathédrale Saint-Lazare d'Autun

La salle capitulaire de la cathédrale Saint-Lazare d'Autun

Chapiteau : la fuite en Egypte

Chapiteau : la fuite en Egypte

Chapiteau : la pendaison de Judas

Chapiteau : la pendaison de Judas

Chapiteau : le sommeil des Mages

Chapiteau : le sommeil des Mages

 

Le musée Rolin :

Proche de la cathédrale, il est implanté dans l’Hôtel Rolin datant du 15ème siècle où est né le futur chancelier du duc de Bourgogne Philippe le Bon.

Ce superbe musée mérite vraiment le détour pour tous ceux que l'art médiéval ne rebute pas. 

Pour plus d'informations, cliquez ici

 

Autun : musée Rolin

 

Côté salles romanes, c'est ici qu'on y trouve la "tentation d'Eve" qui est une partie d'un linteau sculptée par Gislebertus sur le portail latéral de la cathédrale (celui d'Adam n'a jamais été retrouvé) ainsi que les vestiges du tombeau de Lazare qui attirait de nombreux pèlerins au Moyen Age sans toutefois parvenir à concurrencer Vézelay.

Musée Rolin : la tentation d'Eve

Musée Rolin : la tentation d'Eve

Musée Rolin : Saint-André, statue en calcaire blanc qui faisait partie du tombeau de Lazare

Musée Rolin : Saint-André, statue en calcaire blanc qui faisait partie du tombeau de Lazare

 

Côté salles gothiques, on peut admirer la superbe Vierge d'Autun et de belles peintures.

Musée Rolin : la Vierge d'Autun

Musée Rolin : la Vierge d'Autun

Musée Rolin : triptyque de l'ancien et du nouveau testament

Musée Rolin : triptyque de l'ancien et du nouveau testament


La tour des Ursulines

Datant du 12ème siècle et intégré au mur d'enceinte gallo-romain, c'était le donjon d'un château fort qui a été totalement détruit à la fin du 16ème siècle.

 

Des maisons à pans de bois :

- Maison du Tripot au n°6-10 de la rue Notre Dame

- Maison Saint-Christophe (16ème siècle) au n° 7 de la rue Cocand

- au n°6 de la rue Dufraigne

- au n° 2 de la rue Piolin

 

Avant de regagner la grande place d'Autun pour y reprendre le car, n'hésitez pas à traverser le passage couvert de la Halle qui date de 1848 et qui a remplacé les anciennes halles du 18ème siècle.

 

Bonne visite.

 

N'hésitez pas à poster un commentaireà faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebookAucune copie autorisée sur ce blog. 

 

Avertissement : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent nullement la responsabilité de l'auteur.

Cliquer sur les photos en format paysage pour les agrandir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article