Visite de Rouen, une ville chargée d'histoire à une heure de Paris

Publié le par hunza

La capitale de la Normandie, Rouen, qui a longtemps été une des villes les plus importantes du royaume de France, est connue pour abriter un patrimoine architectural exceptionnel malgré les destructions occasionnées par la seconde guerre mondiale. La cathédrale peinte tant de fois par Monet, les églises Saint-Ouen et Saint-Maclou, les centaines de maisons à pans de bois font de cette "ville au cent clochers" (Victor Hugo) un site touristique à ne pas manquer d’autant plus qu’il se situe seulement à un peu plus d’une heure de Paris. Et puis Rouen, pour les passionnés d’histoire, c'est aussi le lieu de la fin tragique de Jeanne d’Arc.

 

Comment venir à Rouen :

  •  En train (1h20 environ de temps de trajet depuis Paris Saint-Lazare pour une distance de 139 km) :

Pour les horaires de trains, cliquez ici

  •  En bus :

Depuis la loi Macron de 2015 sur la libéralisation du voyage en autocar longue distance, des opérateurs ont ouvert des lignes de bus à bas coût qui desservent Rouen :

Pour plus d’informations sur Flixbus, cliquez ici

Pour plus d’informations sur Blablabus, cliquez ici

 

Pour se déplacer, on peut aussi utiliser le covoiturage :  https://www.blablacar.fr/

 

Avec le comparateur de trajets OMIO, vous avez la possibilité de trouver tous les horaires, les trajets les plus rapides et comparer les meilleurs prix parmi plusieurs centaines de compagnies de transport :

Pour utiliser Omio, cliquez ici

 

Cartes de la ville 

L'office du tourisme se trouve place de la Cathédrale. C'est au 1er étage de ce bâtiment que Monet s'est installé pour peindre plusieurs de ces toiles sur la cathédrale.

Pour consulter le plan édité par l'office du tourisme, cliquez ici

Pour consulter le plan de Rouen sur OpenStreetMap, cliquez ici

Pour afficher Rouen et ses environs sur le site GEOPORTAIL, cliquez ici

 

Météo :

Pour la consulter, cliquez ici

 

BREVE HISTOIRE DE ROUEN

 

Les Romains fondent une ville sur la rive droite de la Seine, à l'endroit où le fleuve est franchissable à l'aide d'un pont.

14 mai 841 : les Vikings détruisent Rouen lors de leur premier raid en remontant la Seine.

911 : Charles le Simple signe le traité de Saint-Clair sur Epte avec Rollon, le chef des Vikings. En échange d'un territoire qu'ils occupaient déjà, le roi de France obtient la paix avec les Vikings et Rollon accepte de se convertir au christianisme. C'est l'acte de naissance de la Normandie (pays des "hommes du nord") avec Rouen pour capitale.

Le port de Rouen commerce avec le monde scandinave puis, avec l'Angleterre, après la conquête de Guillaume le Conquérant en 1066. L'industrie drapière fait la renommée de la ville au Moyen Age.

24 juin 1204 : Rouen finit par se rendre et la Normandie est rattachée au royaume de France. C'est la prise de Château Gaillard le 6 mars après un siège de 6 mois par l'armée de Philippe Auguste qui a permis la conquête du duché au détriment du roi d'Angleterre, Jean sans Terre. 

Juillet 1418 - janvier 1419 : l'armée anglaise du roi Henri V assiège Rouen qui va finir par se rendre avec pour conséquence le retour de la Normandie dans le giron de l'Angleterre. 

30 mai 1431: Jeanne d'Arc est brûlé vive. Elle avait été capturée le 23 mai 1430 sous les murs de Compiègne par un Bourguignon qui avait fini par la vendre aux Anglais et, le 14 mai 1431, à l'issu de son procès inique, elle avait été condamnée à mort pour hérésie. 

4 novembre 1449 : l'armée française reprend Rouen aux Anglais.

15 avril 1450 : la défaite anglaise lors de la bataille de Formigny consacre la perte de la Normandie.

1469 : Louis XI brise l’anneau ducal ce qui signifie la fin du duché de Normandie.

Du 15ème au 18ème siècle, Rouen est la seconde ville la plus peuplée de France après Paris. Son port de commerce est très actif et l'industrie textile continue de se développer.

1517 : création du port du Havre qui va peu à peu concurrencer Rouen.

17ème siècle : le rouennais Cavelier de la Salle explore pour la première fois le Mississippi et permet à la France d'avoir une colonie s'étendant du golfe du Saint-Laurent jusqu'à la Louisiane.

1843 : arrivée du chemin de fer avec l'inauguration de la ligne ferroviaire Paris-Rouen.

1881 : Le Havre, la rivale normande, dépasse en population Rouen.

9 juin 1940 : les Allemands entrent dans Rouen. 

Rouen est bombardée plusieurs fois durant la seconde guerre mondiale mais la période la plus terrible fut "la semaine rouge" du 30 mai au 5 juin 1944 lorsque les bombardiers américains pilonnèrent la ville (ponts, triage, port) pour préparer le débarquement tout en causant la mort de 1 500 civils. 

30 août 1944 : Rouen est libérée par les Canadiens.

Le port et une grande partie de la ville sont à reconstruire car plus de 8 000 logements ont été détruits. 

1956 : Rouen devient la capitale de la région Haute Normandie.

1er janvier 2016 : la Normandie est réunifiée et Rouen est désignée par décret chef-lieu de la nouvelle région.

Le port et Rouen 

 

Depuis l'antiquité, Rouen qui est située à environ 120 km de l’embouchure de la Seine est un port de transbordement des marchandises car, au-delà, le fleuve n'est plus navigable pour les gros bateaux. Ces derniers peuvent atteindre les 11 m de tirant d'eau depuis l'aménagement achevé en 2019 du chenal de navigation mais ils doivent suivre le mouvement de la marée pour remonter ou descendre l'estuaire.

Après les destructions de la seconde guerre mondiale, le port a été entièrement reconstruit mais il s'est déplacé en aval du centre-ville.

En 2019, 

Le port de Rouen occupe le cinquième rang des ports français en importance avec un trafic de 23,4 millions de tonnes de marchandises pour le maritime et 5,4 pour le fluvial. 

C'est devenu un grand port d'exportation des céréales.

Rouen a accueilli 27 paquebots de croisière (22 341 passagers).

VISITE DE LA VILLE 
Rouen est une ville de 109 000 habitants environ

 

La loi du 4 août 1962 (loi Malraux) a été utilisée par la municipalité pour mettre en place un secteur sauvegardé* qui permettait de sauver et de mettre en valeur le patrimoine bâti historique tout en l'adaptant aux évolutions de la vie contemporaine. Créé en septembre 1964, il a été approuvé par décret le 19 novembre 1986 et concernait un périmètre de 46 hectares autour de la cathédrale. 

* En application d'une loi du 7 juillet 2016, le terme de "secteur sauvegardé" a été remplacé par celui de "Site Patrimonial Remarquable". 

Dans le cœur historique de Rouen, on recense environ 200 maisons à pans de bois datant de la période médiévale dont la plus ancienne (13ème siècle) occupe l'angle de la rue et du passage Saint-Amand.

 

Que voir en une journée

 

Le monument le plus proche de la gare SNCF est :

La tour Jeanne d'Arc (rue du Donjon) :

Ce donjon, qui se visite, est un vestige du château construit à l'époque de Philippe Auguste et qui a été démantelé au 16ème siècle sauf la tour que Viollet le Duc a fait restaurer au 19ème siècle.  

Quant à Jeanne d’Arc, elle a été emprisonnée du 25 décembre 1430 au 30 mai 1431 dans une autre tour dont on peut encore voir le soubassement qui se trouve au n°102 de la rue Jeanne d'Arc. 

 

Rouen, tour Jeanne d'Arc

 

Continuez la rue Jeanne d'Arc jusqu'au square Charles Verdrel sur un côté duquel se trouve :

Le musée des Beaux-Arts :

Il est exceptionnel par la richesse de sa collection d’œuvres présentées au public. Ainsi, il possède le second ensemble de tableaux impressionnistes de France après ceux qu'on peut voir à Paris. 

Pour plus d'informations, cliquez ici

 

Empruntez la rue Jean Lecanuet pour se diriger vers la place du général de Gaulle où se dressent l'Hôtel de Ville et :

L'église Saint-Ouen :

Sa construction débute en 1318 et dure deux siècles. Quant à sa façade occidentale encadrée de deux tours, elle date du 19ème siècle.

A l'extérieur, la splendide tour lanterne culmine à 82 mètres de hauteur avec un sommet en forme de couronne octogonale.

L'intérieur en quelques chiffres : 137 m de longueur, 33 m de hauteur sous voûte, 42 m de largeur au transept et 80 verrières datant du 14ème et 15ème siècle.

Chef-d'œuvre du gothique rayonnant, ses dimensions sont presque comparables à celles de la cathédrale, et pourtant, c'était une abbatiale qui faisait partie d'une abbaye bénédictine dont l'actuel Hôtel de Ville occupe l'ancien dortoir des moines.

Attention, suite à des travaux de rénovation entamés fin 2020, l'édifice est actuellement fermé. 

Rouen : l'abbatiale Saint-Ouen et, à gauche, l'Hôtel de Ville

Rouen : l'abbatiale Saint-Ouen et, à gauche, l'Hôtel de Ville

 

Emprunter la rue des Boucheries Saint-Ouen qui coupe la pittoresque rue Eau de Robec avec sa petite rivière canalisée qui coule au pied des maisons et la rue du Petit Mouton (faites un aller-retour dans ces deux rues).
Au n°185 de la rue Eau de Robec
 se trouve la maison dite des "Quatre fils Aymon" datant de 1475 et qui est remarquable avec son essantage en ardoises qui protège une partie de la façade.
Continuer en suivant la rue Damiette bordée de belles maisons à colombages. En se retournant, belle perspective sur la tour lanterne de l'église Saint-Ouen.

 

Rouen, église Saint-Ouen

 

 

Parvenu à l'angle de l'église Saint-Maclou où se trouve une fontaine renaissance (1517) avec ses deux personnages aux airs de "manneken pis", prendre à droite la rue Martainville pour aller voir : 

L'aître Saint-Maclou :

Il s'agit d'un ancien ossuaire Trois des galeries à pans de bois sur les quatre ont été édifiées entre 1526 et 1533 pour permettre d'y placer les ossements qu'on déterrait lorsqu'il fallait faire de la place pour ensevelir un nouveau corps. Partout, sur les poutres, la décoration évoque la mort. A l'entrée, il y a même le squelette d'un chat noir (cette couleur était associée au diable au Moyen Age) qui aurait été emmuré vivant afin d'éloigner le mauvais sort mais ce serait une légende ... car il aurait été placé par des étudiants des Beaux-Arts qui auraient voulu faire un canular !

C'est au 18ème siècle que ce lieu cessa d'être un cimetière. 

Rouen : l'aître Saint-Maclou avant sa restauration

Rouen : l'aître Saint-Maclou avant sa restauration

 

Revenir sur vos pas en reprenant la rue Martainville pour aller contempler la façade de l'église Saint-Maclou. En face de vous, "la maison qui penche". 

 

Rouen, rue Martainville

 

Rouen, rue Martainville, maisons à pans de bois

Rue Martainvilliers

 

4 place Barthélémy, la maison qui penche

 

L'église Saint-Maclou :

Edifiée entre 1436 et 1524, cette église présente une superbe façade arrondie de style gothique flamboyant dotée de cinq porches abritant des vantaux sculptés datant de la renaissance. La flèche haute de 87 m a été rajoutée à partir de 1868.

 

Rouen, église Saint-Maclou

 

Rouen, place Barthélémy

Au débouché de la rue Damiette sur le parvis de l'église Saint-Maclou

 

Quand on se trouve devant l'église Saint-Maclou, on n'est pas loin de la cathédrale. Pour la rejoindre, il faut suivre la rue Saint-Romain. Sur la droite, part la rue des Chanoines qui est l'une des rues les plus étroites de Rouen. Sur la gauche, c'est le :

Palais de l'archevêché (7 rue Saint-Romain) :

Depuis 2015, un historial Jeanne d'Arc y a été ouvert. C'est dans la salle dite de l'officialité que sa condamnation à mort a été prononcée et que s'est déroulé son procès en réhabilitation en 1456 à la demande du roi Charles VII.

Pour plus d'informations, cliquez ici

 

En continuant, on passe devant la cour des Libraires délimitée côté rue par une clôture et côté cathédrale par un portail au style gothique flamboyant datant de la fin du 13ème siècle, puis on longe le jardin d'Albane où il reste des vestiges d'un cloître avant d'arriver sur le parvis de la :

Cathédrale Notre Dame :

Si la façade de cette cathédrale est mondialement connue au travers de la série d'une trentaine de toiles impressionnistes peintes par Claude Monet, elle mérite qu'on vienne l'admirer tellement l'ouvrage est magnifique par la richesse de sa sculpture, l'élégance de ses lignes et sa dimension grandiose. De style gothique, il reste cependant quelques vestiges romans de l'ancienne cathédrale avec, entre autres, les deux portails latéraux (Saint-Etienne, à droite, et Saint-Jean, à gauche).  

Elle est encadrée par 2 tours :
- côté sud, la tour de Beurre qui a été édifiée à la fin du 15ème - début 16ème siècle. Elle atteint la hauteur de 75 m avec son sommet en forme d'une couronne octogonale. 
- côté nord, la tour Saint-Romain qui date de la fin du 12ème siècle hormis le dernier étage rajoutée au 15ème siècle et qui la fait culminer à 82 m de hauteur. Depuis 2017, il renferme le carillon de 64 cloches de la cathédrale qui est le second de France après celui de Chambéry.

Pour plus d'informations sur le carillon, cliquez ici

Suite à un incendie survenu 15 septembre 1822, la flèche est reconstruite en fonte entre 1876 et 1880 d'après les plans de l'architecte Alavoine et, avec sa hauteur culminant à 151 m, elle fait de cette cathédrale la plus haute de France.

L'intérieur en quelques chiffres : 137 m de longueur, 28 m de hauteur sous voûte, 57 m de longueur pour le transept et 51 m de haut pour la tour lanterne.

Dans le chœur datant du 13ème siècle, il reste encore des vitraux de la même période.

On y trouve les tombeaux des ducs de Normandie dont celui de Rollon ainsi que le gisant de Richard Cœur de Lion (c'est son cœur qui a été déposé à Rouen car deux autres tombes le concernant se trouvent à Fontevraud et Chalus !). 

Les soirs d'été, un spectacle gratuit son et lumière est projeté sur la façade de la cathédrale.

 

Rouen, cathédrale Notre Dame
Cathédrale Notre Dame de Rouen

Cathédrale Notre Dame de Rouen

Portail du jugement dernier de la cathédrale de Rouen

Portail du jugement dernier de la cathédrale de Rouen

Statues d'Adam et Eve (14ème siècle)

Statues d'Adam et Eve (14ème siècle)

 

La rue du Gros-Horloge :

Tout en étant très passante et commerçante, cette rue devenue piétonne en 1970 (une première en France) permet de relier la cathédrale à la place du Marché. 

Le "Mac Do" occupe le rez de chaussée d'une maison du 14ème siècle.

Accolé au beffroi (1389), le bâtiment de style renaissance avec son élégante arche qui enjambe la rue a été construit en 1525 pour y installer l'horloge astronomique ou Gros-Horloge conçue en 1398. L'ensemble se visite et, du haut du beffroi, on peut profiter d'une belle vue sur les toits du vieux Rouen.

 

Rouen, Gros Horloge

 

Le palais de justice :

Situé à proximité du Gros-Horloge, sa construction a débuté en 1499. Le bâtiment d'origine (l'aile ouest actuelle) étant rapidement devenu trop petit, on construisit l'aile nord dont la splendide façade est un mélange de gothique et de renaissance. Ce n'est qu'au 19ème siècle qu'on édifia l'aile est du palais en conservant le même style architectural.

Sur les murs extérieurs, à certains endroits, on peut voir les traces des bombardements de la seconde guerre mondiale.

A savoir : sous l'aile ouest du palais se trouve le vestige du plus ancien monument juif d'Europe (vers 1100) qui serait une école rabbiniique (visite possible mais sur réservation).

Palais de justice de Rouen

Palais de justice de Rouen

 

Revenir dans la rue du Gros-Horloge pour parvenir à :

La place du Vieux-Marché :

C'est l'endroit où Jeanne d'Arc a été brûlée vive le 30 mai 1431. Un panneau indique l'endroit exact où se dressait le bûcher. A proximité, l'église Sainte-Jeanne d'Arc a été construite en souvenir et inaugurée en 1979. Si l'extérieur est laid (c'est mon avis personnel), l'intérieur mérite une visite pour la sobriété des lignes, la beauté des verrières datant du 16ème siècle (elles proviennent d'une église détruite en 1944) et la paix qui se dégage de ce lieu et qui invite au recueillement.

De nombreuses maisons à colombages bordent cette place où se trouvent aussi beaucoup de restaurants et de bars.

Fondée en 1345, "La Couronne" est la plus vieille auberge de France et on peut toujours s'y restaurer.

Eglise Sainte-Jeanne d'Arc

Eglise Sainte-Jeanne d'Arc

 

De nombreuses maisons à colombages bordent cette place où se trouvent aussi beaucoup de restaurants et de bars.

Fondée en 1345, "La Couronne" est la plus vieille auberge de France et on peut toujours s'y restaurer.

 

A proximité de la place se trouve

Le musée Pierre Corneille (4 rue de la Pie)

Il occupe la maison où naquit l'écrivain en 1606.

Pour plus d'informations, cliquez ici

 

Revenir sur la place du Marché pour se diriger vers la place de la Pucelle où se trouve le magnifique hôtel Bourgtheroulde de style renaissance puis continuer vers la Seine en traversant les quartiers reconstruits après la seconde guerre mondiale vers la Seine et :

Le pont Jeanne d'Arc :

De là, on a une vue sur la côte Sainte-Catherine mais aussi sur l'opéra de Rouen. Le long de la Seine, les quais ont été aménagés en promenade.

La côte Sainte-Catherine

La côte Sainte-Catherine

 

A voir si vous avez du temps

 

- les quais de Seine réhabilités avec leurs entrepôts ont été aménagés en promenade.

- le pont levant Gustave Flaubert inauguré en 2008 avec ses piles de 86 m et son tirant d'air de 55 m en position élevé ce qui en fait le plus haut d'Europe.

- le musée maritime fluvial qui raconte l'histoire du port de Rouen :

Pour plus d'informations, cliquez ici

- Le panorama sur la ville de Rouen depuis la côte Sainte-Catherine :

On peut s'y rendre à pied ou s'en approcher avec le bus.

  • A pied :

Quand on est à hauteur de l'aître Saint-Maclou, continuer la rue Martainville puis après avoir traversé le boulevard Gambetta, s'engager dans la rue du faubourg Martainville qui se prolonge en rue du Mont Gargan et qui passe sous la rocade nord est. Juste après le pont, prendre à droite un escalier et, au sommet, une allée sur la droite. On arrive face du cimetière Mont Gargan. Traverser la rue Henri Rivière et suivre entre le bâtiment occupé par Véolia et le cimetière un chemin balisé qui part en direction de la côte Sainte-Catherine. 

Compter environ 2 km et un dénivelé positif de 100 mètres. Attention, par temps humide, ça glisse. 

  • En bus : (il vous évite de monter la côte à pied).

Emprunter la ligne n°13 (direction mairie Belbeuf) et descendre à l'arrêt "Corniche". Revenir en arrière pour prendre au rond-point l'avenue José Maria de Heredia qui se prolonge en route de la Corniche. Le point de vue est environ à 1 km à pied.

 

Le belvédère est à une altitude de 119.6 mètres. Panorama sur la ville et la Seine. C'est aussi là que Monet avait établi son chevalet et peint "une vue générale de Rouen" en 1892.

Visite de Rouen, une ville chargée d'histoire à une heure de Paris

 

- l'ARMADA qui est un événement qui réunit les plus grands voiliers du monde. La prochaine aura lieu en juin 2023.

 

Bonne visite

 

N'hésitez pas à poster un commentaireà faire part d'informations complémentaires qui pourraient intéresser les lecteurs, à partager cet article et, si vous avez des questions, je vous y répondrai. Vous pouvez également consulter ma page facebookAucune copie autorisée sur ce blog. 

Avertissement : toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engagent nullement la responsabilité de l'auteur.

Cliquer sur les photos en format paysage pour les agrandir.

Publié dans Normandie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article